Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Brèves de Philou > Un plan qui va tout doucement

Un plan qui va tout doucement

Ecrit le 4 avril 2018

fl5 Amis du déplacement doux et de potée au chou bonjour !

fl5 En 2014, le candidat aux municipales A Hunault avait dans son programme : « Demander au Conseil Régional et au Conseil Général de baisser les tarifs du Tram-Train pour les déplacements occasionnels et, si nécessaire, augmenter le nombre de trajets quotidiens  ». Que pense-t-il aujourd’hui de la décision prise par ses amis politiques de la majorité régionale d’augmenter fortement les tarifs, ce qui ne peut que dissuader les utilisateurs ? On ne l’a pas entendu fustiger cette décision comme il en a l’habitude quand il s’agit du Conseil Départemental de gauche… Un oubli peut-être ?

fl5 Avis de recherche : où est passé le Plan global de déplacement ? En avril 2014 la municipalité lançait un groupe de travail sur le PGD et 10 mois après... le conseil votait pour désigner un cabinet chargé de faire une étude. Le groupe a travaillé avec le Cabinet ITEM, émis des avis et fait des remarques sur les endroits à améliorer pour piétons et cyclistes. Véli-vélo a également fait un travail remarquable de terrain et remis ses observations dans un document avec photos à l’appui. Le cabinet ITEM a donc produit un rapport mais nous sommes en 2018 et tout ça semble passé à la trappe ! Trois ans plus tard, des choses qui demandaient peu de travaux n’ont pas vu le début d’un commencement : par exemple les passages piétons avec des clous qui ne sont pas très visibles sur le bitume ou les pavés par les piétons ou les automobilistes. De plus, ils sont souvent mal disposés comme sur la « magnifique » Place de la Motte où, quand on traverse en venant de la zone de stationnement l’un des passages débouche sur une barrière ! Dans l’autre sens on tombe en général sur des véhicules en stationnement. Dans le Châteaubriant Magazine de février on découvre en page 8 un article : « Priorité à la mobilité », on y lit que le Plan Global de déplacement est en cours de réalisation et permet des déplacements apaisés...

(sic) Il est affirmé que «  Tous les travaux de voirie sont menés dans un souci de confort et de sécurité pour les usagers en valorisant la pratique des déplacements doux à travers des aménagements adaptés. » Mais pas un mot sur le travail réalisé par la commission et les préconisations du cabinet Item. Le rapport a même disparu du site de la mairie (la mise à jour du site lui a peut-être été fatale ?) Les jeunes du CMJ ont réalisé plusieurs sorties sur le terrain pour tester des circuits découvertes : fort bien, mais pour le centre-ville ou la gare pourtant de conception très récente, on a oublié les pistes cyclables… et les rues où il est dangereux de circuler à vélo voire même à pieds pour des déplacements quotidiens ? Le coup de pompe ?

fl5 Les occupants de la ZAD de NDDL demandent que les expulsions soient faites sur des bases légales : jusqu’ici ils n’ont guère donné l’impression de se préoccuper de la légalité ! Pour une fois que les lois ne les indisposent pas...
Philou


Ecrit le 11 avril 2018

 Ils n’ont pas toutes leurs facultés

fl5 Amis du tirage au sort et de la tarte aux fraises bonjour !

fl5 A l’Université de Bordeaux les occupants de la fac de la Victoire réclament l’annulation des examens et une note minimum 15 sur 20 afin de ne pas être pénalisés pour la suite de leurs études (sic) ! D’autres étudiants leur demandent s’ils ne veulent pas le diplôme tout de suite et en prime une Porsche ou une voiture de fonction... Quand on voit les courageux révolutionnaires de la fac de Tolbiac qui se cachent sous des cagoules pour faire une conférence de presse, on se demande comment ils ont pu être admis en fac : par tirage au sort sans doute ?

