Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > Débat-santé

Débat-santé

Ecrit le 21 novembre 2018

Une soirée-débat-santé a été organisée les 12-13 novembre, dans le cadre d’une recherche statistique sur les parcours de santé dans la région de Châteaubriant . Une vingtaine de participants ont donné leur avis. Qu’est-ce que la santé, pour vous ? Qui est responsable de ma santé ?

Une constante pour les participants : la santé n’est pas seulement l’absence de maladie. C’est un état global de bien-être qu’il soit physique ou psychologique. Le premier acteur de la santé, c’est la personne elle-même. Mais des facteurs extérieurs jouent aussi, par exemple l’environnement, les conditions de travail. Protéger sa santé c’est, bien sûr, aller voir un médecin, mais c’est aussi intervenir pour limiter-éviter les facteurs extérieurs nocifs.

Les habitants du territoire sont-ils en bonne santé ? Oui, ont répondu quelques participants. Non, ont dit la plupart des autres, chacun voyant la situation selon son travail professionnel, les enfants pour un directeur d’école, les personnes âgées pour une auxiliaire de vie, les femmes enceintes pour une infirmière … Mais faut-il généraliser à toute la population ?

Les problématiques de santé dans notre territoire sont liées au tabac et à l’alcool. Même si la consommation d’alcool a diminué, elle reste encore très forte. En revanche le cadre de vie qui est le nôtre est un facteur de santé.

Un aspect à ne pas négliger : la santé mentale. Celle-ci est en danger dans notre territoire, aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Autrefois, dans les villages, les enfants jouaient dehors, avec les copains. Maintenant, a dit une participante, « on ne voit plus les enfants dans les rues, ils sont tous … devant les écrans ». La solitude touche les personnes âgées surtout lorsqu’elles sont géographiquement isolées…. Mais il ne faut pas oublier les personnes qui ne sont ni jeunes, ni âgées. «  Quand je rentrais chez moi le soir, dans une rue déserte, je déprimais  » a dit un directeur d’école. «  Et je constate que la Com’Com’   propose des activités aux jeunes, et aux aînés, mais pas à ceux qui sont entre les deux  » .

Il manque à Châteaubriant un centre social, un lieu ouvert où l’on puisse se retrouver pour dire bonjour, pour partager joies et préoccupations, pour refaire le monde, en dehors de tout cadre associatif ou autre.

Manquer de recnnaissance, ne pas trouver sa place dans la société, se replier sur soi : c’est souvent un moyen d’échapper au mal-être. Du moins c’est ce qu’on croit alors que, en fait, c’est néfaste. Seule la vie sociale peut apporter le bonheur. C’est entre autres le rôle des fêtes de village, fête de la soupe, fête de la confiture ...

Une vie sociale doit être diversifiée … car, selon les âges, les attentes ne sont pas les mêmes.