Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 11 juillet 2018

Mée-disances du 11 juillet 2018

Ecrit le 11 juillet 2018

 Taxe et commérages

Un peu partout les Etats pratiquent le système de « la taxe sur le péché » touchant l’alcool, le tabac, la pornographie... –, ce n’est pas parce qu’un Etat désapprouve un comportement qu’il devrait se priver de le taxer, bien au contraire !

L’Ouganda vient d’inventer la première taxe sur « le commérage », une taxe sur l’usage des réseaux sociaux où, comme le chef de cet Etat aime à le répéter, ses concitoyens se rendent pour échanger « commérages et mensonges » Depuis le 1er juillet, l’accès à plus de cinquante réseaux sociaux dont Facebook, Twitter, Instagram, WhatsApp, est conditionné au paiement préalable d’une taxe quotidienne, La somme doit être prélevée directement par les compagnies de téléphone car, en Ouganda, l’accès à internet se fait surtout par téléphone portable.

 Fish pédicure

Pourquoi Docteur : Mardi 3 juillet, la revue JAMA Dermatology a publié le récit d’une jeune femme ayant perdu six de ses ongles de pieds après avoir fait une « fish pédicure ». Examinée à l’hôpital Weill Cornell Medicine de New York, son cas est resté dans un premier temps mystérieux avant que le Dr Shari Lipner, directrice de la division des ongles, ne détermine que la cause probable de cette chute spontanée des ongles (appelée onychomadèse) était une pédicure réalisée par des poissons six mois plus tôt.

Pratique venue d’Asie et répandue en Europe depuis une dizaine d’années, la fish pédicure fait régulièrement l’objet d’avertissement de la part des autorités sanitaires. Et pour cause : cette technique dans laquelle l’usager est invité à plonger longuement ses pieds (parfois ses mains, voire le corps entier) dans un bassin où sont présents une centaine de poissons de l’espèce Garra rufa a été à plusieurs reprises accusée de causer des infections.

NDLR : la santé, on s’en fish pas !

 Sperme en berne

Sciences et avenir du 04/07 : Une concentration du sperme en spermatozoïdes qui a chuté de près d’un tiers entre 1989 et 2005, le nombre de cas de puberté précoce et de cancer des testicules en augmentation… La France voit sa « santé reproductive » diminuer, d’après l’Agence Santé publique France. Cette dernière s’est en effet penchée sur la question de l’influence des perturbateurs endocriniens en la matière dans son bulletin hebdomadaire du mardi 3 juillet 2018. Si cette dégradation a probablement des causes environnementales, il reste difficile de déterminer la part de responsabilité de chacune.

Les cas de puberté précoce commencent seulement à être recensés, par le nombre d’enfants traités. Se manifestant par des « signes de puberté avant l’âge de huit ans chez les filles et de neuf ans chez les garçons », cette puberté peut avoir de multiples conséquences néfastes pour la santé physique (risques de cancer des organes reproductifs, maladies cardiovasculaires) et mentale. Elle touche 10 fois plus souvent les filles que les garçons. Et les différences sont marquées entre les régions, avec deux endroits particulièrement concernés : l’ancienne région Midi-Pyrénées et le département du Rhône, avec des incidences plusieurs fois supérieures à la moyenne nationale. « La puberté précoce peut être liée à des facteurs génétiques spécifiques, et des facteurs ethniques/populationnels pourraient aussi jouer un rôle », estime Santé publique France.

Quant à la qualité du sperme : en 15 ans la concentration de spermatozoïdes dans le sperme a baissé de 32,2%

 La femme est moins …

20minutes du 04/07 : Le 24 juin 2018, les femmes ont pris le volant en Arabie Saoudite après des décennies d’interdiction dans ce royaume ultra-conservateur. La levée de l’interdiction, inspirée par le prince héritier Mohammed ben Salmane, est considérée comme une révolution pour les Saoudiennes.

Cette interdiction était défendue depuis des décennies par les religieux conservateurs qui affirmaient que la femme n’était pas capable de conduire pour diverses raisons notamment parce que, selon eux, elle est moins intelligente que l’homme.

