Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Notre-Dame-des-Landes > NDDL : la victoire des militants

NDDL : la victoire des militants

Ecrit le 24 janvier 2018

Nous boudons pas notre plaisir : ce 17 janvier 2018 les militants ont connu la joie de la victoire, contre les forces traditionnalistes, contre les élus, contre les élites bien-pensantes. L’aéroport de Notre-Dame des Landes a été abandonné. Dans un communiqué l’ACIPA déclare :

«  Le gouvernement vient enfin d’annoncer l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Nous notons que la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) ne sera officiellement pas prorogée. Le projet sera donc définitivement nul et non avenu le 8 février.

Il s’agit bien d’une victoire historique face à un projet d’aménagement destructeur. Celle-ci aura été possible grâce à un long mouvement aussi déterminé que divers.

Nous voulons d’abord saluer chaleureusement aujourd’hui toutes celles et ceux qui se sont mobilisés contre ce projet d’aéroport au cours des 50 dernières années ».

En ce qui concerne l’avenir de la zad (Zone A Défendre), l’ensemble du mouvement réaffirme dès aujourd’hui :

- La nécessité pour les paysan-ne-s et habitant-e-s expropriés de pouvoir recouvrer pleinement leurs droits au plus vite.
- Le refus de toute expulsion de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y vivre ainsi qu’à en prendre en soin.
- Une volonté de prise en charge à long terme des terres de la zad par le mouvement dans toute sa diversité - paysans, naturalistes, riverains, associations, anciens et nouveaux habitants.

«  Pour le mettre en œuvre, nous aurons besoin d’une période de gel de la redistribution institutionnelle des terres. Dans le futur, ce territoire doit pouvoir rester un espace d’expérimentation sociale, environnementale et agricole ».

En ce qui concerne la question de la réouverture de la route D281, fermée par les pouvoirs publics en 2013, le mouvement s’engage à y répondre lui-même. La présence ou l’intervention policières ne feraient donc qu’envenimer la situation.

«  Nous souhaitons par ailleurs, en cette journée mémorable, adresser un fort message de solidarité vis-à-vis d’autres luttes contre des grands projets destructeurs et pour la défense de territoires menacés.

Nous appelons à converger largement le 10 février dans le bocage pour fêter l’abandon de l’aéroport et poursuivre la construction de l’avenir de la ZAD  ».
(fin de communiqué)

Pour la Fédération Nationale des Usagers des Transports (FNAUT), cet abandon est une décision de bon sens, démontrant qu’il est possible de résister aux groupes de pression et de donner la priorité à l’intérêt général.

Pour Françoise Verchère (et le Collectif des élus doutant de la pertinence de l’aéroport (Cédpa), la décision du gouvernement est un soulagement. «  Le soulagement de savoir qu’il n’y aura pas de destruction de terres agricoles, pas de saccage de la biodiversité, pas de perturbation de cette vaste zone humide, et donc que tous ceux qui y habitent, humains, vaches et tritons, ne verront pas leur vie bouleversée par la réalisation d’un aéroport. Le soulagement aussi de constater que le rapport des médiateurs a confirmé la véracité de tous les arguments que nous avions développés jusqu’ici en vain, permettant ainsi au gouvernement de prendre la seule décision qui était raisonnable et que nous attendions depuis si longtemps : l’abandon d’un projet inutile, coûteux et destructeur ».

Oeuvre d’art sur le terrain

Les « grands » élus sont évidemment déçus. Le député Yves Daniel dit qu’il va brûler sa carte d’électeur. Ce qui d’ailleurs n’a aucune importance car on peut voter sans cette carte. Yves Daniel se dit « amer ». «  Désormais, pour favoriser le désenclavement de notre territoire et soutenir le développement économique de la région, l’aménagement du territoire doit rester plus que jamais une priorité. Il est indispensable de proposer un réseau de transport structuré qui réponde aux différents besoins de mobilité des 8 millions d’habitants que compte aujourd’hui le Grand Ouest. ». L’UDB (Union Démocratique Bretonne) fait des propositions trouver des alternatives à la surconcentration du trafic aérien dans les aéroports de la région parisienne. 

