Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > Hôpital : Permanence d’accès aux soins

Hôpital : Permanence d’accès aux soins

écrit en 2000

Juste au moment où sort le livre de l’INSERM sur les inégalités en matière de santé , il est intéressant de faire le point sur un nouveau service offert par le Centre Hospitalier de Châteaubriant depuis le 1er mars 2000 : la PASS (encore un nouveau sigle à mémoriser).

La loi du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions a défini une priorité : l’accès aux soins des personnes les plus démunies. Des programmes régionaux ont été établis, comportant des actions coordonnées de prévention, d’éducation à la santé et de soins.

Dans le cadre de ces programmes régionaux, des structures d’accueil pour les personnes en situation de précarité ont été prévues. Les hôpitaux sont désormais incités en permanence à être vigilants sur le devenir de leurs patients et notamment sur leur faculté à poursuivre leur traitement dès leur sortie d’hospitalisation. Par exemple, il n’est pas question de renvoyer chez elle, sans précautions, une personne âgée qui n’a pas de famille, pas de provisions dans le frigo et pas de moyen de locomotion pour aller chercher ses médicaments et sa nourriture. Il faut d’abord s’assurer qu’un service social, ou des aides ménagères à domicile, pourront l’aider le temps nécessaire.

La Pass

Une structure d’accueil, qu’on appelle une « Permanence d’Accès aux Soins de Santé » (PASS) a été installée au centre hospitalier de Châteaubriant après une longue réflexion associant Mme Pascale Limoges (Directrice des ressources humaines), Mme Elisabeth Charriau assistante sociale, le Docteur Olivier Croizier (praticien hospitalier temps plein aux urgences) et Mme Evelyne Faure (surveillante au service des Urgences).

Son but : concourir à la lutte contre les exclusions sociales en relation avec les associations. les autres professions et acteurs compétents en ce domaine.

La PASS de Châteaubriant, ouverte depuis le 1er mars 2000, s’étend aussi à la région de Nozay

Les bénéficiaires

Concrètement, comment ça se passe : une personne est admise au Centre Hospitalier de Châteaubriant. Le personnel soignant est attentif à sa situation médicale et personnelle. S’il se rend compte que cette personne a des difficultés sociales ou psychologiques particulières, la PASS intervient pour proposer des consultations médicales à visée généraliste ainsi que des consultations sociales. Proposer, sans imposer. Rien ne se fait contre la volonté du patient.

Il peut s’agir :

– de personnes sans couverture sociale (par exemple sans mutuelle)

– ou de personnes qui, du fait de difficultés financières, ne peuvent faire l’avance de frais d’examen ou de médicaments.

– ou d’étrangers en situation irrégulière.

– ou de personnes sans domicile fixe.

– voire de personnes en grand isolement

Informer

Des exemples ? La PASS, par l’intermédiaire de l’Assistante sociale, peut informer les personnes sur leurs droits en matière de couverture sociale (il existe depuis peu une « couverture maladie universelle »). Cette couverture sociale pourra permettre la poursuite du traitement.

La PASS peut favoriser l’accès aux mesures de prévention en matière de contraception ou d’interruption volontaire de grossesse.

Elle peut inciter au dépistage du saturnisme chez l’enfant (maladie grave liée au plomb contenu dans les vieilles peintures des immeubles délabrés)

Coordonner

La PASS peut aussi si nécessaire, et c’est très important, réorienter la personne vers les partenaires compétents ou les structures adaptées : centre communal d’action sociale, associations caritatives, maisons de retraite, foyers d’accueil, etc.

Tout ceci implique, bien sûr, une bonne coordination avec les structures d’hébergement ou d’hospitalisation existant sur le secteur de Châteaubriant et avec des organismes comme les centres Communaux d’Action Sociale, l’Office des Retraités, l’Aide à domicile, les Restau du Cœur, etc.

Sur rendez-vous

Il y a deux sortes de consultations : des consultations médicales et des consultations sociales :

Les consultations médicales ont lieu sur rendez-vous les lundi et vendredi de 10 heures à 12 heures, au Centre Hospitalier.

Le médecin, Docteur Croizier, au vu de l’état de santé de la personne, et de sa demande pourra la réorienter vers des consultations de spécialités proposées sur l’hôpital.

Les consultations sociales ont lieu avec ou sans rendez-vous les lundi après-midi et vendredi matin, sur le même site que les consultations médicales.

