Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Il y a 90 ans, quand Jean Cudesot ...

Il y a 90 ans, quand Jean Cudesot ...

Ecrit le 5 septembre 2018

Voici une lettre de Jean Cudesot, à son cousin Pierre, en 1927.

Dempé longtemps j’voulions aller vouère la faïre de Bereu, qu’ j’n’aviom point r’vue dempé qu’j’étions june home, y a de ça ben longtemps, ma fa ! J’me dis comme ça : si que j’preniom le véloce au gas Jélien d’a côté d’cheux nous ? Y voudra seuremen ben m’le préteu, ben manque. Je chemineriom conte le gas à la mère Bicereu, qui va teus l’s’ans à la faïre de Bereu. Qui pourrint m’en empêcheu ? J’avons point d’femme, vu que j’suis resté célibataire, comme dit nout’e curé. J’avons point d’garçailles à nourri, pourqua que j’n’iriom point vè les vairies, tout queume un ault’e ? Quand ben même que j’dépenseriom eune pièce de vingt sous, quéque ça peut faire annuy, que j’gagnons dix fa’s pus qu’mon grand’père ? Pour seur qu’la patronne veudra ben que j’m’en aille, al’e pourra ben affourer les bêtes sans ma.

Nous v’la don’ partis, ma et l’p’tit zidore J’étion pas ben d’aplomb su la sacrée machine, veu que j’n’aviom jamais ben marcheu là d’ssus, que pour alleu queques fa’ au bourg baïre eune bolée, magnière de passer la raïssiée du dimanche.

Follait vouère c’qu’y en avint du peup’e su’ la route. A chaque moment, follint carteyer, sans ça j’auriom été égacheu comme de vieilles pommes vouries. Coinc, coinc ! Ça c’est une automobile qui vous rotint par derre. Quic quic ! Ça c’est Machin du bourg su sa peutrolette qui vous enfume les nasiaux ! Malheur ! c’qu’y follint fair’e attention ! Malgré ça, comme j’me gariom d’eune greusse chârte pleine de gorins -sauf vout’e respect – v’la qu’ça déripe sous ma, et me v’la par terre les quat’es pattes en l’air. Le gas Zidore qui tint par derre ma, s’mit à rigoler queume une tourte, p’utôt que dé v’nir sur ma !

Pas d’mau, heureusement, j’n’aviom point frangeu ma hanne, s’ment qu’eune petite ‘corchure au genoué, et une ault’e à la quiesse.

La pié s’étint mise à tomber, ça cheyait menu, mais c’étint queume eune petite brime qui vous restait su’le pail, et vous revelinait le long des orailles. Enfin finale, à force de rouleu roule que rouleras-tu ? v’là que j’aperceviom par su’ les mésons de Bereu, le chupin du quiocher.

J’avions sail, nom de d’gui ! Sitôt arrivés, je fûmes baïre une bolée de cit’e au « Viau à deux têtes », minme qu’ça nous fit ben piaisi ! Et nous v’la de d’valler le champ d’faïre ! C’étint bouillonnou, follé vaïre ça. Y avait du bestial, du gros et du menu – et ben du meziau parmi ; - mais semb’e t’y qu’y en avint point tant qu’dans le temps, que j’étiom déjà v’nu avec mon d’funt patron, à la faïre aux oueilles et que j’aviom couché ensemble au « Duc de Bretagne », eune auberge qui ‘tint ben lain d’la faïre, je n’sais pus où, ma fa !

Zidor, lu, voulut vouëre kes sonnambules, qu’son parrain y avint dit, des marrainnes qui vous parlint comme ça avec un cornet dans l’treu du quyau d’l’oraille, et qui vous faisint freumi ! Mais queume y en avint pas pu’s qu’su’ ma main, je fûme vouère les comediens qui faisint la parade, à ce que m’dit un monsieur d’la ville qu’étint là. Y avint d’greusses marrainnes en cotillon court, couvert de mirodures. Y dansint en f’sant des magnières en face d’ault’es vilains tout-laids qui s’avint mis d’la farine su’ la goule. Et pis y avint aussi de grandes machines qui tournint, au son d’la musique, et arrochint les gas et les filles qu’étint pendus au bout des chaignes. Et pis ben d’ault’es affaires, que y en aurint pour toute la nét à les conter.

C’est pas ça ! Mais v ‘là que j’commenceu à avaye les bouyaux vides. Teurjous tout deux, Zidore et ma, j’feumes manger eune demi-dozaine de galettes de bié-na avec quéques saucisses, et baïre un coup d’cit’e sous la tente à la mère … j’n’sais p’us son nom, eune marrainne de cheux nous qui quient un p’tit débit à Châteaubriant.

