Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > FMGC : 30 ans

FMGC : 30 ans

Ecrit le 10 octobre 2017

FMGC : 30 ans

La FMGC, Fonderie et Mécanique Générale Castelbriantaise va fêter ses 30 ans. En effet, c’est le 29 août 1988, que la Fonderie FMGC démarre son activité sur le site de Soudan (44) avec 37 salariés sur un terrain de 5 hectares, dont 3 500 m2 couverts, pour produire un peu plus de 8 000 tonnes par an. Mais l’histoire ne commence pas en 1988.

Cette fonderie est la poursuite de la Fonderie Leroy, créée en 1929 par Jules Leroy, ancien ouvrier de la fonderie Franco, en un lieu éloigné de la ville, sur la butte de Renac  , tout près de la SNCF, sur un terrain de 1,2 ha. A son départ en retraite, Jules LEROY transforme l’entreprise en Coopérative Ouvrière. A l’époque la Fonderie Leroy était spécialisée dans les pièces pour l’agriculture et les bateaux.

Après des années incertaines, la Fonderie Leroy est reprise en 1970 par les Éts Ragneau de St Pierre Montlimart. Rebaptisée FMGC, elle produit 1000 tonnes de fonte par an. C’est alors qu’arrive Gérard RIFLET, en janvier 1972 : cet ancien apprenti de la Fonderie Huard, entre comme contremaître d’atelier.

Mais à Châteaubriant l’urbanisation a rejoint le quartier de l’usine. Celle-ci, en mal de modernisation, pollue le quartier de bruit, d’odeurs, de poussières. Dès 1980 il est question de l’installation de cette fonderie en zone industrielle de Châteaubriant. Un terrain de 2 ha est accordé par la municipalité (Xavier Hunault, maire) mais la vente est annulée en prenant le prétexte de l’arrivée de François Mitterrand à la tête de l’État. La qualité d’ancien syndicaliste CGT, de Gérard Riflet, et sa fidélité à ses idéaux, faisaient peut-être peur ! Alors, pendant 8 ans, les rumeurs et péripéties se succédent. Il a été question de transférer l’usine à St Pierre Montlimart ou à Pouancé, il a été question de fermeture définitive de l’entreprise, avec licenciement des 35 salariés, et ce à la grande colère de M. RIFLET qui ne cesse de répéter : « Nous avons des clients, un chiffre d’affaires qui a progressé régulièrement. C’est aberrant de fermer une usine qui marche ! ».

En 1984 la Fonderie Leroy-Ragneau produit 5000 tonnes par an : mais les nuisances sont importantes pour le voisinage, il faut donc construire ailleurs ou fermer. En 1985 Gérard RIFLET, opiniâtre, saute le pas : avec quelques personnes de la Fonderie comme associés, et avec la participation financière de toute sa famille, il reprend la fonderie. Cette année-là, l’entreprise réalise 14 MF (millions de francs) de chiffre d’affaires. Gérard RIFLET s’enquiert d’un terrain : la municipalité castelbriantaise ne lui facilitant pas les choses, Gérard RIFLET choisit le site d’Hochepie, commune de Soudan, à la porte de Châteaubriant et la FMGC s’y installe le 29 août 1988.