Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 30 mai 2018

Mée-disances du 30 mai 2018

Ecrit le 30 mai 2018

 La roue de la fortune

Le Canard enchaîné du 23/05 : la France, ce terrible enfer fiscal, est ô miracle, le pays où les milliardaires s’enrichissent le plus vite, si l’on en croit la très sérieuse agence de presse américaine Bloomberg.

La fortune des 13 Français les plus riches a ainsi collectivement bondi de 223,5 milliards d’euros depuis janvier, soit une modeste hausse de 12 %. C’est plus, beaucoup plus que l’augmentation de la richesse des grandes fortunes du Japon (+ 7%), de la Chine (+ 6%) et des Etats -Unis (+ 2%) durant la même période.

A eux deux, les tycoons du luxe et frères ennemis Bernard Arnault et François Pinault, respectivement pédégé de LVMH et fondateur de Kering, ont amassé quelque… 19,4 milliards d’euros supplémentaires depuis le début de l’année.

C’est dire à quel point la suppression de l’ISF (impôt sur la fortune) représentait une urgence nationale...

 Ne pas déranger Jupiter

L’Obs du 25/05 : Les petits élus du conseil municipal des enfants de Pantin pouvaient, depuis 2014 sous la présidence de François Hollande, visiter l’Élysée. Mais cette année, ils ont trouvé porte close. 18 enfants de 9 à 11 ans avaient écrit une lettre collective à Emmanuel Macron pour demander à visiter le palais présidentiel un mercredi après-midi.

Quentin Liberpré, membre du pôle démocratie locale de la ville, explique que les enfants « visitent aussi l’Assemblée nationale, le Sénat et la mairie », dans le cadre d’un parcours citoyen.

Les enfants ont reçu « une réponse glaciale », où les services présidentiels déclarent que le palais n’est ouvert « qu’en de très rares circonstances, telles que les Journées du Patrimoine » car il est la « résidence officielle du chef de l’Etat ».

Généreuse, la présidence leur conseille à défaut de faire une visite virtuelle en 3D sur le site officiel de l’Elysée.

« Plus aucune visite n’est organisée », déclare l’Élysée, car « si du monde se balade, cela empêche le président de la République et la Première dame de circuler librement dans le Palais ».

Le maire (PS) de Pantin avait accompagné deux fois les élus du conseil municipal des enfants à l’Elysée. Comme eux, très déçu, il estime que l’Élysée devrait être ouvert « à tous ».

« Le palais de l’Elysée n’appartient pas au président de la République, mais à tous les Français », insiste l’élu, qui affirme que la réponse officielle « donne l’image d’un monarque républicain intouchable qui ne me plaît pas ».

 Une manne record

Le Point.fr du 25/05 : D’après la Cour des comptes, les PV «  routiers » ont rapporté 1,97 milliard d’euros de recette en 2017. Cela représente une augmentation de 9 % par rapport à 2016. Le rapport souligne que la moitié de ces recettes (1,01 milliard d’euros) provient de fautes repérées au moyen des radars automatiques.
 
Concernant la future limitation de la vitesse à 80 km/h, l’État espère récupérer près de 400 millions d’euros supplémentaires. Le rapport de la Cour des comptes souligne que la politique gouvernementale a permis de faire baisser la mortalité routière après «  trois années consécutives de hausse  ». Pourtant, toutes les recettes ne sont pas reversées à la lutte contre les morts sur les routes : «  438,8 millions d’euros sont affectés au désendettement de l’État » et 45 millions vont dans le budget général de l’État. De quoi alimenter la machine à polémique, récemment épinglée dans un spot de la sécurité routière.

 Bloquages sur Twitter

Le Point.fr du 23/05 : Twitter est l’un des canaux de communication favoris de Donald Trump. Il y fait montre d’une liberté de ton qui déconcerte beaucoup de commentateurs. Pour autant, le 45e président des États-Unis ne peut pas faire ce qui lui chante sur le réseau social, comme par exemple empêcher ses détracteurs de le suivre sur Twitter. C’est ce qu’a jugé le 23 mai une magistrate fédérale de New York pour qui la possibilité de réagir aux fréquents tweets présidentiels, en les commentant, s’inscrit dans l’exercice de la liberté d’expression protégée par le premier amendement de la Constitution.

Ce dossier est né d’une plainte déposée par sept personnes qui avaient été « bloquées » par M. Trump. Cela les empêchait de voir les tweets postés par le président, et d’y répondre directement.

On ignore combien de personnes au total Donald Trump a bloquées sur Twitter, mais certaines estimations font état de plusieurs centaines. La juge n’a pas pris d’injonction ordonnant précisément à M. Trump de «  débloquer » ces personnes, en estimant qu’il revenait au président de le faire en interprétant son jugement.

 Sommet annulé

L’Obs du 25/05 : ce jeudi 24 mai, Donald Trump a brutalement annulé le sommet prévu dans moins de trois semaines à Singapour avec le leader nord-coréen Kim Jong Un. Dans un bref courrier, le président américain dénonce « l’hostilité » du régime de Pyongyang, tout en ne fermant pas la porte à une rencontre ultérieure.

Lors d’une déclaration à la Maison-Blanche, Trump dit de surcroît avoir la Corée du Sud et le Japon à ses côtés « pour les coûts associés aux opérations des Etats-Unis » si une situation malheureuse nous était imposée".

Ndlr : il s’agit sans doute d’un grave problème capillaire !

 Tourisme   de masse

LesEchos.fr du 23/05 : «  Amsterdam est une ville où vivre, résider et entreprendre. » Un mot d’ordre qu’ont lancé les conseillers municipaux de la capitale néerlandaise à l’origine d’un nouveau plan de lutte contre une arrivée massive de touristes prévue ces prochaines années. Le nombre de visiteurs pourrait atteindre 30 millions de personnes en 2025, contre 18 millions aujourd’hui. Dans le même temps, les taxes touristiques vont augmenter de quelque 105 millions d’euros à partir de 2022.

Particulièrement volontariste, cette nouvelle politique va compliquer la vie du touriste à Amsterdam. Ainsi, nombre de moyens de transport destinés uniquement aux visiteurs vont se raréfier, voire disparaître. Quant aux bateaux-mouches, ils devront accoster hors du centre-ville.

Les péniches aménagées en hôtel sont appelées à quitter le paysage touristique. Les paquebots de croisière ne seront plus bienvenus puisque le terminal, situé près de la gare centrale où ils accostaient, va disparaître. Les cars de tourisme  , eux, n’auront plus accès au centre-ville.

Aucun nouveau commerce ayant pour seule cible les touristes étrangers ne sera désormais autorisé à ouvrir dans le centre-ville.

Afin de lutter contre le monolithisme culturel des zones commerciales, les grandes chaînes de magasins de vêtements ou de restauration n’obtiendront que des permis d’exploitation au compte-gouttes.

Quant aux locations de meublés aux touristes, dont celles faites via Airbnb, elles seront limitées à 30 jours par an, contre 60 jours jusqu’à présent.

A noter que grâce à sa politique de lutte contre ce type de locations, Amsterdam est la seule capitale européenne où dormir à l’hôtel est moins cher qu’une location Airbnb .