fl5 Nous allons vivre au rythme de la grève des cheminots pendant plusieurs semaines. Du moins par médias interposé qui en font leur « Une » à chaque jour d’un conflit qui doit durer 3 mois. Ici on n’en subit pas trop les conséquences étant donné qu’on n’a pas beaucoup de train, donc pas beaucoup plus de problèmes que d’habitude ! Les infos nous montrent des voyageurs qui attendent des trains bien qu’ils aient été prévenus que c’était peine perdue ; des syndicalistes qui se plaignent du manque de concertation et des ministres qui disent ne pas comprendre la grève puisque la discussion est ouverte. Qui va réussir à convaincre les usagers de la Sncf (qui eux ne tiendront pas un marathon) que c’est l’autre, le méchant, qui est responsable des grèves ? Si chacun reste campé sur des positions dogmatiques, il n’y a pas de négociation ni d’avancées possibles.

fl5 La taxe soda censée lutter contre l’obésité s’appliquera cet été. Le groupe Coca-Cola va en profiter pour réduire la taille des bouteilles afin de se sucrer au passage sans que cela se voie trop. Les bouteilles de 1,5 litre à 1,35 euro et 2 litres à 1,61 euro seront remplacés par des bouteilles de 1,25 litre à 1,45 euro et 1,75 litre à 1,89 euro. Plus petit et plus cher ! Selon un distributeur, la hausse de prix au litre qui accompagne ce changement de taille sera comprise au global entre 15 et 25%, alors que l’incidence de la taxe est d’environ 8%. Classique dans les boissons ou les yaourts, les diminutions discrètes de produits sont légion. Cela fait un moment que de nombreuses marques se font un malin plaisir d’ôter, qui une chips, qui une couche ou qui une bouchée de chocolat sans diminuer les prix au kilo.

fl5 Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ? Déjà que l’intelligence humaine nous fait très souvent peur…

fl5 Y Jadot, candidat EELV avait négocié son retrait de la course à la présidentielle au profit de B Hamon moyennant plusieurs concessions comme l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes ou l’accélération de la sortie du nucléaire. Et aussi la prise en charge des frais engagés par la candidature de Y Jadot, estimés à 200.000 euros. Un an plus tard, après la déroute du candidat PS et sa démission du parti, les écolos n’ont rien reçu et n’espèrent plus trop voir la couleur du magot !

Philou


Ecrit le 18 avril 2018

 Dangereuse dérive

fl5 Amis du carnaval et du gigot à l’ail bonjour !

fl5 La chose était prévue de longue date mais certains s’émeuvent quand même de l’expulsion des zadistes de NDDL. Alors que la lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est terminée, une minorité a continué à bloquer les routes environnantes. Cette minorité qui veut rester squatter des terres sans rien payer est ultra-violente et utilise des cocktails Molotov, jets d’acide et autres joyeusetés. Il existe des voies légales pour continuer l’expérience collective menée et la violence sur le site est le fait de types qui n’ont aucune intention de se mettre en règle. On a du mal à comprendre qu’ils soient encore soutenus par des gens responsables qui ont un vrai projet !

fl5 A Nantes un mannequin à l’effigie de Macron a été pendu, frappé et brûlé lors d’une manifestation d’étudiants et de syndicats contre les réformes du gouvernement. Le syndicat Solidaires a soutenu cette initiative   : «  Nous sommes solidaires des jeunes qui ont pris l’initiative   de faire brûler cette effigie… il est plus que jamais nécessaire de le faire vaciller sur son piédestal, et de lui faire rendre gorge ». Des députés insoumis appellent à « faire sa fête » à Macron. Ces appels à la haine et à la violence sont une dérive inquiétante de la part d’une minorité irresponsable.

fl5 Selon une psychologue il y a un lien entre grève et santé. Lequel ? La grève engendre «  un stress négatif à tous points de vue, mêlé de peur de rater son train, d’arriver en retard. Il y a ce sentiment d’impuissance, le fait de subir cette grève, et ça c’est très mauvais pour la santé… Ça va avoir des répercussions sur le sommeil, ça va entraîner une baisse de l’immunité, des troubles de l’humeur, jusqu’à des dépressions.  » Et il n’y aura même pas de trains pour se jeter dessous...

