Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Environnement > Châteaubriant, au péril des eaux

Châteaubriant, au péril des eaux

Ecrit 20 juin 2018

Episodes pluvieux exceptionnels ces 9 et 11 juin 2018. La forte averse du 9 juin a submergé momentanément de nombreuses rues de Châteaubriant. Les maisons ayant un garage au bas d’une pente ont été inondées de même que les caves de certains HLM. Les sols se sont gorgés d’eau. De ce fait, quand l’orage est venu le 11 juin, l’inondation était inévitable.

L’orage fut très violent : environ 100 mm d’eau en l’espace d’une demi-heure. En campagne un habitant a relevé 128 mm d’eau. Les services techniques de la ville de Châteaubriant avaient pris la précaution de vider les bassins de rétention de Chécheux et de la route d’Angers. Le lundi 11, ils se sont remplis en très peu de temps, celui de Chécheux a débordé le 12 juin.

Le Rollard, en furie, qui a un cours sinueux au niveau de rond-point de la Grenouillère, a choisi d’aller tout droit, inondant les maisons voisines, menaçant même les services de la Sous-Préfecture. Le Tiki-Bar a été submergé.

La Chère, derrière la mairie, est montée à une hauteur qu’on n’avait jamais connue, inondant le parking Gutenberg, empếchant le médecin d’accéder à son cabinet, obligeant les pompiers à évacuer les personnes âgées de la résidence L’Encre. A la Mapa (Maison d’accueil pour personnes âgées), il a fallu d’urgence déménager les personnes pour les mettre à l’abri à l’étage supérieur.

Le Poste de Police municipale était les pieds dans l’eau, tout comme les voitures du parking situé en bord de Chère. Au Pont Glémois l’eau montait jusqu’au sommet de l’arche du pont. Bien sûr la partie basse de la Place de Radevormwald était impraticable. Près de Hyper U le centre de Contrôle Technique a connu 30 cm d’eau. Au jardin des Lilas, la mare et le lavoir en schiste ont été vite submergés. A l’Oiselière un petit ruisseau qui d’habitude restait sagement à 1,50 m en dessous de la route, a cette fois pris la fantaisie de passer au dessus. Un certain nombre d’habitants ont été inondés par l’eau venue des voisins ou d’un espace vert surplombant.

 Travaux faits

On ne signale aucun blessé à la suite de cet orage, mais de nombreuses personnes ont été sinistrées avec 40 à 50 cm d’eau dans les parties habitables de leur maison, voire davantage.

Châteaubriant a été victime de la conjonction de trois phénomènes :
1 – un violent orage qui s’est poursuivi par de fortes pluies pendant plusieurs heures.
2 – cet orage s’est aussi déchaîné sur les communes environnantes et l’eau tombée sur ces communes s’est accumulée sur Châteaubriant.
3 – le réseau pluvial s’est vite trouvé engorgé. La forte pression a conduit au soulèvement de bouches d’égout et au refoulement d’eau dans les salles de bains.

En tout cas, on ne peut reprocher à la municipalité actuelle et aux précédentes de n’avoir rien fait pour lutter contre les inondations. Le bassin de la Garenne a été fait du temps de Xavier Hunault. Les bassins de la route d’Angers ont été faits du temps de Martine Buron, de même que des bassins de rétention en amont du Rollard et de la Chère, enfin le bassin de Chécheux a été fait du temps de Alain Hunault. Si cela n’avait pas été fait, la situation aurait été apocalyptique.

Pour autant, au vu de l’orage exceptionnel de ce mois de juin, ces travaux n’ont pas suffi. « C’est angoissant » dit le maire. Par exemple, dans le lotissement du Nid Coquet, il a fallu aller chercher les gens avec une barque.

On aura une idée de l’ampleur de la catastrophe, sur cette vidéo de l’entreprise Geinguené, en comparant la largeur de l’inondation à la dimension d’une
voiture sur la route,

On aura une idée de l’ampleur de la catastrophe, sur cette vidéo de l’entreprise Geinguené, en comparant la largeur de l’inondation à la dimension d’une voiture sur la route,

voir le site geinguene

 Secours

Dès le début, une cellule de crise s’est tenue en mairie avec notamment le maire et le sous-préfet. Les pompiers sont intervenus plus de 250 fois et sont repassés quelques jours après pour juger de la situation, donner un coup de main pour le nettoyage, Au plus fort de la crise il y a eu 50 pompiers mobilisés et 25 engins. La priorité a été donnée à la protection des personnes.

