Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Echos > Echos 2016-2017 > L’Asphodèle et la Hulotte

L’Asphodèle et la Hulotte

Ecrit le 21 février 2018

Nommer c’est reconnaître, c’est faire exister, c’est rendre éternel. C’est pourquoi, en plus d’une commodité de repérage géographique, le choix d’un nom de lieu a son importance, pour la mémoire. C’est souvent le nom d’un personnage national ou local (Fernand Grenier, René Adry, Charles de Gaulle), ou le rappel d’un événement (Rue du 11 novembre), ou d’une caractéristique locale (Rue de la gare, Rue du Pontpied).

Deux communes ont récemment choisi des noms originaux. Au Grand Auverné, la salle polyvalente s’appelle : l’asphodèle, rappelant que sur la lande proche pousse cette plante herbacée vivace. Dans la Grèce antique, elle était réputée pour favoriser le passage des défunts vers la félicité éternelle.

A Treffieux, l’école porte le nom de La Hulotte, la revue amusante et rigoureusement documentée, qui raconte la vie des animaux sauvages, des arbres et des fleurs d’Europe. Le journal le plus lu dans les terriers !