Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Environnement > Souffrir pour être belle

Souffrir pour être belle

Ecrit le 1er novembre 2017

il faut souffrir pour être belle

140 cosmétiques ont été retirés de la vente car ils contenaient encore des substances interdites : la methylisothiazolinone (MIT) et l’isobutylparaben, substances connues pour provoquer des allergies. Par exemple le savon pour enfant « doux pour la peau » Classic pamplemousse de Dettol, la Crème lavante au savon de marseille & huile d’olive « testée sous contrôle dermatologique » de Leader Price et le bain moussant Vanille et ambre « dermoprotecteur » Manava de Leclerc

L’UFC-Que Choisir a identifié 10 autres composés préoccupants (perturbateurs endocriniens, allergisants, irritants …) et a publié une base de données des cosmétiques les contenant. Par exemple l’huile sèche sublimante du Petit marseillais, le déodorant Natur Protect de Sanex ou encore le rouge à lèvre Deborah Milano qui cumule pas moins de quatre perturbateurs endocriniens accroissant ainsi le risque d’effet cocktail et donc d’effets nocifs y compris à faible dose.

Même les produits pour enfants ne sont pas indemnes : le Mitosyl, pommade utilisée en cas d’irritation du siège chez le nourrisson, contient du BHA, un antioxydant potentiellement perturbateur endocrinien. Quant à l’antipoux et lentes de Item, il contient un conservateur puissamment allergisant. Mais à qui, à quoi se fier ?