Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Personnes âgées, retraités > Retraites > Retraités CGT, voeux 2018

Retraités CGT, voeux 2018

Ecrit le 7 février 2018

La CGT rappelle que « la nouvelle loi Travail fait la part belle aux employeurs et réduit les droits des salariés ». « La hausse de la CSG réduit de façon drastique le pouvoir d’achat. Alors que les plus riches ont bénéficié de 4,5 milliards d’euros de cadeaux fiscaux, le gouvernement entend reporter à janvier 2019 une éventuelle hausse des pensions ».
... donc moins de pouvoir d’achat égal moins d’argent investi dans l’économie.

 Enjeu de société : La Perte d’Autonomie.

La population française va connaître, d’ici 2035, un important vieillissement. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les personnes de plus de 60 ans seront plus nombreuses que les enfants et quatre générations vont se côtoyer. La société doit s’adapter à ce phénomène qui constitue un formidable progrès social et offre des opportunités économiques nouvelles. Elle doit anticiper la perte d’autonomie en faisant de la lutte contre les inégalités de santé et sociales une priorité.

Propositions C.G.T. en matière de perte d’autonomie.
- Supprimer la barrière d’âge entre handicap et perte d’autonomie liés à l’âge. La loi de 2005 sur le handicap donnait cinq ans pour supprimer cette différence.
- Mettre en place un grand service public de l’aide à domicile, avec du personnel formé, qualifié, reconnu et correctement rémunéré. Des métiers d’aide à domicile plus attractifs et des conventions collectives harmonisées pour des métiers similaires, quel que soit le statut juridique de l’employeur (prestataire, mandataire, particulier).
- La perte d’autonomie doit relever de la branche maladie de la Sécurité Sociale, ce qui implique d’intégrer la CNSA dans la Sécu. Créer un « droit autonomie » dans la branche maladie.

L’accueil en établissement et son financement doit faire l’objet d’une loi complémentaire, conformément aux engagements initiaux du gouvernement.

 Le tout-numérique, progrès pas très net.

La numérisation fait aussi des exclus « la généralisation » de l’usage des services numériques frappe plus durement la part de la population qui n’a pas l’accès à l’outil informatique, que ce soit matériellement ou parce qu’elle ne bénéficie pas des compétences nécessaires.

L’administration numérique ne devrait pas renforcer des inégalités déjà existantes, sous peine d’institutionnaliser une forme d’exclusion liée à la situation de précarité sociale et/ou économique.

Sur tous ces sujets, nous avons besoin de nouvelles mobilisations sociales.

Serge Adry