Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 31 janvier 2018

Mée-disances du 31 janvier 2018

Ecrit le 31 janvier 2018

 Toilettes en or

Courrier international du 26/01 : “La réponse par e-mail de la conservatrice en chef du musée Guggenheim à la Maison Blanche était polie mais ferme : le musée ne pouvait répondre favorablement à une demande d’emprunt d’une peinture de Vincent Van Gogh pour les quartiers privés du président et de Melania Trump.

À la place, a écrit la conservatrice Nancy Spector, une autre pièce était disponible : des toilettes en or massif 18 carats, en parfait état de fonctionnement, une œuvre interactive intitulée America décrite par les critiques comme une satire des excès de la richesse aux États-Unis.”

Pendant un an, cette œuvre de l’artiste contemporain Maurizio Cattelan a été exposée dans des toilettes publiques du musée new-yorkais au cinquième étage, les visiteurs étant libres de s’en servir. Cette exposition étant terminée, les toilettes étaient disponibles pour être installées à la Maison-Blanche, a fait savoir la conservatrice dans son courriel du 15 septembre.

L’artiste “aimerait l’offrir à la Maison Blanche pour un prêt à long terme”, écrivait la conservatrice, connue pour être critique à l’égard du président Trump.

 Nutella en promo

Slate.fr du 26/01 : Jeudi 25 janvier, l’enseigne Intermarché propose une promotion sur les pots de la célèbre pâte à tartiner Nutella : -70% sur le prix habituel. Dès l’annonce, c’est la ruée dans les magasins. Des centaines de clients, intéressés par cette ristourne spectaculaire, se jettent sur le produit en tentant d’en acheter le plus possible.

Des dizaines de magasins, dans le Nord, le Pas-de-Calais, mais aussi le Rhône, la Loire ou le sud de la France, ont été le théâtre de véritables émeutes. Des bagarres telles que plusieurs fois, les gendarmes ont dû intervenir. Alors que les étals se vidaient en quelques minutes, certains en sont même venus aux mains.

Pour chercher à expliquer ces événements, certains ont regardé les taux de chômage des villes autour des Intermarché incriminés et en sont arrivés à la conclusion suivante : ces rixes sont l’expression d’une détresse sociale.

Le chômage, la précarité, la pauvreté seraient-elles donc la cause principale ? Le Nutella, produit de consommation courante, est largement acheté par les franges populaires de la population. Il se pourrait qu’il ait été victime de son succès dans les territoires les plus populaires.

Les taux de chômage, largement supérieurs à la moyenne nationale, seraient un indicateur du niveau de confiance et de solidarité entre les individus. Le renforcement du sentiment d’individualisme et d’égoïsme, couplé à la détresse sociale, seraient-ils l’explication de cette « guerre du Nutella » ?

 50 babouins s’évadent

L’Obs du 26/01 : La cavale aura duré une poignée d’heures. Des dizaines de babouins se sont échappés vendredi 26 janvier de leur enclos au zoo de Vincennes, dans l’est de Paris, qui selon une information du « Parisien », évoque le chiffre de 50 primates.

Les visiteurs ont été immédiatement évacués par précaution et les forces de l’ordre, accompagnées de soigneurs et de vétérinaires, sont arrivées sur place pour neutraliser ces singes au moyen de fusils hypodermiques.

« Nos collègues les encerclent. Ça peut être dangereux. Il ne faut pas qu’ils sortent du parc », précisait un agent de police. Un périmètre de sécurité a été établi autour du parc zoologique.

L’incident a été repéré en fin de matinée par un des soigneurs, qui a vu que des singes avaient rejoint le couloir de service utilisé par le personnel du zoo, a indiqué la direction de ce site du Muséum national d’histoire naturelle. Aucun des soigneurs n’a été en contact avec les singes, précise le zoo.

Depuis, les babouins ont été rapatriés dans leur enclos, à l’exception de quatre d’entre eux qui ont été repérés dans cette zone de service et sont en cours de récupération.

 Comédie censurée

Lexpress.fr du 25/01 : On ne plaisante pas avec la figure de Staline en Russie en 2017. Deux jours avant la date prévue, le ministère russe de la Culture a annulé la sortie de la comédie franco-britannique La Mort de Staline. Motif : l’œuvre est qualifiée d’offensante et d’« extrémiste » par des cinéastes et des hommes politiques russes.

Le film d’Armando Iannucci relate de manière burlesque la lutte qui s’est déroulée au sein de la garde rapprochée de Staline après sa mort en mars 1953. Des cinéastes, députés et hommes politiques russes qui ont visionné le film au cours d’une séance organisée pour eux au ministère de la Culture, ont signé un appel adressé au ministre Vladimir Medinski pour réclamer l’interdiction de la distribution de la comédie qui « s’en prend à des symboles nationaux russes ».

Pour les signataires de la pétition, diffusée sur le site internet du ministère, ce film extrémiste« est »un crachat à la face de ceux qui ont péri et de ceux qui ont survécu" à la bataille de Stalingrad.

Le ministre a estimé que le film pouvait être perçu comme « une raillerie insultante envers le passé soviétique, le pays qui a vaincu le fascisme, l’armée soviétique et les gens ordinaires, et même envers les victimes du stalinisme ».

La date de la sortie du film est également critiquée, juste une semaine avant les célébrations du 75e anniversaire de la victoire soviétique à Stalingrad contre l’Allemagne nazie. Pour l’essayiste Andreï Arkhanguelski, La Mort de Staline dérange pour une autre raison : depuis la fin de l’URSS, la Russie n’a pas abordé le fait que « les régimes totalitaires considèrent que la violence n’est pas seulement un outil, mais une fin en soi ». Selon la ligne ofcielle en Russie, la violence a été perpétrée par des « forces obscures » agissant sous l’influence occidentale, ou bien elle s’est simplement produite « par elle même, sans que personne ne soit à blâmer. »

 Exorcisme

La Croix.com du 25/01 : La session nationale des exorcistes s’est achevée le 25 janvier à Lyon. En France mais plus largement en Europe, l’ensemble des communautés catholiques fait face à un redoublement des demandes d’exorcisme. « Bien que nous ne tenions pas de statistiques, il y a dans les diocèses une tendance réelle à une augmentation des prises de contact de personnes en souffrance, qui s’adressent à un prêtre exorciste », confirme le secrétaire général adjoint de la conférence épiscopale.

Le père Jean ne reçoit pas uniquement des personnes qui se croient possédées par le diable, loin s’en faut. Il voit passer devant lui «  un condensé des maux de notre société – chômage, isolement, violence, comportements addictifs  ».

Il observe notamment «  les ravages » de l’accoutumance à la pornographie, en pleine explosion avec Internet, qui aliène les esprits. Mais, comme un médecin tenu au secret médical, il ne s’attardera pas sur les cas particuliers.

Il déplore les pratiques du spiritisme, très répandues chez les adolescents, de la magie noire et de certaines médecines parallèles, la consultation des voyants, médiums, marabouts, mages, magnétiseurs, guérisseurs ou faux prêtres, très actifs sur la Toile, et « qui favorisent l’action du diable. »