Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > Emmanuel Macron > Que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’histoire ?

Ecrit le 22 novembre 2017

Que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’Histoire de notre pays d’ici quelques dizaines d’années ?

1. Des progrès technologiques et scientifiques fulgurants intéressant et concernant chaque citoyen.
2. Une société qui ne change pas ou peu et dont l’ordre sociétal perdure depuis la nuit des temps : riches toujours riches, pauvres toujours pauvres. Seul véritable changement, le développement d’une classe moyenne qui a enrichi le pays grâce à sa consommation possible mais qui est de plus en plus sollicitée pour venir au secours des pauvres afin de préserver les richesses des plus aisés.
3. Une classe politique toujours issue très majoritairement des mêmes milieux bourgeois.
4. Une démocratie vacillante et en faillite ? : 24% des électeurs potentiels se sont prononcés en faveur des élus qui ont le pouvoir et font les lois : Président de la République, députés.
5. Le citoyen lambda garde encore la liberté de ne pas voter si aucun candidat ne peut porter ses espoirs, ils sont 76 % en 2017.

Non seulement rien ne change sous l’ère Macron, mais tout s’aggrave quant il s’agit de revenus des pauvres et classes moyennes et tout prospère quant il s’agit des classes aisées. Les lois ainsi faites ne changent pas.

La France commémore le désastre de la guerre 14/18 qui a tué des millions d’innocents de tous pays. Pour faire un parallèle : combien de « Joffre » au pouvoir aujourd’hui ? Décalés des réalités ou refusant de prendre de véritables mesures pour lutter contre les inégalités et pauvreté, c’est-à-dire en condamnant les tenants des grandes fortunes. Des « Joffre » qui préfèrent taxer des captifs, les soldats des classes moyennes. Combien de « rois » de l’industrie ou de la finance s’enrichissent sur le dos des pauvres ? avec le soutien des élus. Ne vivons-nous pas une forme de guerre ? Les victimes/soldats appartiennent toujours aux mêmes classes sociales et les généraux de la finance et de l’industrie restent bien à l’abri dans leur palais et prospèrent. « Tout est légal mon général ! et si les captifs/soldats se rebiffent nous les contraindrons par la force et nous ferons des exemples ! »

Ordre social défendu et maintenu par les dirigeants européens. Si des peuples le refusent en ne votant pas un projet de Constitution, ce n’est pas grave car le dirigeant du pays passera outre et le fera adopter.

Ce qui se passe en Catalogne avec les arrestations d’élus catalans, commandées par l’Espagne, est préoccupant et augure mal d’une véritable démocratie pérenne dans les États qui aujourd’hui s’en revendiquent. Et l’Europe laisse faire ! L’autoritarisme d’Etat, voire le fascisme ne sont pas morts.

Ne vivons-nous pas en France une revanche des classes possédantes sur les acquis sociaux des 100 dernières années ? Destruction du Code du travail, taxation des retraités, baisse des allocations logement, suppression de contrats aidés. Quant à la suppression de la taxe d’habitation, elle n’est qu’un subterfuge qui aboutira à terme à la diminution des mesures sociales prises par les communes.

Si vraiment ceux qui possèdent les pouvoirs économiques et financiers avaient voulu investir en France et développer l’emploi, ils n’auraient pas eu recours aux avocats fiscalistes pour optimiser leur fortune dans les paradis fiscaux et priver la Nation d’une manne financière au service de tous : c’est-à-dire de l’économie donc de l’emploi et permettant l’amélioration et le renfort des mesures sociales réduisant les inégalités.

M. Michel Didier du centre d’observation économique Coe-Rexecode (organisme privé d’études économiques) prédit que « grâce » aux réformes engagées par le gouvernement, l’impact sur l’emploi pourrait être « favorable » et 250 000 à 300 000 postes créés d’ici… 2022 !!! pour 4 000 000 de chômeurs ! Ne rions pas ! c’est dramatique ! Rappel : L’industrie en à peine 10 ans a perdu 600 000 emplois en France !
M. Macron sert les intérêts de la classe dirigeante et le journal « Time magazine » en le mettant à la Une, l’a bien compris.

En leur temps, l’esclavage et le travail des enfants qui étaient légaux et faisaient la fortune des puissants ont été interdits. Aujourd’hui ces paradis fiscaux, ces métiers d’avocats fiscalistes doivent aussi être interdits car ils spolient ceux qui créent et font les richesses par leur travail mal rémunéré et qui espèrent en une vie meilleure. Seuls les politiques ont ce pouvoir ! Mais ce courage l’ont-ils ? en se cachant derrière des impératifs économiques, soit pour masquer leur faiblesse soit par idéologie de classe ! Que faut-il espérer de cette Europe qui abrite des États paradis fiscaux qui en sont membres ?