Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 14 novembre 2018

Mée-disances du 14 novembre 2018

Ecrit le 14 novembre 2018

 Ryanair bloqué

Le Figaro.fr du 09/11 : Le syndicat mixte des aéroports de Charente (Smac), qui attendait depuis 2014 le remboursement de la somme de 525.000 euros de la part de Ryanair a finalement remporté le bras de fer grâce à un argument de poids : le blocage d’un Boeing 737.

Jeudi vers 17 h 30, alors que l’avion venait d’atterrir à Bordeaux et s’apprêtait à embarquer 149 passagers pour Londres-Stansted, un huissier escorté de gendarmes du transport aérien a débarqué au pied de l’appareil et remis à son commandant de bord une ordonnance pour le contraindre à rester sur le tarmac girondin, une décision de saisie conservatoire   émanant de la DGAC (Direction générale de l’Aviation civile). Après l’acheminement d’un autre avion, les passagers ont finalement pu décoller vers Londres avec cinq heures de retard.

Pour ouvrir une ligne et s’installer à l’aéroport charentais en 2008, la compagnie aérienne avait demandé des aides financières. Or, en juillet 2014, la Commission européenne a déclaré ces soutiens publics illégaux, au motif qu’ils portaient atteinte à la libre concurrence. Condamné à se faire rembourser, le Smac a pu récupérer une moitié de la somme en 2016 (environ 500.000 euros). Mais depuis, Ryanair a épuisé tous les recours juridiques possibles pour ne pas verser le solde.

La saisie de l’avion a payé puisque l’entreprise irlandaise a accepté le remboursement des 525.000 euros dans la matinée de vendredi. L’appareil a pu redécoller le même jour à 12 h 30.

D’autres aéroports pourraient être concernés par des subventions indûment perçues : en décembre prochain, la Commission européenne se prononcera sur les aides reçues par Ryanair à Nîmes et Pau (pour des montants respectifs de 6,4 et 2,8 millions d’euros) et une enquête est en cours à Montpellier. Dans les deux premiers cas, Ryanair aurait déjà fait mettre sous séquestre les sommes et donc prévu de rembourser.

 Excès de vitesse

Lexpress.fr du 09/11 : Les gendarmes de la compagnie de Carpentras ont arrêté, le 2 novembre dernier, une Peugeot 3008 flashée à 130 km/h au lieu des 80 km/h désormais autorisés sur les routes départementales non-séparées par un terre plein-central. De plus, le conducteur roulait sans permis depuis 10 ans.

L’homme au volant, Yves Bayon de Noyer, est maire de la ville du Thor (Vaucluse). Cette commune de 8000 habitants l’avait élu en mars 2014 avec plus de 68% des voix. 

Il devra s’expliquer devant le tribunal en mars 2019.

 Vétérinaires

Il n’y a pas que dans les abattoirs que les bestiaux ont du souci à se faire : le Figaro.fr du 02/11 dénonce «  la pénurie de vétérinaires en milieu rural  ». 12 632 vétos sont installés en ville pour soigner les matous et les chiens des villes, contre 4 029 seulement à la campagne. Cette pénurie n’est pas provoquée par une baisse des revenus des praticiens ruraux. Au contraire : «  financièrement, exercer à la campagne peut rapporter plus qu’en ville, où le nombre de praticiens est parfois trop important par rapport au nombre d’animaux à soigner  ».

Seule solution : les paysans n’ont qu’à faire soigner leurs veaux, vaches, cochons et couvées en ville !

 Management

LeFigaro.fr du08/11 : Trois directeurs d’une entreprise chinoise de rénovation ont été incarcérés pendant cinq à dix jours car ils obligeaient les employés qui n’atteignaient pas leurs objectifs commerciaux à boire de l’urine ou à manger des cafards. Ces punitions étaient infligées en présence des autres membres du personnel de cette société située dans la province du Ghuizhou. Malgré ces méthodes extrêmes introduites en début d’année, la majorité des employés ont cependant préféré rester à leur poste.

« Selon les premières vérifications, cette entreprise a effectivement humilié et puni physiquement ses employés dans le but d’améliorer leurs performances » a souligné la police locale, qui a ajouté que l’enquête se poursuivait.

Les ONG dénoncent régulièrement les rudes conditions de travail dans certaines entreprises chinoises, où le personnel doit effectuer un nombre d’heures excessif, le tout pour de maigres salaires.

Le pays compte un seul syndicat officiel, la Fédération nationale des syndicats de Chine. Inféodé au Parti communiste chinois, il est jugé par les travailleurs inapte à défendre leurs droits.

Des ouvriers d’une usine de Shenzhen qui se plaignaient d’être traités comme des « esclaves » ont manifesté cet été pour réclamer la création de leur propre syndicat. Le régime n’a pas vraiment apprécié que son autorité soit contestée : des dizaines d’entre eux ainsi que des d’étudiants venus soutenir leur cause ont été arrêtés.

 Salon de l’évasion fiscale

20minutes.fr du 08/11 : Le Congrès international de l’émigration et de la propriété de luxe (IELPE) doit réunir 100 entreprises internationales et de riches visiteurs vendredi et samedi sur la Croisette.

L’antenne azuréenne du Parti communiste français (PCF) dénonce « un salon de l’évasion fiscale » tandis que le maire LR de Cannes réclame que le rendez-vous « émigre vers une autre destination  ».

« Ce salon est pour le moins croustillant  », lance Cécile Dumas, la secrétaire du PCF06, qui à prévu un tractage ce vendredi soir sur la Croisette. « Ce n’est, ni plus ni moins, qu’un endroit où l’on donne des recettes d’évasion fiscale et où l’on vend des visas dorés. Des cabinets d’investissements, des juristes et des avocats seront là pour expliquer au fameux 1 % des plus riches comment s’y prendre.  »

Selon la documentation transmise par l’organisateur, l’IELPE prévoit un riche programme autour de l’acquisition de résidences de luxe à l’étranger « pour sécuriser des actifs et créer des flux de trésorerie ». Et il sera aussi question de « consulting financier personnel ». Des conseils seront notamment délivrés pour « l’ouverture de comptes bancaires dans des pays très développés » et autour de « l’optimisation fiscale ».

Le congrès, dont des éditions sont également programmées à Kiev (Ukraine), Moscou (Russie), Shenzen (Chine) et Bombay (Inde), sera organisé dans les prestigieux salons de l’hôtel Martinez. Il est accessible moyennant un ticket d’entrée à 1.000 euros. Vendredi soir, une soirée de gala à l’hôtel Majestic Barrière, avec huîtres, champagne et cigares à discrétion, sera également ouverte à quelques visiteurs, «  seulement sur invitation  ».

« C’est d’un cynisme incroyable, tance encore Cécile Dumas. Ce sont des riches qui s’organisent entre eux pour organiser la fuite de l’argent. Et je trouve absolument sidérant qu’il n’y ait pas plus de réactions politiques à ce sujet.  »

A l’occasion d’une conférence de presse sur un autre sujet, le maire de Cannes a lui-même dénoncé la tenue du congrès. « Le thème de l’émigration fiscale est consternant et provocateur. Ce salon devra émigrer vers une autre destination pour ses prochaines éditions », a-t-il lâché, précisant que les événements «  se déroulant dans des lieux privés ne sont pas soumis à autorisation de la préfecture ou de la ville. »