Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > Emmanuel Macron > Coups de rabot sur les aides sociales

Coups de rabot sur les aides sociales

Ecrit le 27 juin 2018

On nous avait laissé espérer une autre façon de faire de la politique, Le temps passe, les déceptions s’accroissent…

 Piscine

“Il y a des symboles cruels. Il rabote encore les APL, et en même temps se fait construire une piscine au fort de Brégançon. Sa piscine sera hors-sol, comme sa politique”. La formule est signée Olivier Faure, le patron du PS. L’Elysée envisage en effet d’aménager une piscine au fort de Brégançon, dans le Var, où le couple Macron devrait passer ses vacances d’été.

La présidence a ainsi indiqué au Parisien que cet équipement devrait coûter “34.000 euros”. Une somme qui serait intégrée au budget du fort, s’élevant à 150.000 euros par an. Les services d’Emmanuel Macron ont prévu de poser une piscine hors-sol afin de “respecter les lieux” classés. La piscine devrait être posée avant l’arrivée du couple présidentiel et devra pouvoir être démontée. Pour tenter d’éteindre la polémique, l’entourage du chef de l’Etat assure que ces travaux permettront en réalité de faire des économies. “La plage actuelle n’est pas vraiment privée. Les 11 gendarmes (en équivalent temps plein) qui surveillent la plage coûtent chaque été 60.000 euros“.

 Baisse de salaire

A l’ occasion d’une interview donnée au Parisien, la ministre du travail Muriel Pénicaud déclarait, à propos d’une question relative à la difficulté rencontrée par les séniors (de plus de 45 ans) de trouver un emploi,« ​ Est-ce qu’il ne vaut pas mieux parfois avoir un travail et accepter 10 % de salaire en moins ? C’est un arbitrage ».

Cette réflexion pose un double problème :
- et d’un : est-on senior à 45 ans quand il est demandé de ne prendre la retraite qu’à 65 ans ?
- et de deux : la ministre est-elle donc coupée des réalités ? Ne sait-elle pas qu’il y a plein de gens qui face à la difficulté de retrouver une situation salariale stable, après avoir perdu un boulot, ont accepté cela et travaillent déjà pour des revenus bien moindres ? Certes, il vaut mieux avoir un emploi que pas d’emploi du tout. Mais, payer pour travailler, ce n’est pas normal.

 Pas de réponse

Sûrement que La Poste en France va mal car, lorsqu’un individu ou une association écrit à un ministre, ou à l’épouse du président, il n’y a pas de réponse. Il paraît que c’est la même chose quand un député, même s’il est de la majorité, écrit à un ministère. Ces messieurs et mesdames du gouvernement sont bien au-dessus de nous et nos demandes, nos suggestions ne les intéressent pas, évidemment.

 Ding – dingue - dong

La publication, jeudi 21 juin 2018, des comptes de la protection sociale en France et en Europe tombe à pic dans le débat sur son coût et son efficacité, marqué par la sortie du président Macron sur le « pognon de dingue » mis « dans les minima sociaux » à la veille d’un grand discours sur le sujet, le 13 juin. La direction de la recherche des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), organisme officiel du ministère de la solidarité et de la santé, répond que l’efficacité de ces aides est incontestable.

L’effort collectif de la France, en 2016, pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion atteignait 40,5 milliards d’euros, soit 1,8 % du produit intérieur brut (PIB), La France est, certes, le pays le plus dépensier d’Europe, mais qui fait reculer la pauvreté monétaire de la population de dix points, puisqu’elle passe de 24 %, avant redistribution, à 13,4 %. »

Selon un autre critère, celui de « la privation matérielle sévère » de ménages qui, par exemple, n’arrivent pas à payer le loyer, doivent se passer de chauffage, de nourriture, de vacances et de téléphone pour boucler les fins de mois, la France est, là encore, dans les bons élèves européens, avec 4,4 % de familles concernées, contre 7,5 % dans l’Europe entière, 5,8 % en Espagne, 5,2 % au Royaume-Uni, mais derrière l’Allemagne (3,7 %) et l’imbattable Suède (0,8 %).
Voir : https://frama.link/PrSoc2018

A la question « faut-il maintenir le niveau des prestations plutôt que le diminuer en échange d’une baisse d’impôts et de prestations ? », le maintien est plébiscité par 81 % des personnes interrogées, alors qu’ils n’étaient que 63 % en 2012. Les aides aux personnes handicapés dépendantes et les allocations logements sont, de même, approuvées par plus de 70 % des sondés. Le diagnostic d’Emmanuel Macron est donc largement contredit par l’avis des Français ainsi interrogés.
Voir : https://frama.link/op2018

 Rabot sur les APL

Vous vous souvenez de la coupe de 5€ l’an dernier dans les APL (AidePersonnalisée au Logement) ? Scandale général. Le gouvernement avait admis que c’était une mesure stupide, un coup de rabot injuste et promis qu’on ne l’y reprendrait plus. Eh bien la loi de finances pour 2018 prévoit que « l’indexation au 1er octobre des paramètres du barème de l’aide personnalisée au logement n’est pas appliquée en 2018 ». de ce fait la valeur formelle des APL restera stable mais leur valeur réelle (ce qu’on peut acheter avec) sera donc diminuée de 1,8 %. Donc 6,5 millions de personnes en France seront pénalisées.
C’est sûr, Emmanuel Macron n’est pas le Président des Pauvres !