Quand j’nous feumes ben r’posés, car les jambes commencint è ù’monter dans la panse, j’allimes vouère les mécaniques que les Luart et les Dupreu avint estallées d’chaque queuté d’la faïre. Y en avint-y d’ces machins-là ! Des batteries, des moulards, et des machines à monterula paille, et d’ault’s à batt’e le beurre ! Et pis tout l’reste ! Ha ! Mes enfants, dans queuque temps d’ici – mais j’serais ben d’maïtié quervé avant – les gas paisans n’aurint pu’s qu’à s’croiser les bras ! Ca faisint un potin à vous faire piquer le pail su’ le haut de la tette ! Y a qu’la machine à piqueu les choux et les lisettes que j’n’avons point veue.

Mais l’temps passint, et v’là v’ni l’moment de défaïrer. L’Angélus desaquintelint du haut du quiocher, follit penser à tirer à village. Avant que d’partir, tout de minme, j’bûmes core eune bolée, et pour les queniaux d’cheux nous, j’achetîmes queques sous de mâques que j’halîmes dans la pochette de mon panetot.

Et pis nous v’la partis. La pié cheyait terjou’s. Fallint core s’garer des défilandes de juments qui marchint peurche les banquettes, et pis cor des sacrés mécaniques à peutrole qui vous scillant d’la gadouille dans les pattes. J’arrivîmes enfin, guenés queumes des canes, mais ben contents d’availle vu ça, quand minme ! La patronne avint mis la soupe à s’teni chauld’e su’ la pierre du fouyer, hureusement ! J’fûmes pas longs à l’avaleu, et pis j’nous mussîmes dans le guerdau, comme disint d’funt mon grand’père ! S’ment j’fûmes tard à nous endormi’ : j’avions plein la tette les robes erluseyantes des danseuses et pis tout l’bastringue des musiques !

J’t’écris tout ça, mon gas Piarre, pour te conter nout’e vouyage dont que j’sets si content que c’est ren de l’dire.

Mon cher Piarre, viens nous vaïre quand tu v’dras ; y a cor du pain dans nout’e touaille et du cit’e dans nos futailles. J’pensons en faire pas mal c’te année, ya des pommes et des paires en masse par cheux nous, les pommiers sont tout appouettés.

Ton parent pour la vie
Jean Cudesot

Cette lettre de Jean Cudesot à son cousin Piarre fait partie d’un recueil de «  lettres rustiques  » écrites par Joseph Chapron dans les années 1930 et publiées dans le Courrier de Châteaubriant. Joseph Chapron écrit : «  D’aucuns ont voulu voir dans ces lettres en patois de l’ancien pays de la Mée, des amusettes écrites pour la grande joie de ceux qui ont conservé l’habitude et l’amour de leur vieux langage. L’auteur, c’est certain, s’est beaucoup diverti à les écrire et, le faisant, elles lui ont rappelé les heures charmantes qu’il a passées dans les campagnes de son pays. Mais il avait un autre but que de celui d’égayer les populations. Il a pensé qu’il était temps de sauver de l’oubli les mœurs et les croyances d’autrefois, et, pour cela, il les a enfermées dans ces histoires tristes ou gaies, parfois comiques, écrites dans ce langage imagé des anciens de la Mée, qui forment tout un petit roman rustique et qui sont le complément de son « Dictionnaire des coutumes, croyances et langage du Pays de Châteaubriant   ».

Au directeur du Courrier de Châteaubriant Joseph Chapron écrit une lettre de remerciement pour la publication de ses écrits. « Vous m’avez fet un grand honneur et j’vous remercions b’en de veut’e honnêteté. Je vous dirains qu’ça m’a fet bien du piaisi et aussi à ceux d’mon villaige et d’ma parentalité, de vaye qu’un pauvre paysan queume ma, qui n’seit qu’mangeu sa soupe, avaint ‘teu décoreu du grade de journalisse.

J’peux r’en vous dire de p’us, tout d’minme qu’tout c’que j’ai conteu c’est pas des menteries, main b’en p’utôt des cheuses qui s’vayent tous les jours, et que c’est b’en queume j’l’ai raconteu la vie que m’nant les bonnes gens d’neut’e pays. Dempé que j’seis marieu, j’n’ayans p’us guère le temps d’écrire des lettres. Main si vous v’nez par cheux nous, la Marie et ma j’nous f’rons un grand piaisi d’vous vaye et j’baïrons eune bonne bolée ensemb’e en mangeant une beurrée. Croyez, Monsieur le Directeur, à la bonne amitieu de votre serviteur ».

Jean Cudesot