Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Voeux à La Meilleraye et Grand Auverné

Voeux à La Meilleraye et Grand Auverné

Ecrit le 24 janvier 2018

Pourquoi ces deux communes ? Parce que Grand Auverné a invité aux vœux du maire (et pas La Meilleraye) et parce qu’il y a un projet de fusion entre ces deux communes.

Une pétition contre le maire

La Meilleraye, 12 janvier 2018, salle polyvalente. La salle n’est qu’à moitié pleine. Seuls deux maires voisins sont présents, ceux de Moisdon et Grand Auverné, et le Conseiller Départemental Bernard Douaud. Le maire prend la parole, seul, pour introduire le film réalisé par la Com’Com’   Châteaubriant-Derval et le diaporama présentant les évolutions dans la commune en 2017 et notamment les travaux réalisés : plantation d’arbres, aménagement du Parc des Lavandières, archives de la mairie, extension du réseau d’assainissement, travaux route de Riaillé où 23 tonnes de sable de curage ont été éliminés ! La municipalité a aussi organisé des réunions par exemple avec les agriculteurs (état des routes, échange de terrains). Un après-midi récréatif a été offert par le Centre Communal d’Action Sociale, un Atelier-citoyenneté a rassemblé des habitants qui ont pris en charge la confection d’un hôtel à insectes, l’entretien du bourg, le puits et la croix de la Corbière, le nettoyage des panneaux, l’entretien du jardin de l’école publique. Les jeunes ont animé un atelier élagage.

Et puis, bien sûr, il y a eu une réunion publique autour du projet de fusion avec la commune du Grand Auverné.

Le maire Michel Moreau a ensuite développé les projets intercommunaux : énergies renouvelables, SCOT   et PCAET, assainissement non collectif. Il a évoqué la journée de proximité pour l’emploi en donnant des chiffres qu’on nous a cachés jusqu’ici : 102 chômeurs invités, 20 ont répondu qu’ils travaillaient, 15 se sont déplacés, 13 sont repartis avec une mission ou une formation.

Pour La Meilleraye, les travaux d’accessibilité vont être poursuivis, un lotissement est lancé aux Lavandières avec 17 ou 18 maisons. «  Nous avons proposé des lots aux organismes sociaux, mais ceux-ci ont fait preuve d’un engouement assez faible  ». Le réseau d’eaux pluviales sera remis à neuf dans la rue du Dolmen et la caméra sera passée dans les canalisations de la route d’Abbaretz. Quant aux déchets ménagers, ils seront collectés tous les 15 jours seulement. La place de l’église devra être redessinée et aménagée.

En ce qui concerne la fusion avec le Grand Auverné, une pétition hostile a recueilli plus de 400 signatures [à noter que le nombre d’électeurs inscrits est de 950]. Cette pétition a beaucoup déçu le maire et les élus. Notons seulement qu’il y a une situation particulière à La Meilleraye. En 2014 le maire actuel ne souhaitait pas se représenter mais il n’y avait aucun candidat à ce poste. Sur 943 inscrits, seuls 584 ont voté, ce qui donne un taux important d’abstentions (38%) et sur les 584 votants, il y a eu 210 blancs ou nuls. Il y a donc un malaise évident. D’autant plus qu’une bonne partie du Conseil Municipal de La Meilleraye est opposée à la fusion proposée. Et les habitants se plaignent de l’absence de communication de leur maire. «  Il nous dit qu’il en a parlé, mais nous nous demandons bien à qui il en a parlé  ». A la fin de la cérémonie des voeux, une personne a souhaité poser une question, mais le maire a dit que ce n’était pas le moment.

A la croisée des chemins Grand Auverné, son clocher, ses palis (photo Fr. Martin)

Au Grand-Auverné l’atmosphère était tout autre, beaucoup de monde. Le maire Sébastien Crossouard a rappelé les événements majeurs : l’installation de la boulangerie, la sécurisation d’une partie des entrées du bourg, l’ouverture de la bibliothèque intercommunale. En prévision pour 2018 : la réfection du parking place de l’église, la réfection des toilettes publiques et des toilettes du terrain de sports, une réflexion à mener pour l’aménagement d’un lotissement et de nouvelles entrées de bourg à sécuriser. L’espace des Ardoisières accueille maintenant quatre artisans. « Avant d’aller voir ailleurs, faites travailler les artisans de la commune » a dit le maire.

Sébastien Crossouard est revenu sur la fusion proposée avec La Meilleraye, rectifiant un certain nombre d’erreurs commises dans la pétition de La Meilleraye. Le diaporama présenté au sujet de cette fusion est visible ici :
voir le site diapo-fusion

La mise au point après la pétition est visible ici :
voir le site reponse-fusion

Il fait valoir que les deux communes, provisoirement endettées, seront en 2020 à 68 €/habitant au Grand Auverné et à 65 €/hab. à la Meilleraye alors que la moyenne des communes de taille équivalente se situent autour 100€/hab.

Il explique que la première réunion organisée par l’association des maires sur le thème des communes nouvelles a eu lieu à Mouzeil, le 5 mars 2015 et que, dans la foulée, avec les communes de Moisdon la Rivière, Grand-Auverné, Petit-Auverné et Meilleraye de Bretagne, une réflexion a été engagée. De façon différente dans les communes d’ailleurs, certains maires informant leurs élus, d’autres non ! Certains maires informant les habitants, d’autres non !

Très vite la maire du Petit-Auverné s’est retirée de la réflexion en disant que sa commune était plus près de Saint Julien de Vouvantes et que des échanges historiques existaient entre les deux communes depuis longtemps.

Le Conseil Municipal de Moisdon s’est retiré aussi. La commune d’Erbray, contactée, n’a pas donné suite. Il restait donc La Meilleraye (1478 habitants) et Grand Auverné (792 habitants). Dans ces deux communes, situées à 7 min l’une de l’autre, il y a une longue tradition d’échanges : Trente ans que les jeunes footballeurs de Moisdon La Rivière, Grand-Auverné, La Meilleraye de Bretagne jouent ensemble. Des années que l’office culturel et sportif travaille au niveau du canton. Les clubs du troisième âge s’activent avec les clubs environnants. Des années que les donneurs de sang et associations œuvrent ensemble. Les CUMA agricoles concernent plusieurs communes. Les commerçants et artisans rayonnent sur plusieurs communes…. Alors les élus veulent réfléchir et travailler avec d’autres communes, mutualiser les équipements, «  trouver ensemble un maximum d’économies dans le budget de fonctionnement pour garder quelques milliers d’euros afin de mieux investir et répondre aux besoins de la population »
Tel est l’enjeu.

La décision sera prise avant la fin du 1er trimestre 2018 par un vote des deux conseils municipaux qui aura lieu le même jour à la même heure.

En conclusion, Sébastien Crossouard a mis deux personnes à l’honneur :
- Marie Odile Baron, 40 ans de restaurant scolaire, passionnée de chanson et de peinture. Elle a reçu en cadeau un bon de formation chez une artiste castelbriantaise.
- Jean Marc Mondouet a reçu la médaille vermeil du bénévolat. Dès 15 ans il était déjà encadrant dans son équipe sportive.