Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Hôpital : il y a de la place aux urgences

Hôpital : il y a de la place aux urgences

Ecrit le 2 janvier 2007

 Urgences : trois fois plus de places

Depuis début 2006, après des années de tractations commencées par le maire Martine Buron, il existe un « pôle de santé » à Châteaubriant comprenant l’hôpital, la clinique, un laboratoire d’analyses médicales et bientôt des locaux pour le CAPS (Centre d’Accès Permanent aux Soins).

Une opération de restructuration du Centre Hospitalier a été entamée en octobre 2006 pour une durée de 33 mois et un coût prévisionnel de 14,4 millions d’euros (TTC), portant sur •
– 5487 m2 de surfaces restructurées,
– 2222 m2 de surfaces neuves,
soit près de 8000 m2, destinés principalement à :

– Une nouvelle maternité,
– La restructuration des locaux des urgences et de la pédiatrie,
– La création de Iocaux pour le Centre Accueil et de Permanence des Soins (CAPS)
– L’aménagement d’un hall d’accueil commun hôpital/clinique
– et la création de locaux de consultations pour les praticiens libéraux et hospitaliers du pôle de santé.

Les travaux se déroulent en huit phases. L’ensemble des travaux sera fini pour juin 2009.

Urge

 Les urgences

L’activité des urgences est en constante augmentation depuis des années :
(12 076 passages en 2004, 12 330 en 2005 et 14 623 en 2006)
et cela pour deux raisons
– les urgences qui se rendaient directement à la Clinique, passent désormais par le service du Pôle de Santé
– La raréfaction des médecins de nuit ou de week-end a conduit les familles à venir directement aux urgences en particulier pour les problèmes de santé des enfants (ceux-ci représentent 21 % des admissions d’urgence)

Depuis le 25 octobre 2007 le service des urgences, qui faisait antérieurement 300 m2, a intégré de nouveaux locaux modernes et performants de presque 500 m2 permettant une meilleure prise en charge des patients.

Ce n’est d’ailleurs qu’une 1re étape puisque les anciens locaux vont être réhabilités, ce qui donnera en tout 800 m2 pour les urgences.

Il y aura alors :
– 4 lits d’hospitalisation (très courte durée)
– 4 box dont 2 salles de
déchoquage-réanimation
– 3 salles de soins
– 3 bureaux de consultation

L’informatisation du service, qui se fera au 1er trimestre 2008 permettra de mieux suivre les malades et garantira la qualité et la sécurité des soins.

SMUR toujours prêt

Depuis quelques semaines, l’hôpital dispose d’un nouveau véhicule SMUR (Secours Mobile d’Urgence et de Réanimation), équipé d’un arsenal de réanimation, d’un médecin urgentiste et d’un infirmier anesthésiste qui peuvent se rendre sur différents lieux d’intervention (voie publique, domicile...) pour assurer des soins de secours en urgence. Après « stabilisation », la personne secourue est transférée par une ambulance ou un véhicule de pompiers vers le service hospitalier adapté.

Le véhicule SMUR du Centre Hospitalier de Châteaubriant est appelé à intervenir environ 500 fois par an soit 20 000 kilomètres parcourus pour répondre à des détresses souvent vitales. D’où l’importance d’avoir un équipement performant. Dans l’hypothèse d’une panne sur ce véhicule, il faut savoir qu’il existe un deuxième véhicule de secours exclusivement dédié à cette mission également. Le service SMUR est donc toujours prêt à démarrer.

Hélico jour et nuit

Depuis 1988, le Centre Hospitalier disposait d’une héli-station permettant les transports sanitaires des patients par hélicoptère. Mais cette héli-station n’était pas équipée pour les transferts nocturnes et il est arrivé, des fois, qu’en cas d’urgence, les hélicoptères atterrissent sur le terrain de sports près du Lycée Guy Môquet.

Compte tenu des besoins, les travaux de mise aux normes et d’équipement ont été réalisés durant le mois de Novembre 2007. L’héli-station est en service depuis le 1er Décembre 2007.

Après le départ du directeur M. Reyt, après l’intérim de M. Pierre Vollot, le Centre Hospitalier de Châteaubriant attend sa Directrice, Mme Sanson, venue de Pontivy.

 Un accord avec les chirurgiens du privé

Une convention a été signée avec les chirurgiens (chirurgie viscérale) de la Clinique : ceux-ci acceptent de se déplacer pour donner un avis au sujet des malades admis en urgence au Centre Hospitalier.

Une convention du même type est en préparation pour les chirurgiens orthopédiques.

Consultations

Le bâtiment destiné à accueillir les consultations des chirurgiens de la clinique, dans un bâtiment du Centre Hospitalier, devrait être terminé vers mai 2008. On ne sait pas encore si les chirurgiens accepteront d’y venir.

Source : le M

Le pôle de santé, menacé ?

Ce n’est pas encore une menace précise, mais un article du Monde du 19 décembre 2007 évoque une « nécessaire restructuration » aussi bien de cliniques que des hôpitaux.

« La tarification à l’activité (T2A), qui lie le financement des hôpitaux et cliniques au nombre d’interventions pratiquées, risque de modifier profondément l’offre de soins.

Selon la FHF (Fédération Hospitalière de France), les unités de chirurgie ne réalisant pas 4 000 interventions par an, y compris en ambulatoire, ainsi que les maternités sous le seuil des 1 000 accouchements n’atteignent pas un seuil de « rentabilité » suffisant.
Elles pourraient donc être menacées, techniquement et financièrement, à plus ou moins longue échéance ».

Ce risque de fragilité est d’autant plus élevé lorsque la relève de praticiens âgés (+ 55 ans) dans ces spécialités (auxquels il convient d’ajouter les anesthésistes et radiologues) n’est pas assurée.

L’hôpital d’Ancenis est classé parmi les plus vulnérables. Le pôle de santé de Châteaubriant est à la limite.

Nous n’avons pas pu avoir le nombre d’actes chirurgicaux annuels mais il est sans doute inférieur à 4000. Par ailleurs la Maternité est loin des 1000 naissances (792 naissances en 2006).