Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Personnes âgées, ORPAC > De la lumière pour les Anciens

De la lumière pour les Anciens

Ecrit le 7 février 2018

En 2016, les EHPAD accueillaient plus de 600 000 personnes en France, dont près de la moitié dans des structures pu- bliques à la charge des collectivités.

D’ici 2040, on devrait compter entre 1,7 et 2,2 millions de personnes âgées dé- pendantes. Ces patients, qu’ils soient dé- pendants ou autonomes, ont une relation spécifique à la lumière et à la couleur, de par le vieillissement de leur système vi- suel. Pour la première fois, un document, rédigé en collaboration avec des person- nalités du domaine médical, propose une approche inédite de la lumière et de la couleur permettant d’améliorer les condi- tions d’accueil et de prise en charge des personnes âgées.

Cette approche permet de garantir la sécurité des patients, de participer à leur santé en régulant leur rythme biologique tout en participant à leur bien-être psychologique, réduisant ainsi les prises médicamenteuses.

 Une approche pluridisciplinaire

Rédigé en collaboration avec des spécia- listes de la vision, du sommeil (Institut du sommeil et de la vigilance et Institut de la Vision), de la chronobiologie (INSERM), de la gériatrie et de la psychogériatrie, ce document synthétise :
- L’état des connaissances sur la relation vision / lumière / couleur / sécurité /san- té pour les personnes autonomes et dé- pendantes
- Une partie applicative et concrète avec les recommandations en matière d’éclai- rage et de couleur pour chaque type d’es- pace (accueil, chambre…)
- Le rôle psychologique de la lumière et de la couleur et ses apports dans les soins aux personnes dépendantes et auto- nomes
- Un rappel des normes existantes

 La lumière médicament

De par ses fonctons optiques, senso- rielles et motrices, la lumière joue un rôle essentiel pour les personnes âgées :
- Sécurité et accessibilité : couleur et lu- mière redonnent de l’autonomie aux pa- tients en leur permettant de se repérer, d’éviter les chutes…
- Santé : en participant au bon fonction- nement biologique, l’approche permet de modifier la prise médicamenteuse, no- tamment pour lutter contre les troubles du sommeil
- Psychologie : en participant au bien-être des patients et en redonnant de l’autono- mie, l’approche permet de réduire anxié- té, dépression…

Le document pédagogique constitue une aide aussi bien pour le personnel médical (médecins, infirmiers, aides-soignants…) et les responsables d’établissement que pour les acteurs du bâtiment et de l’éclai- rage. Les 11 millions d’aidants familiaux peuvent également appliquer les concepts à leur domicile.

 Informations pratiques

Recommandations AFE relatives à l’éclai- rage des lieux de soins et d’accompagne- ment – décembre 2017, parues chez Lux Editons. Disponibles en version Web (68,58 € TTC) ou en version papier (84,40 € TTC).

L’Association française de l’éclairage Association à but non lucratf représentant la France dans les instances de normalisaton nationales et internationales, est une association dont les recommandations sont utilisées comme référence dans le Code du travail, les textes officiels et les appels d’offres. Ses adhérents, collectivités et professionnels, gèrent plus de 5 millions de points lumineux en éclairage public. Son pôle Collège Santé, composé d’experts internationaux et nationaux re- connus, effectue une veille sur les effets de la lumière sur l’homme. L’AFE réalise ainsi différents travaux sur la santé, dont des travaux sur la malvoyance (étude AFE 2017 réalisée avec la ville de Paris, Evesa et HandicapZéro).

Troubles du sommeil : stop à la prescrip- ton systématque de somnifères chez les personnes âgées - 2012

« En France, près d’un tiers des per- sonnes âgées de plus de 65 ans, soit près de 3,5 millions de personnes, et près de 40 % des plus de 85 ans consomment de façon régulière des somnifères. Or, plus de la moitié de ces traitements ne serait pas appropriée, les vraies insomnies étant rares chez la personne âgée » dit la Haute Autorité de la Santé.