Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Police > Forum-sécurité : libertés, une seule fois ; CNDS

Forum-sécurité : libertés, une seule fois ; CNDS

Ecrit le 27 avril 2009

 Libertés : une seule fois

Jeudi 23 avril à Châteaubriant avait lieu le forum « Vos libertés, votre sécurité » organisé par le ministère de l’Intérieur. Une cinquantaine de personnes environ dont 30 élus ou policiers (et même un général !) et 20 citoyens ordinaires. Si vous voulez le récit complet de cette soirée : c’est ici et pas dans Ouest-France.

D’abord nous avons eu droit pendant une heure à des exposés et témoignages visant, comme dit le Sous-Préfet, « à expliquer et valoriser l’action de la police et de la gendarmerie ». Une heure pendant laquelle on a beaucoup parlé de « sécurité ». Le mot « libertés » n’a été prononcé qu’une seule fois, par Alain Hunault, disant que « la sécurité est indissociable de la liberté et du respect des autres »

Alors on a parlé d’organisation : compagnies, communautés de brigade (il y a des communautés mères et des communautés filles !), peloton, brigade de recherche… C’est bien organisé donc c’est efficace. CQFD.

On a parlé « fichiers de police » (sans parler de fichage !) et cyber-criminalité, sécurité routière et vidéo-protection. « La France a un retard important dans ce domaine » a dit le Sous-Préfet qui souhaite, sans doute, des caméras partout.

Le maire de Châteaubriant a évoqué le CLSPD (comité local de sécurité et de prévention de la délinquance) et le doublement du nombre de policiers. Le chef de la police municipale a signalé une recrudescence des circulations à grande vitesse (ndlr : comme quoi la multiplication des coussins berlinois est inutile !) et regretté que les parents oublient d’attacher leurs enfants quand ils vont les conduire à l’école en voiture (il y a eu des PV pour ça).

Enfin le commandant de gendarmerie a parlé des interventions à caractère social la nuit, dans les cas de conflits familiaux sur fond d’alcool. Il a dit que la gendarmerie départementale a mis en place une « intervenante sociale » et que celle-ci intervient, pour 70 % de son temps, sur l’arrondissement de Châteaubriant « où il y a une situation sociale très dégradée ».

 Insécurité malsaine

Et puis on est passé aux questions et observations des citoyens. L’un a parlé d’alcool dans le coffre des voitures, un autre de jeunes se droguant avec des bombes de laque, un troisième d’une police de proximité … beaucoup moins proche que par le passé.

Une femme a souhaité dire « en face » ce que pensent beaucoup de gens : « Vous n’avez souvent entendu que des paroles d’allégeance et de soumission, j’espère que vous permettrez à la bonne citoyenne que je suis d’aller au bout de ses propos ».

« Je croise des policiers sur la route et je ne me sens pas en sécurité. Car je sais que, si vous voulez faire du chiffre comme on vous le demande [le commandant de gendarmerie fait un geste de dénégation], vous arrêterez un certain nombre de voitures. Et si vous cherchez la petite bête sur une voiture, vous la trouverez toujours. Alors vous créez de l’insécurité, pas dans le monde des délinquants, mais dans le monde des bons citoyens. Et cette insécurité est malsaine ». Le Sous-Préfet n’apprécie pas : il tord du nez.

 Je le pense si fort

La personne continue : « je sais comment se passent les gardes à vue, comment les gens sont mis à nu, fouillés à corps, humiliés. Je sais comment se multiplient les faux témoignages visant à accuser des personnes de rébellion et d’incitation à l’émeute. Je sais comment se conduit la police dans les manifestations. Nous l’avons bien vu lors de la visite de M. Fillon à Châteaubriant.

Je sais comment la police est capable de fabriquer un coupable, sans preuves, comme c’est le cas avec Julien Coupat.

J’ai vu comment s’est passée la manif du 60e anniversaire de l’OTAN à Strasbourg. Il y avait un hélicoptère surveillant la foule, comme à Châteaubriant, et pourtant nul n’est intervenu pour stopper les casseurs encagoulés. Je ne dis pas que ces casseurs étaient des policiers mais je le pense si fort que vous l’entendrez. »

 Politique et insécurité

« Je pense que vous êtes de plus en plus une police politique, au service du pouvoir actuel. Et que vous agitez l’insécurité pour faire oublier la crise économique » conclut elle en demandant si ses propos seront rapportés au ministère de l’intérieur et si, elle-même, ne devra pas être encore plus sur ses gardes à Châteaubriant . « Car vous chercherez (peut-être) à prendre des mesures de rétorsion ».

Le Sous-Préfet dit alors que ces propos n’ont pas lieu d’être car « nous sommes dans le contexte de Châteaubriant, il ne faut pas tout mélanger ».

 Au dessus des lois

Pourtant deux femmes, du groupe local d’Amnesty, interviennent pour présenter le récent rapport de cette organisation, parlant de « violation des droits humains » de la part de policiers, s’étonnant de l’impunité des forces de l’ordre dans ces cas-là, ou « de sanctions légères sans commune mesure avec la gravité de l’infraction commise par elles ». [Le commandant de gendarmerie admet qu’il y a parfois des bavures mais assure qu’il y a des sanctions].

