Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Energie > Energies ... balbutiantes

Energies ... balbutiantes

Ecrit le 20 février 2008

En période électorale le maire de Châteaubriant (en prenant éventuellement sa casquette de Président de la Com’Com’  ) multiplie les rendez-vous de presse pour faire parler de lui sans avoir l’air de faire de la propagande. C’est ainsi qu’il aurait bien voulu, par exemple, avancer de deux mois la date anniversaire des 10 ans de l’entreprise Team Plastiques, mais c’était avant de savoir que Didier Elin serait sur la liste de son adversaire !

Or donc s’est tenue, le 6 février 2008, une réunion à la Com’Com’   sur les énergies renouvelables, en direction des agriculteurs. Et, pour attirer les gens, il y avait un buffet offert le midi. Une centaine de personnes se sont déplacées. On a vu une fois de plus que Georges Garnier (adjoint), François Lebret (Ch. d’agriculture), Michel Evain et d’autres, connaissent bien leurs dossiers mais qu’il n’en est pas de même d’Alain Hunault qui se contente de passer la parole aux autres, non sans oublier de les féliciter !

 Développement durable

Donc, « le développement durable » s’appuie sur trois piliers : l’économie, l’environnement et le social. L’agriculture, quant à elle, doit concilier deux fonctions : alimenter les populations, entretenir l’espace rural.

En agriculture, la question de l’énergie passe par la valorisation des fumiers et lisiers, le réglage des moteurs, la récupération de la chaleur du lait, la production d’électricité par des capteurs photovoltaïques et, globalement, la réduction des engrais et pesticides dont la production demande beaucoup d’énergie fossile.

JPEG - 74.9 ko
Dessin de Moon - 06 87 32 7

 Technopôle de l’environnement

Le technopôle de l’environnement (dont on nous rebat les oreilles) devrait, sur le territoire du pays de Châteaubriant  , avoir plusieurs filières : compostage, méthanisation, bois-énergie, bio-carburants.

Le compostage, c’est lancé (relire La Mée de la semaine dernière, sur le site internet) : produire chaque année 3600 tonnes de compost à partir de 10 000 tonnes de boues de station d’épuration et de 4000 tonnes de déchets verts.

La méthanisation utilisera 6000 tonnes de co-produits de l’abattoir Castel-Viandes, pour produire chaleur et électricité. Elle pourra aussi fournir de l’énergie à l’usine Saria (Issé) à partir de 40 000 t d’effluents d’élevage et de déchets de l’industrie agro-alimentaire.

La filière bio-carburants permettra l’estérification des graisses animales pour produire 2,4 millions de litres de bio-diésel utilisable par l’entreprise.

L’huile végétale brute, produite par les agriculteurs, continuera à être utilisée par eux (mine de rien : une ensileuse bouffe 60 litres à l’heure)

La filière bois est actuellement expérimentée à l’hôpital local de Nozay à partir de 175 tonnes de plaquettes de bois, par an. Il est question d’une chaudière-bois dans le quartier de la Ville aux Roses à Châteaubriant, à partir de 2700 tonnes de plaquettes de bois, par an.

Beaucoup de projets, donc, « des projets balbutiants » nous a-t-on dit. C’est bien d’en parler mais ça ne fait pas avancer plus vite les choses.

Ensuite la maison régionale de l’agriculture a expliqué son fonctionnement interne et ses groupes de développement « entreprise ».


Ecrit le 1er juillet 2009

 Méthanisation à Issé

TERRENA, premier groupe coopératif français, et SARIA, filiale du groupe allemand Rethmann, sont les promoteurs d’un projet de méthanisation baptisé VALDIS qui va produire de l’énergie et des fertilisants à partir de 58 000 tonnes de biomasse.

L’unité de méthanisation sera construite sur le site de la Grand’Lande à Issé, à proximité de l’actuelle usine SARIA. Il produira :
– De l’électricité pour le réseau (12 000 MWatts par an, équivalent de la consommation de 1 500 foyers),
– De la chaleur pour l’industrie (12 000 MWatts par an),
– Des fertilisants pour l’agriculture (220 000 unités d’azote permettant de fertiliser 2000 ha de cultures).

Deux partenaires ont rejoint la démarche :

– Verdesis (filiale EDF Energies Nouvelles) pour la production électrique,
– Castel-Viandes, société d’abattage, de découpe et de transformation des viandes à Châteaubriant.