La sénatrice Michelle Meunier, partisane de ce transfert depuis de longues années, regrette amèrement cette décision. « La décision de transférer l’aéroport répondait à la nécessité d’adapter l’infrastructure aéroportuaire au doublement du trafic aérien. La médiation engagée ces derniers mois n’a pas remis en cause cette nécessité ». [Concernant la ZAD], «  je rappelle mon souhait que le retour à la normale sur ce territoire soit mis en œuvre de façon raisonnée et mesurée, sans attiser la violence. Cela relève de la responsabilité tant des occupants de la ZAD et de leurs soutiens que des forces de l’ordre  ».

«  Désormais, il revient à l’État d’engager un travail partenarial avec les représentants des collectivités engagées en soutien à ce projet d’aéroport du grand ouest pour réfléchir aux solutions d’aménagement du territoire  ».

Pour Christophe Clergeau, Président du groupe PS à la Région, «  Cette décision, est une trahison de la parole de l’Etat vis-à-vis de l’Ouest, une trahison des engagements électoraux d’Emmanuel Macron, une trahison du vote démocratique qui s’était clairement exprimé lors du referendum comme à l’occasion de toutes les élections locales ».

Pour Philippe Grosvalet, président du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, « Le Président de la République a pris une mauvaise décision aux multiples mauvaises conséquences. C’est une très mauvaise nouvelle pour l’avenir de l’ouest de la France et tout particulièrement pour les habitants de la Loire-Atlantique, à commencer par les 70 000 personnes qui sont survolées tous les jours et dont les nuisances ne vont faire qu’empirer  ».

D’autres organisations expriment leur satisfaction. Par exemple SUD PTT 44/85  : « Quel soulagement et quelle fierté ! Enfin, les pouvoirs publics ont pris acte des longues années de résistances juridiques et militantes contre ce projet inutile d’aéroport à Notre Dame des Landes. SUD PTT, par le biais particulièrement de nombre de ses adhérents, a été de toutes les réflexions, de tous les appels, de tous les rassemblements, de toutes les marches, de toutes les manifestations, de toutes les luttes pour défendre le bocage et ses habitants. Que les utilisateurs de transports aériens soient rassurés : l’aéroport actuel de Nantes Atlantique et de Rennes Saint-Jacques seront réaménagés. Nous avons évidemment une pensée fraternelle vers celles et ceux qui, depuis 50 ans, ont porté, ont marché, ont construit, ont élevé, ont cultivé, ont donné de leurs temps, de leurs cœurs et, ce 17 janvier 2018, ont pleuré de joie ! Nous nous souviendrons toujours des visages fatigués des grévistes de la faim en 2012, poussant l’engagement jusqu’à risquer leurs vies... Nous pensons aux habitants et paysans historiques, à la coordination des opposant-es dont SUD PTT fait partie depuis le début et bien sûr aux habitants de la ZAD. Aujourd’hui, c’est la beauté et la force de leur engagement qui irradient le ciel de Notre Dame des Landes…

Le miracle de la nature s’opère depuis que l’empreinte humaine est bienveillante et le bitume repoussé. La faune et la flore ont repris leurs droits dans ce magnifique bocage, et c’est toute une philosophie, incarnée par les habitant-es de la ZAD, qui aussi nous rend fiers. SUD PTT ne stoppe donc pas son engagement. «  Il faut pérenniser ce mouvement de réconciliation de l’humain et de son environnement. La Zone à Défendre doit devenir une Zone d’Avenir et de Dialogue, dans l’harmonie de tous les éléments qui la composent. Le gouvernement affirme que l’Etat de droit sera respecté. Qu’il fasse confiance à celles et ceux qui respectent ces terres !
SUD PTT s’opposera à toutes expulsions et exhorte les pouvoir publics à chercher la voie pacifique et durable.
 »


Ecrit le 24 janvier 2018

 Un Député courageux

Le député Yves DANIEL a écrit au Premier Ministre en lui envoyant sa carte d’électeur : «  Pour moi, le courage n’est pas d’abandonner mais de faire ce que l’on dit. J’avais dit que si le fait majoritaire n’était pas respecté, je brûlerais ma carte d’électeur. Mais pour moi, brûler cette carte serait un acte extrême et violent. Or, j’ai toujours dénoncé la violence. C’est pourquoi je ne la brûlerai pas, mais je vous la remets  ». [Ndlr : comme quoi on peut promettre et juger qu’il y a mieux à faire].