fl5 En Allemagne, il est permis d’interdire la circulation des voitures diesel dans les grandes villes. Mais cela va entraîner une cascade de conséquences. La Bulgarie, la Pologne ou la Roumanie s’apprêtent à accueillir ces vieux diesels en provenance des pays riches du continent. Certains se frottent les mains devant cette arrivée inespérée de véhicules solides et bon marché, qui ont encore une très longue vie devant eux. On se contente de déplacer les problèmes de pollution plutôt que de les régler ! Le ministre Bulgare de l’Environnement, a renvoyé la balle dans le camp des pays riches : « Que ceux dans l’Union Européenne qui interdisent l’usage des voitures diesel arrêtent aussi de les exporter ».

fl5 Les habituels soutiens de Bashar el-Assad dénoncent les frappes sur les usines d’armes chimiques en Syrie car l’ONU devait donner son accord. Mais ce n’est pas la 1re attaque chimique du régime syrien contre son peuple et on pourrait attendre longtemps une résolution car leur ami Poutine userait de son droit de veto. Ils accusent aussi E. Macron de s’aligner sur les États-Unis mais eux ne trouvent pas anormal de s’aligner sur la Russie !

Philou


Ecrit le 25 avril 2018

 La grande illusion

fl5 Amis du brin de muguet et de la tarte à la crème bonjour !

fl5 L’ACIPA (association contre le projet d’aéroport) et le CéDPA (collectif d’élus contre le projet d’aéroport) auront mis le temps à briser la loi du silence sur ce qui se passe réellement au sein de la zad de NDDL. C’est un peu tard, mais ils s’aperçoivent que le mouvement actuel attire peu de sympathie sur le territoire et en dehors d’un cercle restreint. Dans Ouest-France, J Durand admet à demi-mots que les zadistes radicaux ont été utiles à la lutte contre l’aéroport. Mais aujourd’hui ils leur dit d’aller se faire voir ailleurs… «  car il n’est pas possible de soutenir des gens qui refusent l’apaisement, dont le seul moteur est l’engrenage de la violence. » Il aurait fallu le dire il y a très longtemps  !

Dans Ouest-France, F Verchère reconnaît qu’il y a une frange d’ingérables «  qui ne veulent pas que la guerre s’arrête.  » Il y a ceux qui rêvent de Mai 68, ceux qui voudraient mettre sous cloche la Zad, symbole de la convergence des luttes... «  Penser qu’il n’y a que le méchant gouvernement qui matraque et les gentils zadistes, ça n’est pas tout à fait vrai. » « Mais je ne veux pas non plus que fassent la loi, sans la loi, les radicaux de la route des Chicanes avec lesquels je défie quiconque de passer une après-midi.  » L’atterrissage aura été un peu long...

fl5 Malgré des ressemblances apparentes, Mai 2018 n’est pas une répétition de Mai 1968. Il y a 50 ans, dans les universités, dans les entreprises publiques et privées, le mouvement a correspondu à une explosion de la base qui débordait très largement les organisations syndicales. La révolte étudiante de 1968, a été spontanée même si des organisations politiques ont ensuite essayé de l’orienter. En 2018, les mouvements sociaux et à l’université, sont déclenchés et conduits par des syndicats et des groupuscules d’extrême gauche en lutte d’influence. Dans les deux cas, ils ne sont pas majoritaires. En 68, la tonalité des revendications est révolutionnaire : on conteste les valeurs et structures d’une société restée intangible depuis le 19e siècle, on rêve alors d’autres rapports sociaux à l’université, dans l’entreprise, dans la famille. Un grand vent libertaire souffle sur le pays qui ne trouvera pas sa traduction politique. Il manque aussi un élément essentiel aujourd’hui : l’ampleur de la mobilisation et la sympathie de l’opinion.

fl5 Le 21 avril 1944 depuis Alger, le Comité français de libération nationale publie son plan d’organisation de la France après la Libération. L’article 17 donne aux Françaises le droit de voter et d’être éligibles aux élections. On doit la rédaction finale de cet article à F Grenier, résistant, représentant du PCF et des FTP auprès du général de Gaulle à Londres. Cet article est l’aboutissement de 150 années de luttes pour le droit de vote. Les débats au sein des différents mouvements de la Résistance ont accéléré le processus, malgré l’opposition de plusieurs sensibilités comme les radicaux, craignant un vote féminin influencé par l’Église catholique.

Philou