Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > Les agriculteurs > Les agriculteurs

Les agriculteurs

Écrit le 30 avril 2003

Syndicalisme agricole

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’Union Européenne et l’amende infligée aux organisations syndicales agricoles

Le Groupe des élu(e)s socialistes et divers Gauche du Conseil Général de Loire-Atlantique rappelle la circonstance de crise exceptionnelle de la filière bovine liée à la propagation de l’ESB (maladie de la vache folle).

Jean Glavany, Ministre de l’Agriculture avait, à cette époque, incité les différents acteurs de la filière à s’organiser pour éviter les chutes de cours tout en garantissant la sécurité aux consommateurs.

Les syndicats agricoles sont pleinement dans leur rôle lorsqu’ils défendent le revenu des agriculteurs et particulièrement dans les moments de crise.

C’est pourquoi, les Conseillers Généraux du Groupe dénoncent !a récente condamnation de l’Union Européenne à l’encontre des organisations syndicales agricoles. Cette décision témoigne de la dérive libérale de l’Union Européenne et va à l’encontre de l’attente grandissante de nos concitoyens en matière de qualité et de sécurité.

Pour le Groupe
Le Président, Patrick Mareschal
Nantes, le 22 avril 2003


Syndicat unique ?

Les membres de la Confédération paysanne, réunis en congrès à Vendôme (Loir-et-Cher), les 15 et 16 avril, ont dénoncé « une tentative de restauration du syndicat unique ». Dans une motion adoptée à l’unanimité, les congressistes contestent le changement imminent de répartition des crédits publics attribués aux syndicats agricoles, qui favorise, selon eux, la FNSEA (syndicat majoritaire, droite).

Selon José Bové, cette modification se traduira par une réduction de 500 000 euros en 2003 pour son syndicat, sur une enveloppe actuelle de 2,8 millions. La FNSEA recevra, en revanche, 1 million de plus, estime-t-il.

En matière de syndicalisme le gouvernement veut, comme il a tenté de le faire en politique, faire taire les minoritaires.


Écrit le 3 juin 2003 :

Bien dans sa tête, Bien dans sa terre

Le GAB (groupement des agriculteurs biologistes) de Loire-Atlantique, vient de se doter d’un nouveau président : M. André ALLARD d’Erbray (producteur de lait).

L’agriculture biologique est un mode de production agricole permettant à l’agriculteur de respecter la relation sol-plante-animal. L’agriculteur biologiste crée un milieu propice à la croissance de la plante : il travaille son sol, lui apporte des produits naturels (compost, minéraux). Il limite la concurrence des mauvaises herbes par un désherbage mécanique (= non chimique), des associations de plantes et des alternances de cultures.

277 producteurs de Loire-Atlantique sont « producteurs bio » ou en reconversion, soit 10 % de plus qu’en 2001. (1106 producteurs en région Pays de Loire, en progression de 5 % par rapport à 2001).

Les objectifs d’André ALLARD :

Les objectifs du nouveau président de GAB 44 sont les suivants :
– Organisation de la filière biologique
– Accompagnement des agriculteurs sur le plan technique
– Défense des intérêts de producteurs

Les intérêts des agriculteurs sont toujours menacés par les transformateurs (y compris par les coopératives qui sont pourtant issues du mouvement des agriculteurs). C’est ainsi que les producteurs de lait bio ont vu baisser le prix de leur lait (acheté par la CANA) de 0,10 F en septembre 2002 et de 0,20 F en mars 2003. Evidemment, en euros ça paraît peu !

Le problème de valorisation des produits bio se pose aussi dans la filière viande : « Le bio rassure, les grandes surfaces en commercialisent mais ne veulent pas le payer » dit André ALLARD qui explique que produire bio entraîne un prix supérieur des aliments . « En effet, le besoin de main d’œuvre est plus important (plus de travail du sol pour remplacer les traitements chimiques), les rendements agricoles sont plus faibles, et les volumes commercialisés peu importants empêchent les économies d’échelle ». Mais ce coût un peu plus élevé des aliments est compensé par une diminution des problèmes sociaux : moins de pollution, et davantage de salariés entraînent un coût moindre pour la société donc pour le contribuable.

Les agriculteurs biologistes luttent en particulier contre les OGM et demandent, avant toute levée du moratoire sur les OGM, la mise en place d’un régime strict

sur la responsabilité des firmes productrices de semences OGM :
– reconnaissant que la contamination génétique constitue bien une pollution
– prenant en compte les dommages irréversibles causés à la biodiversité
– responsabilisant les semenciers de façon qu’ils soient tenus d’indemniser les victimes de la contamination à hauteur des dommages réels.

Selon André ALLARD, actuellement les producteurs sont responsables de la récupération d’OGM (organismes génétiquement modifiés) sur leurs terres.
– d’une part, si les pollens de plantes OGM se disséminent sur les cultures bio, celles-ci ne peuvent plus être vendues en bio
– d’autre part, la firme Monsanto réclame le paiement de semences OGM aux producteurs contaminés par ces pollens !

Une campagne de cartes postales est engagée par le GAB 44 (basé à Nozay - 11 place de l’église - 02 40 79 46 57) . Par ailleurs le GAB 44 publie une plaquette sur le jardinage bio (prix 1,50 €)

On peut trouver des produits biologiques au magasin Biosphère à Châteaubriant (rue Michel Grimault), un magasin qui « tourne » bien puisque, depuis plusieurs années, il connaît une croissance à deux chiffres.

O.G.M

L’Union Européenne se prépare à lever, à partir d’octobre prochain, le moratoire sur les semences et produits OGM (organismes génétiquement modifiés),

Aussitôt que le moratoire aura été levé, de nouveaux OGM entreront dans l’Union européenne, en vue d’être semés dans les champs, ou transformés par l’industrie alimentaire.

Le 21 mai 2003, le Congrès des Etats-Unis a adopté un texte liant l’aide destinée aux victimes du sida, du paludisme et de la tuberculose, à l’acceptation, par les pays concernés, des aliments transgéniques. ! La santé liée au business quoi !

voir OGM

GAB 44 et restaurants collectifs bio