Le groupe d’Amnesty revient à la charge : « Votre tâche est difficile, mais il vous faut de la modération, de la justesse et de la compétence. Or nous ne constatons pas d’amélioration depuis 3 ans ». Une femme du groupe demande comment se font le recrutement et la formation des jeunes policiers, et quelle éducation au droit ils reçoivent. Enfin elle signale que la présence policière en uniforme n’est pas une garantie de sécurité. « Sur la plateforme des cars scolaires, il y a du racket et des violences entre jeunes. Un éducateur de rues serait le bienvenu ». [Ce propos, vraisemblablement, n’a pas été entendu].

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/bananitude-et-amnesty-des-54152

 Rebelles

Un homme intervient au sujet de son fils et de ses copains : « durant la semaine de la prévention routière, en octobre, mon fils est arrêté en début de semaine par la police municipale : son vélo est réglementaire. Deux jours plus tard il se refait arrêter par le même agent municipal et là on lui précise que le vélo manque de graisse sur la chaine. La même semaine, il est à nouveau arrêté par le même agent municipal qui lui met une amende de 11 € sur le champ, car son éclairage avant est un peu moins puissant que la normale !

En arrivant au lycée ce même matin son camarade, qui vient de Mayotte, est arrêté par le même agent. Il est à pied mais il a sa capuche sur la tête car il fait froid. Cet agent lui dit : « enlève cette capuche, tu n’es pas un voyou ! »

Un copain de mon fils lui propose de se promener en scooter en ville tranquillement. Ils se font arrêter et on demande au conducteur s’il est assuré pour deux personnes. Le gamin ne sait pas : ce sont ses parents qui s’occupent des assurances. Le passager est prié de rentrer à pied ! Prévention ou répression ?

Ce même copain, d’origine turque, toujours très correct, très prudent, se fait régulièrement contrôler, pratiquement toutes les semaines. Allons-nous faire des enfants rebelles contre les forces de l’ordre ou des enfants citoyens ? ». [Le Sous-Préfet, qui a le micro, n’a même pas voulu répondre à cette question très dérangeante !] « C’est vraiment un total mépris ! C’est vrai que normalement dans les réunions castelbriantaises, il n’est pas bon de prendre la parole sans y être autorisé ! Sur la feuille d’invitation, il était pourtant bien marqué : Comment les forces de sécurité se mettent-elles au service de la population ? Comment simplifier les procédures ou mieux être à l’écoute des victimes ? » commente cet homme.

 Provoc’

Un autre homme intervient : « L’autre jour, à une heure du matin, j’étais dans la rue Vieille Voie. Devant moi la voiture de police municipale roulait à 17 à l’heure. Au bout de la rue, qui est longue, le policier, tel un John Wayne, descend pour me dire : vous ne respectez pas les 20 m de distance de sécurité » - « Que cherchait-il ? La provocation ? Par chance je suis quelqu’un de calme ! ». Comme par hasard ce policier se plaint souvent, jusqu’à porter plainte contre des automobilistes …
Le chef de la police municipale ferait bien de voir ça de plus près.

En terminant le Sous-Préfet s’est réjoui de la liberté de parole et du grand moment de démocratie. Enfin … réjoui … ?

 

B.Poiraud

 


Note du 28 avril 2009

 Le rapport de la CNDS

L’article ci-dessus fait scandale à Châteaubriant et pourtant le dernier rapport de la CNDS(Commission nationale de la déontologie de la sécurité) pointe les dérives policières : menottages excessifs et fouilles à nu :

Le site de la CNDS : http://www.cnds.fr/

Le rapport 2008 (paru le 28 avril 2009) : http://www.cnds.fr/rapports/ra_pdf/Etude_Mineurs.pdf

Les autres rapports : http://www.cnds.fr/rapports/annuels.html

Articles de presse

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20090428.FAP8920/la_cnds_denonce_le_menottage_et_les_fouilles_systematiq.html

http://www.lexpress.fr/actualites/2/un-rapport-blame-les-methodes-policieres-a-l-egard-des-mineurs_756902.html

http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200918/police-des-methodes-musclees_205135.html

CNDS 2009 : le rapport


Note complémentaire du 7 mai 2009

 Les policiers provocateurs

JPEG - 86.6 ko
Canard Ench

Lire ici l’article du Monde, à la suite du papier du Canard Enchaîné.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/05/06/1er-mai-des-policiers-en-civil-faux-manifestants-jouent-la-provocation_1189399_3224.html

Les réactions des lecteurs sont fort intéressantes :

http://www.lemonde.fr/societe/reactions/2009/05/06/1er-mai-des-policiers-en-civil-faux-manifestants-jouent-la-provocation_1189399_3224.html

 Badges, insignes, banderoles

PDF - 150.8 ko
Lettre_du_Prefet_de_Police

Depuis quelques mois, il est devenu courant que les CRS filtrent les sorties de manifs en demandant aux personnes portant des signes distinctifs de les ôter, voire leur imposent de rebrousser chemin. Cette pratique est parfaitement illégale.

Voir ci-contre une lettre du chef de cabinet du Préfet de police de Paris qui certifie qu’un manifestant peut quitter le cortège avec tous ses emblèmes (badges, autocollant et banderoles).

De l’efficacité des poulets :

Windows Media Video - 1.4 Mo
Les pou
gardiens de l’ordre

Contrôles au faciès