Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Politique économique, soutien à l’emploi > PCI - Pays de Châteaubriant-Initiative > Châteaubriant-Initiative 2002-2003

Châteaubriant-Initiative 2002-2003

Bilan 2002 : 292 emplois créés

Rappelez-vous, c’était le 11 mai 1995, l’entreprise PROVOST (ameublement) venait de licencier 180 personnes. Les élus de la Communauté de Communes du Castelbriantais, sous l’impulsion de Martine BURON, se sont alors réunis et ont décidé le versement de 100 000 F à un « fonds d’initiative   locale » destiné à soutenir financièrement la création, la reprise ou l’extension d’activités à caractère artisanal. Quelques mois plus tard, le temps de faire toutes les démarches administratives, naissait « Châteaubriant-Initiative   », le premier fonds d’aide à la création d’entreprises en Loire-Atlantique, organisme de soutien financier et de parrainage de jeunes créateurs d’entreprise

L’association, qui s’appelle maintenant « Pays de Châteaubriant   - Initiative   » est peu à peu montée en puissance, si l’on en juge par ses résultats :

114 prêts versés à des créateurs d’entreprise, en 7 ans (de 1996 à 2002)
pour un montant total de 449 540 € (2 950 000 F).
Il y a eu 84 personnes qui ont ainsi créé une entreprise nouvelle, et 30 qui ont repris une activité existante.

Ces 114 personnes emploient 178 salariés, cela fait donc en tout 292 emplois créés. C’est un joli succès. D’autant plus que cela a entraîné des investissements d’un montant total de 6 765 960 € (un peu plus de 44 millions de francs) qui ont fait travaillé d’autres entreprises. Les 100 000 francs du départ ont fait des petits !

Les 29 créateurs de l’an 2002 se répartissent ainsi :

– Châteaubriant 9
– Blain 3
– Vay 1
– Nozay 2
– Puceul 1
– St Julien de Vouvantes 2
– Sion-les-Mines 1
– Plessé 2
– Issé 4
– Derval 1
– Rougé 1
– Fercé 1
– La Grigonnais 1

Maître d’œuvre, agence immobilière, boucherie, maçonnerie, transports, restaurant, coiffure, garage, plomberie, café, boulangerie, laverie, etc. Les créateurs bénéficient à la fois d’un prêt, d’un parrainage, et d’un « passeport du créateur » qui leur offre 4 heures de conseils gratuits de la part d’experts comptables, notaire, architecte, banque.

Vendredi 21 décembre 2002 , sous la présidence de Bernard BAUDOT, 80 créateurs se sont réunis pour une soirée sympathique leur permettant de mieux se connaître, d’échanger et ... de décerner le « prix de la création » à Messieurs Jean-Yves Crouilbois et Joël Halopeau qui ont lancé Les Menuiseries du Don en octobre 1997 à Moisdon la Rivière. Partis à deux, ils sont maintenant 8 dont un apprenti

Contacts : Céline Meslif, 02 40 28 18 33


Ecrit le 18 juin 2003 :

60 emplois créés en 2002

L’association « Pays de Châteaubriant  -Initiative   », qui est une « plateforme d’initiative   locale » a tenu son assemblée générale annuelle le mercredi 11 juin 2003. Depuis sa création en 1996, sous l’impulsion de Martine BURON, elle a soutenu 114 projets pour un total de prêts de 449 540 € (2950 000,00 F).

Le Président Bernard BAUDOT a expliqué que l’association n’a cessé de monter en puissance au cours des années. La seule année 2002 a vu démarrer 29 créateurs d’entreprises, avec 31 salariés, soit 60 emplois. (au lieu de 48 emplois en 2001, et 36 emplois en 2000).

En tout, sur 7 ans, cela fait :
– 114 entrepreneurs
– 178 salariés
– 292 emplois créés
(soit 42 emplois par an en moyenne).

L’année 2002 a compté 17 créations sur la Communauté de Communes du Castelbriantais (dont 9 sur Châteaubriant, 4 sur Issé). Il y en a 2 sur la Communauté de Communes de Derval, les autres étant sur Nozay, Vay, La Grigonnais et jusqu’à Blain, Plessé et Puceul. En 2003 la commune de Bouvron vient de se rattacher à « Pays de Châteaubriant   initiative   ».

EDEN

Par ailleurs, « Pays de Châteaubriant   initiative   » gère les programmes EDEN (ou Encouragement au développement d’entreprises nouvelles) . Ce dispositif prévoit :
– Un soutien financier du créateur ou du repreneur d’entreprise sous la forme d’une prime (maximum 6098 € soit 40 000 F)
– Une exonération de charges sociales et, le cas échéant, un maintien des revenus sociaux
– Un accompagnement de l’entreprise pour une durée de 3 ans
Ainsi, grâce à « Pays de Châteaubriant   initiative   », 15 dossiers EDEN (soit 17 emplois au total) ont été traités en 2002, pour un montant total de 90 872 €..