 Pauvreté

En 2015, en France métropolitaine, le niveau de vie médian de la population s’élève à 20 300 euros annuels, soit un niveau légèrement plus élevé qu’en 2014 en euros constants, mais toujours en dessous de celui d’avant-crise.

En 2015 comme en 2014, les inégalités restent stables, à un niveau proche de celui de 2008. Leur évolution sur cette période est plus favorable en France que dans la majorité des autres pays de l’Union européenne (UE), où elles ont augmenté entre 2008 et 2015. Les différences entre catégories socioprofessionnelles se sont maintenues, même si la situation des agriculteurs exploitants, les plus touchés par la pauvreté, s’est améliorée et celle des artisans, commerçants et chefs d’entreprise, dégradée.

Le fait marquant de ces vingt dernières années est surtout le développement de la pauvreté des familles monoparentales, dont les membres vivent sous le seuil de pauvreté dans près d’un tiers des cas. https://frama.link/pauvrete-2018

 24 h du Mans

Course 24 heures du Mans, Grand Prix de France Formule 1, mais où courrent-ils tous ? Ils s’entraînent pour apprendre à rouler à 80 km/h à partir du 1er juin. A cette date la France roulera au ralenti sous l’oeil de nombreux radars prêts à verbaliser. Mais la réparation des routes, elle, attendra.

 Démarchage

3,7 millions de Français sont inscrits BocTel pour refuser le démarchage téléphonique. Ainsi, avant tout démarchage téléphonique, les professionnels doivent s’assurer que les numéros concernés ne figurent pas dans cette liste, sous peine de se voir infliger une amende pouvant atteindre 75 000 €… Mais le dispositif ne fonctionne pas bien ! Une proposition de loi visait à inverser la logique actuelle : au lieu de signaler son opposition au démarchage, le consommateur serait considéré par défaut comme opposé au démarchage téléphonique, À lui de faire des démarches s’il veut être sollicité.

Mais les députés « La Fépublique en Marche » ont bloqué cette proposition,

 Wifi, le gros bug

Pour l’installation du Wifi dans les communes, la Commission Européenne vient d’annoncer l’annulation pure et simple du premier appel à candidature, en raison d’une faille qui a permis à des municipalités de candidater, « de bonne foi », avant l’ouverture officielle de l’appel à projets. Le prochain appel à projets aura lieu plus tard,


Ecrit le 11 juillet 2018

 Les pauvres aiment-ils le foot ?

Quel rapport entre la pauvreté et le foot ? Aucun sans doute, Mais le plan pauvreté du gouvernement devait être présenté mardi 10 juillet, juste le jour où les Bleus seront en demi-finale.

Les Bleus, cékoissa ? Ah oui, le foot ? Mais on s’en foot ! « Les pauvres après le mondial, c’est une com’ catastro-phique... », a estimé Pascal Pavageau, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière (FO), Evidemment les Républicains s’indignent, mais leur indignation s’apparente aux larmes de crocodile.

En tout cas, Emmanuel Macron a bien du mal à se défaire de son étiquette de Président des riches.

Et les choses ne s’arrangent pas quand on apprend que, dans la nuit du 26 au 27 juin 2018, un député de La République en marche (LREM), Olivier Véran, a défendu en commission l’amendement 694 visant à remplacer la notion de « sécurité sociale » par celle de « protection sociale » lors de la révision de la Constitution.

Un député du Parti communiste français (PCF) Sébastien Jumel, s’est insurgé, en considérant qu’en « remplaçant dans la Constitution la sécurité sociale par la protection sociale, Emmanuel Macron devient le fossoyeur de l’Etat providence à la française, il signe l’abandon de la lutte contre les inégalités et des idéaux de la résistance ». La sécurité sociale avait effectivement été pensée par le Conseil national de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.

FO, Force Ouvrière, a réagi immédiatement, évoquant « une faute historique [qui] constitutionnaliserait la mort de la Sécu ». Les députés de la France Insoumise, ont estimé qu’il serait « dangereux de minorer l’importance de ce changement sémantique, véritable changement de paradigme social ». La CFDT et la CGT se sont également opposées à la suppression de cette référence historique.

Finalement, le chef de file des députés LREM, Richard Ferrand, a fait savoir le 5 juillet que la référence à la « sécurité sociale » ne serait finalement pas supprimée de la Constitution. Ouf ! Comme quoi il faut continuer à être vigilant surtout dans la période des vacances propice aux mauvais coups !