Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Les élus Meilleréens : Ce sont nos cloches !

Les élus Meilleréens : Ce sont nos cloches !

Ecrit le26 septembre 2018

Réunion des nouveaux élus à La Meilleraye de Bretagne, ce 21 septembre 2018, première réunion publique après la démission de Michel Moreau en mai dernier et après l’élection surprise de juin 2018. Les nouveaux élus ne s’attendaient pas au raz d emarée qui les a portés et, depuis trois mois, ils se sont retroussé les manches.

La salle se remplit peu à peu mais les participants restent massés dans le fond, discutant avec les uns et les autres. Seuls les « anciens’ » viennent s’asseoir, devant, pour mieux entendre. Bisous aux unes et aux autres. Quelques isolés sont là aussi, consultant leur smartphone, instrument donnant une contenance comme le faisait la cigarette naguère. Les nouveaux élus sont dans le fond aussi, pour saluer tout le monde.

Enfin les élus gagnent la table qui fait face au public. Le public occupe les chaises libres. Attente. Silence. Les élus municipaux se présentent alors, disant leur nom et les responsabilités qu’ils ont acceptées.

Alors, que s’est-il fait en trois mois ? Une chose est sûre, «  il n’y aura pas d efusion avec le Grand Auverné. Du moins pas comme elle était prévue » dit la maire Marie Pierre Guérin. Cela ne provoquera aucune réaction dans la salle au moment des questions des citoyens.

«  Bien sûr, nous sommes dans la Com’Com’   Châteaubriant-Derval » dit le premier adjoint, Emmanuel Massé. « D’ailleurs c’est obligatoire  » - «  Le ScoT  , Schéma de Cohérence Territoriale, est actuellement à l’enquête publique.Le territoire a été pensé en bassins de vie, nous sommes dans le même que Grand Auverné, Issé et Moisdon ».

 Les intentions

La maire revient ensuite sur les intentions des nouveaux élus :
1 – mettre aux normes les bâtiments communaux, notamment l’accès aux personnes à mobilité réduite : seuils, largeur des portes, plans inclinés (lire plus loin).
2 – étuier la faisabilité de couvrir le terrain de tennis qui servirait d’abri pour les enfants, car l’actuel préau est trop petit.
3 – remédier au souci des eaux pluviales, notamment rue du Dolmen et rue des Cochardières.
4 – le projet de lotissement est différé. «  De toutes façons, il n’y a pas de demande ». La révision du PLU  , plan local d’urbanisme, attendra aussi.

 Quelques infos :

- le magasin Vival est en liquidation. Il faut attendre la fin des procédures pour pouvoir envisager autre chose. Les locaux sont propriété communale.
- le point Poste a été transféré à la boulangerie à compter du 8 octobre. La boîte à lettres n’est mpas déplacée pour le moment.
- le bulletin municipal sera distribué avant la cérémonie des vœux.
- le 12 octobre aura lieu une réunion avec les associations de la commune. A ce propos le premier « forum des associations » a été un succès avec 27 associations présentes.

La journée citoyenne qui se faisait en octobre et qui invitait la population à nettoyer et agrémenter le bourg, aura lieu en mai.

 Tant pis pour eux

Jean-Yves Gicquel, adjoint aux travaux, annonce que les travaux de la route de Riaillé (qui va du centre bourg vers la salle polyvalente) seront terminés courant octobre. «  Les entreprises ont du retard, des malfaçons ont été consignées noir sur blanc. Il va y avoir des pénalités  ». Ce qu’il ne dit pas, mais que les citoyens disent, c’est que cette route a été mal pensée : en effet il est évident que le cheminement pour une personne en fauteuil roulant ou pour une poussette d’enfant est quasiment impossible vu la largeur donnée aux trottoirs, alors que la route aurait permis un élargissement. Les rares endroits où il y a une largeur suffisante sont encombés par un poteau d’éclairage public ! Tant pis pour les personnes handicapées !

Le terrain de foot est en bon état mais les vestiaires auraient bien besoin de travaux.

Yannick Chantôme a fait appel à tous pour informer les personnes âgées isolées de la possibilité de s eretrouver tous les mois. Elle aexpliqué aussi que le projet de mutuelle commun ale, initié par la Com’Com’   est en attente car les tarifs proposés sont trop élevés.

La fête de la musique, organisée cette année à La Meilleraye, a beaucoup plu  . Il est demandé d’organiser, pour l’an prochain, une journée de rassemblement de la population , avec fermeture aux voitures.

Laurence Roussel, chargée de la jeunesse a donné les effectifs des deux écoles publique et privée : 213 enfants avec des effectifs de classe réduits. La cantine accueille 140 enfants en deux services et s’est engagée dans la rédiuuction des déchets. L’association Familles Rurales s’occupe de l’accueil de loisirs le mercredi. [Ndlr : un regret : il n’a été question que des enfants des écoles. Il n’y a donc pas d’adolescents à La Meilleraye ? Qu’est-il fait pour eux ?].

A La Meilleraye-les cloches ne sonnent plus

Il n’a pas été abordé de sujets agricoles. La parole a été donnée à la salle.

 Plus de cloches, plus de cars

Plus de cloches ! Il n’y a plus de sonnerie à La Meilleraye car les suports des cloches sont fragilisés et le clocher est en mauvais état. « Ce n’est pas commode pour les enterrements  ! ». Réponse : «  les cloches ont été enregistrées, il faut maintenant installer des haut-parleurs mais rassurez-vous, ce sont nos cloches » a dit Y. Chantôme. «  Oui mais, pour l’Angélus  ? ». Eh bien non, il n’y aura plus d’angélus !

Plus de cars : un problème très préoccupant : il n’y a plus de car passant à La Meilleraye. Il y a eu dans le passé des navettes pour rejoindre le tram-train mais l’horaire n’était pas adapté. «  Et puis, le tram-train c’est trop cher ». Emmanuel Massé a précisé que k’étude sur un plan globale de déplacement a débuté à la Com’Com’  , premiers résultats en mars 2019. «  Nous sommes des oubliés » a dit un habitant.

Il y a bien le service «  Lila à la demande  », « mais on n‘y comprend rien dans les conditions d’utilisation » a dit un habitant.

 Plus de médecin

Plus de médecin : l’absence de médecin inquiète aussi. « Des médecins de Châteaubriant disent qu’ils vont créer un CTS, Conseil Territorial de Santé, regroupant des médecins du secteur. « C’est simple, a dit la maire, nous demandons une permanence un matin et un après-midi par semaine  ». Elle n’a pas le sentiment d’être écoutée du côté de la Com’Com’  .

Plus de commerçant : il reste quelques commerçants : boulangerie, coiffure, pharmacie. « En tant que citoyens, nous avons nôtre rôle à jouer. Quand nous allons chez le médecin, dans une commune voisine, pensons à venir chercher les médicaments dans notre commune. Nous avons besoin des commerçants locaux, c’est à nous de les faire vivre  ».


 Non violence

samedi 20 octobre, de 9h à 12h à l’école publique de La Meilleraye, première des quatre séances de la formation sur la communication non violente.
02 40 55 59 32