Un ==> quatorze

Pour s’installer, les créateurs ou repreneurs d’entreprises réalisent des investissements. Le montant total de ces investissements se chiffre à 6 765 958 € au départ, soit 44 381 775,00 F.

Pour la seule année 2002, il y a eu
146 166 € (prêts)
2 077 391 € (investissements)

On peut donc considérer que UN euro prêté a généré QUATORZE euros d’investissements, ce qui n’a pu que conforter la situation économique locale.

Sur les 114 projets aidés par l’associations, il y a eu 5 échecs en 7 ans soit un taux d’échec de 4,4 %. Il faut dire qu’un créateur-repreneur n’obtient un prêt qu’après une étude sérieuse de son dossier : un comité d’agrément se réunit tous les mois


écrit le 18 juin 2003

L’association « Pays de Châteaubriant   initiative   », est aidée dans ses nombreuses tâches par le Centre de Services de la Chambre de Commerce (Céline Meslif, Bernard Beyer) et « tourne » grâce à un Conseil d’administration composé de bénévoles.

En conclusion de l’assemblée, R. Robert Guinoiseau, trésorier national de FIR (France Initiative   réseau), s’est réjoui de la présence, en France, de 233 « plateformes d’initiative   locale » , « intervenant majeurs de la création d’entreprise », un réseau de bénévolat économique qui a financé, au niveau national, 5700 projets en 2002, contribuant à créer 15400 emplois salariés. C’est à remarquer quand on sait que l’année 2002 a vu la diminution de 49.300 postes de salariés sur l’ensemble de la France.

Les plateformes d’initiative   locale aident à la création-reprise d’entreprise, en accordant des prêts. « Nous avons eu 2,5 % d’échecs en 2002. On nous dit que c’est bien. Moi je dis que ce n’est pas assez, a ajouté M. Guinoiseau.

Notre tâche est d’aider les très petites entreprises qui n’ont pas, au départ, accès aux prêts bancaires : notre apport leur permet de disposer de fonds propres et donne confiance aux banquiers. Nous devons prendre davantage de risques et ne pas rester dans notre logique de chefs d’entreprises et de banquiers ».

Absence des élus

Il a dit aussi : « Il y a les discours et les réalités ». La phrase était particulièrement juste quand on examinait la participation à cette réunion : il y avait un seul membre élu de la Communauté de Communes du Castelbriantaise (M.Serge Héas de St Julien de Vouvantes), donc aucun élu de la ville de Châteaubriant. Quand on sait qu’il y a eu, grâce à Châteaubriant-Initiative  , 9 créations-reprises en 2002, soit en tout 17 emplois, rien que pour Châteaubriant, et 43 184 € de subventions, cela aurait mérité un peu de considération. (1)

Dans la réalité on constate que la municipalité de Châteaubriant brille par son absence dans les structures qui débouchent sur l’emploi. Dame ! On ne peut pas à la fois passer du temps autour des p’tits chevaux, du foot, du bowling, et des créateurs-repreneurs d’entreprises !


Ecrit le 6 août 2003 :

Châteaubriant-Initiative   :
_Etonnement

Président depuis 1996, Bernard BAUDOT n’a pas souhaité renouveler son mandat à la tête de Châteaubriant-Initiative   (c’est sans doute en raison des responsabilités économiques qui lui sont confiées par la Communauté de Communes - relire la Mée du 9 juillet 2003).

Jean-Paul YVRENOGEAU, qui était jusqu’à maintenant vice-président, et président du Comité d’Agrément (qui examine les demandes de prêts à 0 % des créateurs d’entreprises), devient le nouveau président et est remplacé par Pierre le Moël comme président du Comité d’Agrément.

– Georges GARNIER devient vice-président
– Robert DUCLOUX reste trésorier
– Noëlle MENARD reste secrétaire

L’association « Pays de Châteaubriant  -Initiative   » salue à juste titre le travail et le dévouement de M. Baudot durant sept années « au service des créateurs et repreneurs d’entreprise, dans un souhait de développement du Pays de Châteaubriant   ».

L’ETONNEMENT vient de la place de vice-président prise par Georges Garnier (il n’y avait pas d’autre candidat) qui manifeste une fois de plus la volonté de main-mise de la municipalité de Châteaubriant sur tout ce qui bouge ... alors même que, ces dernières années, Georges GARNIER n’a nullement participé aux réunions de Châteaubriant-Initiative   !


NOTES:

(1) en revanche, en plus de Serge Héas, il y avait Henri Baron (conseiller régional), Christian de GrandMaison (président du Pays de Châteaubriant et de la Communauté de Communes de Nozay) et Claude Bouron (de la Communauté de Communes de Derval). Où donc étaient les Conseillers Généraux du secteur ? Et les autres élus des communes ?