Ces consultations ont pour objectif de faire le point sur la situation du demandeur afin de l’aider à résoudre ses difficultés et ainsi lui permettre d’ intégrer ou de réintégrer le circuit classique de soins.

Une plaque tournante

La PASS est une structure d’accès aux soins qui mobilise le personnel hospitalier ainsi que les partenaires extérieurs (Centre Communal d’Action Sociale. Centre Médico-Social, associations caritatives...). dans le but d’apporter aux personnes l’aide la plus personnalisée possible. Ainsi est-il fréquent à l’issue de la consultation PASS que les personnes soient orientées, si leur situation l’exige, et s’ils en sont d’accord, vers les partenaires compétents en matière d’aide financière par exemple.

De même, les partenaires extérieurs font appel à la PASS pour leurs usagers. Par exemple, si le Secours Populaire  , ou le CCAS   rencontrent, lors de leurs permanences, une personne qui semble en mauvais état de santé, elles peuvent lui suggérer de se rendre à la PASS de Châteaubriant.

Ce partenariat est donc un élément essentiel dans la prise en charge des patients. En effet. il ne faut pas oublier que la PASS n’a pas vocation à se substituer à la médecine de ville. Elle doit juste être un tremplin, une sorte de plaque tournante, pour permettre aux personnes, qui n’ont pas ou qui n’ont plus accès à la médecine de ville, d’y revenir.

La PASS est donc une étape dans la prise en charge, un moment contractualisé avec le patient lui-même, à qui rien n’est imposé.

Un peu plus

Le partenariat existe donc, mais des projets sont à l’étude afin de le formaliser un peu plus, par exemple en créant, avec l’aide du CCAS  , un groupe d’insertion par la santé pour certains bénéficiaires du RMI.

En effet, il a été remarqué que les RMIstes, qui bénéficient d’une couverture sociale complète (sécurité sociale et mutuelle), ne font que peu appel aux professionnels de santé. On peut expliquer ce fait par l’image dévalorisée qu’ils ont d’eux-mêmes, image qui ne les incite pas à aller à la rencontre des autres et encore moins du monde médical et professionnel.

Des démarches ont également été entreprises pour que les patients de la PASS qui éprouveraient des difficultés à se déplacer puissent bénéficier de tickets de bus gratuits.

Le personnel

Un médecin (Dr Croizier), deux assistantes sociales (Elisabeth Charriau, Anne-Sophie Ménager) sont à la disposition des personnes en difficultés, 24 h sur 24, dans la région de Nozay et Châteaubriant (l’une des assistantes sociales exerce à mi-temps sur Pouancé)

Bilan

En 6 mois d’ouverture, la PASS s’est occupée de 23 personnes : 15 d’entre elles venaient d’être hospitalisées dans divers services du Centre Hospitalier et nécessitaient qu’on s’occupe de leurs conditions de sortie, les 8 autres sont venues pour des raisons sociales : par exemple difficultés à payer des médicaments, ou même difficulté à payer le lait prescrit à des enfants atteints de certaines maladies

La plupart des personnes rencontrées avaient une couverture sociale de base (sécurité sociale, ou Couverture maladie Universelle). En revanche. nombreuses étaient celles qui n’avaient pas de mutuelle, (et surtout pas les moyens d’en financer une), tout en étant légèrement au dessus du plafond de 3500 F par mois qui donne droit à une couverture maladie gratuite.

La dispense d’avance des frais est une raison supplémentaire de faire appel à la PASS.

En effet, nombre de patients PASS bénéficient d’une prise en charge sécurité sociale et mutuelle, mais leurs ressources souvent limitées ne leur permettent pas le financement d’une consultation médicale.

La PASS permet donc à chacun d’avoir un égal accès aux soins. Mais cela ne réduit pas pour autant les inégalités sociales en matière de santé (voir l’enquête de l’INSERM, dans la Mée du 20 sept. 2000)

Un modèle

La PASS de Châteaubriant est une des premières mises en place dans la Région Pays de Loire. La réflexion qui a été menée est suffisamment exemplaire pour que le dossier serve de référence au niveau national (ministère de la Santé). Le personnel a suivi une formation particulière lui permettant d’assurer l’accueil en urgence, de détecter le non-dit des personnes, de gérer leur angoisse voire leur agressivité, de comprendre la demande des personnes et de se faire comprendre d’elles.

Avec la PASS, le centre hospitalier est amené à prendre en charge une population qu’il n’avait pas avant, à dépasser les soins physiques pour appréhender les personnes dans la globalité de leur vécu

Néanmoins, la PASS aura totalement rempli sa mission d’accès aux soins lorsque ...elle n’aura plus besoin d’exister. Ce n’est pas, hélas, demain la veille.

