Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Réflexion Habitat

Réflexion Habitat

Ecrit le 10 octobre 2018

Réflexion Habitat

Mercredi 3 octobre 2018, une soixantaine de personnes, en trois groupes, sont allées déambuler dans les rues du centre-ville de Châteaubriant, pour « jeter un œil » critique, réfléchir sur l’habitat, dans le cadre de l’action « Cœur de Ville ». Le compte-rendu de leurs observations était quasiment le même d’un groupe à l’autre. Résumons :

- la façade de certains immeubles a grand besoin de restauration, exemple place de l’église, ou rue Tournebride, ou rue du Pélican.

- la question des couleurs serait à travailler en façade, avec l’aide d’un cabinet spécialisé, pour redonner le sourire à des rues tristement grises.

- bien entendu, derrière les façades, les immeubles ont besoin d’être restructurés, rénovés : distribution des pièces, qualité énergétique.

- un bel immeuble ne suffit pas pour donner envie de vivre en ville. Il faut aussi pouvoir y circuler, y stationner, y rencontrer les autres. La question de l’axe est-ouest (Grand-Rue / rue de Couëré) a été posée : piétonnisation ? Artère dédiée aux artistes ?

- il y a aussi une question d’image. Les commerces qui ont fermé arborent de grands placards d’un jaune criard annonçant leur liquidation. D’autres magasins ont des enseignes désuètes qui ne donnent pas un sentiment de dynamisme. La question de la signalétique serait à revoir : quand on vient de la gare et qu’on arrive vers l’office de tourisme  , les rues ne sont pas accueillantes, le centre-ville est mal signalé.

- Est-ce le rôle de la ville d’acheter/rénover/louer des logements ? N’est-il pas possible de lancer de grands programmes d’aménagement, sur certains ilots, comportant du logement, peut-être un commerce, peut-être aussi une petite salle de réunion destinée aux habitants de l’immeuble ou du quartier ?

- Châteaubriant est une ville où il est difficile de rencontrer d’autres personnes, pour « refaire le monde ». Le système de réservation des salles municipales bloque toute initiative  . Heureusement qu’il y a l’amicale laïque qui joue intelligemment le rôle de « Maison des Associations ».