Les services techniques ont aidé les sinistrés, en les évacuant et/ou en les aidant à surélever les meubles et assurer une sécurité électrique. La police municipale et les gendarmes ont barré les routes inondées, ils ont cependant constaté que des automobilistes ne respectaient pas les sens interdits, se mettant eux-mêmes en danger et risquant de mettre en danger ceux qui auraient pu leur porter secours. Il y a des imprudences qui peuvent être fatales.

Le centre communal d’action sociale a assuré le relogement et les repas des personnes qui ont dû quitter leur maison.

En ville, il y a eu une solidarité entre voisins pour aider à évacuer l’eau, installer une pompe, barrer un torrent inattendu, stocker des produits ou objets sensibles. L’association ACPM   a pu apporter une aide dès qu’elle a été sollicitée. Des personnes se sont signalées en mairie disant qu’elles pouvaient héberger des gens ou fournir du linge.

D’autres communes ont été touchées : Soudan, Villepôt, Erbray, St Aubin, St Vincent, Louisfert avec parfois un mètre d’eau dans la maison. A St Vincent des Landes une crevasse s’est produite au pont sur le Cône, route d’issé. Une voiture y a plongé tout à coup, le conducteur a pu en sortir par l’arrière du véhicule (pas de blessé). Dans la journée le pont s’est dégradé encore et les flots ont emporté la voiture.

Les grands bacs de la déchetterie de Châteaubriant se sont remplis d’eau. Il a fallu fermer le service le temps d’y remédier mais une ouverture en continu a été organisée pendant 3 jours pour faciliter son accès aux personnes sinistrées.

Un dossier de catastrophe naturelle est en cours. Chaque sinistré est désormais invité à faire une déclaration de sinistre auprès de son assureur et à en transmettre une copie, accompagnée de photos, en mairie. Depuis le mercredi 13 juin, un agent de la mairie se rend au domicile des personnes touchées par les inondations afin de les accompagner pour effectuer cette déclaration à l’aide d’un formulaire pré-établi qu’on peut aussi se procurer à l’accueil de la mairie. Une réunion d’information des sinistrés est prévue à Châteaubriant mardi 19 juin à 14h, dans les locaux de la Com’Com’   ,

Puceul, Saffré et Abbaretz ont aussi connu de fortes pluies, les eaux se sont concentrées à Saffré qui a eu peur de voir renouveler la situation de 2013. Finalement, il y a eu une vingtaine de maisons inondées mais moins gravement que prévu. Le Plan communal de sauvegarde a été mis en œuvre et la « réserve communale » s’est mobilisée : ce sont les habitants qui, depuis 2013, se sont fait connaître pour répondre au téléphone, acheminer des sacs de sable et des parpaings.

Au total, en Loire-Atlantique, 139 communes ont été touchées, avec de nombreuses routes coupées. Des liaisons ferroviaires ont aussi été interrompues entre Nantes et Saint-Nazaire.

 L’avenir ?

Jusqu’à maintenant la région de Châteaubriant avait été épargnée par les déréglements climatiques qui se produisent désormais régulièrement dans le midi de la France. Mais l’épisode de ce mois de juin ne manque pas de créer des inquiétudes alors même que, depuis 25-30 ans, des travaux considérables ont été faits pour empêcher les inondations. Mais les drainages faits un peu partout, et l’artificialisation des terres n’arrangent pas les choses, surtout quand les éléments sont cataclysmiques.


 Aide aux artisans

Solidaire des artisans touchés par les pluies diluviennes qui se sont abattues le 11 juin dernier, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat a sollicité au niveau national le « Fonds de Calamités et de Catastrophes Naturelles » (FCCN). Ce fonds de secours est destiné à apporter une aide exceptionnelle aux artisans dont l’entreprise se trouve sinistrée suite à une catastrophe naturelle avérée.

Cette aide financière plafonnée à 1.500€ par entreprise, n’a pas vocation à pallier la perte de revenus ni à se substituer aux assureurs de dommages matériels, ou aux aides publiques. Elle intervient en complément des indemnités perçues.

Les entreprises artisanales touchées par les inondations du 11 juin 2018 sur le Pays de Châteaubriant   doivent présenter un dossier à :
Chambre de Métiers et de l’Artisanat
A l’attention de David MENCE
Agence Territoriale de Châteaubriant
16 rue des Vauzelles
44110 CHATEAUBRIANT

Pour toute précision sur la constitution de ce dossier, David MENCE, conseiller au développement territorial des entreprises du Pays de Châteaubriant   est à votre disposition au 02 40 44 62 82
ou au 06 73 16 59 47.