«  Vous nous avez consultés, le 26 juin 2016, avec notre carte d’électeur. Nos voix n’ont pas été entendues. J’estime donc que l’utilisation de cette carte n’a pas été reconnue à sa juste valeur. Pourtant, la carte d’électeur est le symbole le plus fort de la démocratie, pour moi bafouée, ce qui m’interroge sur ce que sont notre Etat de droit et les valeurs de notre
République. J’espère que la prochaine carte d’électeur que j’utiliserai aura plus de valeur et que je ne voterai pas pour rien.

Elu de la République, je prends acte de cette décision, et je continuerai à me battre pour que le Grand Ouest ait toute sa place dans le développement de notre pays   ».

 Le Figaro, Libé et les autres

Même le Figaro le reconnaît : «  la décision d’abandonner la construction de l’aéroport de Notre-Dame des Landes est, pour le moment, plébiscitée dans l’opinion. Les trois-quarts des Français (76%) saluent la décision annoncée par Edouard Philippe hier ! Mieux encore elle suscite un total et rare consensus dans l’opinion (testé dans notre sondage du 18 janvier Odoxa – Le Figaro – France Info) . Les Français soutiennent tout autant les deux aspects de l’annonce : à la fois l’abandon du projet (74%) et le fait de différer l’évacuation de la ZAD (72%) »

Le journal Libération s’en est allé à la recherche d’une planque d’armes et d’un tunnel sur la ZAD, comme en parlait le Journal du Dimanche du 17 décembre 2017.«  « C’est là ! » Là, vraiment ? On regarde et on reconnaît l’échelle, les dimensions du trou. Voilà la vérité nue : la cachette n’est qu’une une mare dans un pré… Comme les zadistes l’affirment depuis le début des « révélations », cet arsenal est un puits. Une fosse profonde de quatre mètres, noyée d’eau l’hiver. Une grotte d’argile où il fait bon passer du temps l’été ». Une fable urbaine, quoi ! Euh non, une fable rurale.

« Quant aux boules de pétanque hérissées de lames de rasoir, l’arme secrète que mentionnaient certains médias, cet autre fantasme amuse le guide zadiste : « On ne peut pas créer cet objet du point de vue métallurgique, à cause d’un problème de soudure. Ni le tenir à la main sans se blesser. Quel en est l’intérêt ? »

Dans Ouest-France du 19 janvier, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement déclare : « la consultation proposée aux habitants de Loire-Atlantique était terrible. C’était tout ou rien. Si vous êtes attaché au développement économique de votre région, vous ne pouviez pas choisir de ne rien faire. L’apport de la médiation, c’est qu’elle dit clairement qu’il faut faire quelque chose, mais qu’il y a une alternative ». - « Nous avons un aéroport pour 360 000 habitants en France, contre un pour 4 millions en Allemagne, soit 11 fois plus chez nous. Avec six aéroports, le Grand Ouest est bien doté ». Il est question de réaménager Nantes-Atlantique, de développer St Jacques de La Lande, de voir comment fluidifier l’accès à Nantes et d’accompagner le développement du Grand Ouest.


 Un déni

C’est un « déni de démocratie » claironnent les uns et les autres ! Et c’est pas faux. Mais bon les « ddd », pour faire court, on baigne dedans depuis bien longtemps. Faut-il encore s’en étonner ? On a vu des gens organiser un scrutin, inciter les indécis à y participer puis refuser les résultats quand ils ont réalisé qu’ils avaient tiré la paille la plus courte… De quelle démocratie parle-t-on ? De celle qui a amené Macron au pouvoir, faute de mieux et crainte de pire ? Avec 66% ? A l’école, les instituteurs m’ont appris qu’il fallait toujours dire 66% de quoi … de quelque chose… Alors Macron il a obtenu 66% des suffrages exprimés. C’est tout. L’électorat potentiel c’est autre chose C’est les habitants de France de plus de 18 ans, non déchus de leurs droits et payant la TVA. Ça en fait pas mal. Et du coup Macron il est élu avec moins de 25% de l’électorat potentiel. C’est arithmétique. Si c’est pas un déni de démocratie, je migre et je vais vivre en Théorie. Au moins en théorie, ça va. [Signé : Al@in Alotto]