Pour contacter la PASS :
– l’accueil du Centre hospitalier de Châteaubriant - ou le 02 40 55 88 75

Pour prendre rendez-vous : 02 40 55 88 09


Ecrit le 6 avril 2005 :

Pour que détresse se PASS

Souffrance
– Crise
– Détresse
– Passe ou casse........... PASS ?

PASS : un sigle relativement nouveau à mettre dans un coin de votre crane : la permanence d’accès aux soins de santé.

Evelyne Faure, Elisabeth Chariau, François Reyt, Aïcha Ar

Ce service a été mis en place en mars 2000, suite à la loi de lutte contre les exclusions de juillet 1998. Il est si performant qu’il a été cité en exemple à titre de « référence nationale en milieu rural ». Cependant selon le directeur, François Reyt, le service prend chaque année 70 personnes en charge. « Soixante dix personnes seulement. Sûrement qu’on ne couvre pas les besoins car le service est encore peu connu ».

La PASS est un système d’accueil permanent, accueil médical, social, pour les personnes en grande difficulté, en situation de précarité. Il s’agit d’abord de repérage de personnes en difficultés, de prise en charge ambulatoire sans délai, de récupération des droits sociaux, avec comme objectif la réintégration au plus tôt dans le système de soins de droit commun. Mais en réalité, les deux-tiers des personnes repérées par la PASS de Châteaubriant requièrent une hospitalisation immédiate.

« La plupart du temps nous avons affaire à une situation de crise » dit Aïcha Arouel, médecin urgentiste. « Ce peut être un cas de suicide, ou une vieille dame que des voisins amènent en urgence, ou une personne en grande misère sociale que des associations nous adressent ». S’il s’agit d’un couple, il n’est pas rare de constater la nécessité de mettre en place, pour les deux, un environnement social adapté.

Le problème médical est le plus visible, le plus urgent, en raison de la situation de crise. « Mais les équipes ont été formées à la vigilance sociale » dit Evelyne Faure, cadre infirmier. « Il nous faut repérer les gens seuls, sans aide. On voit encore des personnes âgées qui ignorent ou n’osent pas demander une aide à domicile et qui sombrent dans la dépression et dans la misère ».

Souvent ces personnes ont des droits sociaux (couverture maladie par exemple, aide-ménagère), mais ne le savent pas. La PASS est un poste d’aiguillage. « Nous prenons toujours la personne en charge, tant qu’il y a urgence, puis nous l’orientons vers le CLIC  , ou les services sociaux, ou les psychologues ou vers le centre médico-psychologique   » dit l’assistante sociale Elisabeth Charriau.

Il n’est pas question de créer une filière spécifique pour les personnes en difficulté, mais d’accompagner le passage vers les structures existantes.

Bien sûr, la pauvreté et la misère ne disparaissent pas par miracle. Simplement, les différents acteurs sont un peu mieux organisés pour faire face à ces difficultés et ne pas se renvoyer les patients.

Repas,
douche et couches

a PASS peut offrir des consultations médicales, en particulier pour les personnes qui n’ont même plus les moyens d’avancer le prix d’une consultation chez un généraliste (aucun ne pratique le tiers-payant), et assurer le suivi pendant un certain temps.

La PASS peut fournir des médicaments, jusqu’à 15 jours renouvelables. S’il y a besoin d’un acte chirurgical rapide, le fait de passer par les urgences de l’hôpital permet la prise en charge par la Clinique dans le cadre de la mission de service public.

Il arrive, par l’intermédiaire de la PASS, que des personnes bénéficient de paniers-repas, ou de lait pour les bébés, ou de couches : appel est fait, dans ce cas, aux

associations caritatives, même en dehors de leurs jours de permanence.

Parfois la PASS fournit ... un bain ou une douche ... et des vêtements.

Une_Eliby_6.04
Dssin de Eliby
06 23 789 305

Coordonnées :

Permanences régulières d’un médecin :
– Lundis et vendredis de 10 à 12 h -
– 02 40 55 88 09

Permanence de l’assistante sociale :
– Lundi après-midi de 14 à 19 h
– Vendredi matin de 8h30 à 13h30
– 02 40 55 88 75 ou 02 40 55 88 87

En dehors de ces horaires, un accueil est assuré 24 heures sur 24 au service des urgences à l’hôpital de Châteaubriant.