Quelque 120.000 femmes ont demandé un permis de conduire, selon le ministère de l’Intérieur, mais on ne sait pas exactement combien ont été délivrés. Pour l’instant, les femmes qui conduisent semblent être celles qui ont échangé des permis étrangers contre des permis saoudiens.

Mais ce n’est pas du goût de tout le monde : une jeune femme, une caissière de 31 ans qui vit près de la ville sainte de La Mecque, a déclaré aux médias locaux que sa voiture avait été délibérément incendiée. Selon elle, le délit a été commis par des hommes « opposés au droit de la femme de conduire ».

 GRB

LePlacide du 04/07 : Geoffroy Roux de Bézieux, qui vient de fêter ses 56 ans, tient enfin sa revanche. Pour l’emporter, le fondateur du groupe Notus Technologies, n’aura pas ménagé ses efforts. « La dernière fois, j’étais arrivé en outsider, raconte-t-il. J’avais une notoriété extérieure, mais pas du tout au Medef. J’ai appris sur le fonctionnement de l’organisation. » Nommé vice-président délégué en 2013, chargé de l’économie, « GRB », comme il est surnommé, profite de ses nouvelles fonctions pour travailler son image, en bossant ses dossiers et en labourant le terrain. « Les mauvaises langues disent que le seul dossier qu’il ait eu à gérer, c’est le prélèvement à la source », plaisante à moitié un soutien d’Alexandre Saubot. « Il a mûri, il a pris du poids politique, tempère un haut gradé du Medef. Il a intégré des préoccupations qui ne pesaient pas forcément dans son esprit. Il connaît le Medef et s’est chargé de sujets pas faciles.

 Dépakine

Francenfo du 26/06 : Entre 16 600 et 30 400 enfants pourraient avoir été atteints de troubles mentaux et du comportement (autisme, retards mentaux, difficultés ou retards de langage...), après avoir été exposés à la Dépakine (valproate) dans le ventre de leur mère depuis 1967, selon une étude publiée par l’Agence du médicament. Sans compter les malformations congénitales graves provoquées par la Dépakine et ses dérivés, en estimant qu’entre 2 150 et 4 100 enfants en avaient été victimes.

Cette étude, qui confirme l’ampleur des dégâts de ce médicament administré pendant la grossesse, a porté sur plus d’1,7 million d’enfants nés entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2014, dont 8 848 avaient été exposés à un seul traitement anti-épileptique.

Deux autres médicaments, la Dépakote et la Dépamide, produite par le même laboratoire Sanofi à partir de la même molécule, le Valproate, produisent les mêmes effets sur les foetus et les enfants. L’agence française du médicament vient d’interdire leur prescription aux femmes enceintes bipolaires. Mais le mal est fait !

 Les carottes

De BFMBusiness du 26/06 : En Australie, le directeur d’un magasin équipé de caisses en libre-service a été surpris de constater qu’il vendait beaucoup plus de carottes qu’il en avait en stock. L’énigme n’a pas mis longtemps à être résolue. Les clients étaient de plus en plus nombreux à faire passer les légumes coûteux, notamment les avocats, pour des carottes dont le prix est très bas.

Ce phénomène se développe au même rythme que se répandent les caisses automatiques dans les supermarchés du monde entier. En économisant le recrutement de salariés, les magasins craignent que les technologies causent de lourdes pertes. D’ici à 2019, 325.000 terminaux seront opérationnels dans le monde contre 190.000 en 2013.

Pour Emmeline Taylor, Maître de conférences en criminologie à l’University of London, les chapardeurs sont principalement des « honnêtes gens » qui proviennent de toutes les catégories sociales. « Les vols ne sont pas forcément motivés par l’argent, et ne sont pas commis par des personnes issues des classes économiquement et socialement défavorisées », explique Emmeline Taylor. La criminologue évalue ce fléau à 1,6 milliard de livres (1,81 milliard d’euros) par an en Grande-Bretagne où un client sur cinq admet avoir volé pour 15 livres (17 euros) par mois en moyenne lorsqu’il utilise ces caisses. « Certains suggèrent que les machines sont criminogènes et transforment des clients honnêtes en voleurs à l’étalage ».