 La route des chicanes

Dans un communiqué du 20 janvier, les associations militant autour du refus de Notre-Dame des Landes, ont invité à un chantier collectif lundi 22 janvier : «  la D281, dite « route des chicanes », fermée par les autorités dans le cadre du projet d’aéroport en 2013, cette route a été réouverte par le mouvement dans la foulée. Elle a été pour de nombreuses personnes un lieu de rencontres  , de lutte, de vie et de créativité. Aujourd’hui, l’ensemble du mouvement fait le choix de la rendre plus ouverte et accessible à nos voisin-es et aux riverains des bourgs alentour. 

C’est parce que nous pensons un futur commun et avons confiance dans notre force collective que nous vous appelons à faire ce chantier entre « nous », sans la presse, lundi 22 janvier, dès 10h au « Lama Faché » autour d’un café, pour reboucher les trous et enlever les chicanes.

Pour que tous puissent y circuler tranquillement, il y a aura immédiatement des ralentisseurs provisoires, puis par la suite des ralentisseurs pérennes, et des voies de passage seront créées pour nos amis tritons, salamandres et autres habitants du bocage.

Nous portons ceci collectivement, et collectivement nous pourrions revenir sur cette décision si des menaces d’expulsion venaient à se concrétiser, en refermant cette route et les autres traversant la zad. C’est un engagement fort que nous renouvelons, à défendre la zad si besoin, et à la défendre ensemble. Cette route était et restera un symbole de notre résistance commune, et c’est tous ensemble que nous mettons en œuvre son usage partagé, puisque qu’il n’y aura pas d’aéroport.


 La ZAD de Châteaubriant

Dans le chœur des pleureurs, on a entendu une autre voix, aux vœux de la Com’Com’   Châteaubriant-Derval, la voix de J.François Barbazanges, président de l’association des industriels (ADIC) qui a déclaré que, de cet abandon de l’aéroport, « on s’en remettra ». Il a déclaré constituée la « ZAD de Châteaubriant », c’est-à-dire la Zone A Développer.

Il annonce pour cela une grande soirée conviviale le 29 mars avec une conférence sur le cerveau animée par J.Luc Bellalin

 Travailler au pays

Développer Châteaubriant et sa région, oh oui, en commençant par ne pas se disperser. Par exemple, au Centre Hospitalier de Châteaubriant, les joyeux retraités ont reçu en cadeau un bon d’achat à faire valoir chez … Décathlon. C’est où, ce magasin ? Nantes, Rennes, Changé, Bain de Bretagne, Ste Luce, Vertou …. Il n’y a donc aucun magasin de Châteaubriant qui aurait pu fournir des bons d’achat ?

 Diffamation

Ce 18 janvier, Ouest-France nous apprend que Castel Viandes a retiré sa plainte en diffamation contre Pierre Hinard et que l’audience prévue ne s’est pas tenue… L’auteur de « Omerta sur la viande » passe ainsi de calomniateur à lanceur d’alerte. Ses propos n’étaient sans doute pas aussi mensongers que certains le disaient en 2013. La manif « spontanée » était un peu dérisoire et la mise à l’index du livre une sorte d’autodafé.

Mais tout espoir n’est pas perdu. Par exemple, notre maire qui à l’époque assurait l’entreprise de sa « solidarité toute naturelle » pensera certainement à faire part à Monsieur Hinard de son « évidente empathie » pour les quatre années passées avec l’étiquette de mauvais larron.

En agro-alimentaire il en faut des lanceurs d’alerte. C’est ce qui se dit chez Lactalis. [Signé : Al@in Alotto]
Monnaie virtuelle

Dès 1955, je connaissais la monnaie virtuelle. Mon père/patron (padre/padrone diraient les frères Taviani), à la fin du mois me montrait parfois les pièces et billets puis les plaçait (?) dans une boite métallique dont il cachait soigneusement la clé.
Plus virtuelle que ça, tu fracasses la boite. C’est ce que je fis.
[Signé : Al@in Alotto]