Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Mobilité, train, vélo, loi LOM

Mobilité, train, vélo, loi LOM

Ecrit le 21 novembre 2018

Les questions de mobilité sont de plus en plus à l’ordre du jour. Certains se plaignent de transports en commun trop chers, d’autres d’absence de transports et tous constatent le temps perdu en déplacements et le coût des carburants … sans oublier la pénurie de pétrole qui se produira dans les années à venir. Dangers donc, de tous les côtés et projets à élaborer pour pallier ces difficultés.

 En danger : le train

A partir de Châteaubriant, il y a deux problèmes de train. Le premier concerne la ligne vers Rennes car la rénovation du segment Châteaubriant-Retiers n’est pas financée. Le second concerne le tram-train Châteaubriant-Nantes, bien à la peine.

Selon un article de Médiacités du 15 novembre 2018, des chiffres ont été rendus publics lors du dernier comité de lignes “Périurbain nantais” du 8 novembre dernier. Le taux de satisfaction client sur la ligne Nantes-Châteaubriant est correct (86 %) mais la fréquentation demeure inquiétante : seulement 1 977 voyages quotidiens, en moyenne, en 2017. Loin, très loin de l’objectif de 11 200 voyages fixé par la Région Pays-de-la-Loire lors de la réouverture de la ligne, il y a quatre ans et demi.

« La durée de trajet, le nombre limité de navettes et le tarif perçu comme élevé en trajet occasionnel [12,5 euros l’aller depuis avril 2018, il ne satisfait que 66 % des usagers, ndlr] figurent vraisemblablement parmi les éléments d’explication. » dit l’article au sujet de la fréquentation des Castelbriantais.

Pourtant l’hypothèse d’un « RER Nantes-Châteaubriant-Rennes », fermement défendue par la fédération d’usagers FNAUT Pays-de-Loire est relancée. La réunification de la ligne, actuellement bloquée par des heurtoirs en gare de Châteaubriant, est aussi proposée noir sur blanc par le haut-fonctionnaire Francis Rol-Tanguy, missionné par le gouvernement pour réfléchir aux “mobilités du Grand Ouest”.
« Une réflexion particulière doit être portée sur la gare de Châteaubriant où les choix technologiques ne permettent pas une continuité de l’offre de service entre Rennes et Nantes », écrit-il dans son rapport publié cet été.

En attendant, la maigre fréquentation du tram-train, et le projet de prolongation du tramway nantais, entre Nantes et la Chapelle sur Erdre, suscitent des inquiétudes sur l’avenir du tram-train. Celui-ci se développerait davantage s’il offrait des tarifs plus intéressants. On nous dit que ce tram-train a coûté 124 millions d’euros à la Région Pays de Loire (sur un total de 268 millions d’euros). C’est énorme mais à relativiser quand on sait que le projet de prolongation du tramway nantais est chiffré à 125 millions d’euros.

 Réflexion : mobilité

La première réunion publique sur le Plan Global de Déplacement (PGD de la Com’Com’   Châteaubriant-Derval s’est déroulée le mercredi 24 octobre sous la forme de deux ateliers « Dessine moi ta mobilité sur une carte » et « Choisis des images sur le ressenti de ta mobilité d’aujourd’hui et sur la mobilité souhaitée pour demain ».

Dans le cadre de l’opération Cœur de Ville, la Municipalité et la Com’Com’   invitent les commerçants et habitants du centre-ville de Châteaubriant à une réunion publique de concertation sur le thème de la mobilité et de l’accessibilité, jeudi 22 novembre 2018 à 18 h 15 au Marché Couvert   - Châteaubriant

[ndlr : ceux qui ne sont pas du Centre-Ville peuvent y participer aussi !].

 Vélo en longue durée

Vélos à assistance électrique

Depuis le 8 octobre 2018, la Com’Com’   Châteaubriant-Derval a mis en service des vélos à assistance électrique pour des locations moyennes durées. Cette action menée dans le cadre du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) rencontre déjà un franc succès.

Par exemple Gérard Borderie a loué un vélo en mairie de Derval pour une période d’un mois. « Moi qui ne faisais pas de vélo auparavant je me suis vite habitué à celui-ci, c’est même devenu un réel plaisir de multiplier les allers retours chaque jour pour faire mes courses et me promener. Ce vélo est très facile à manier, je l’ai remis en charge 4 fois ce qui a dû me coûter moins de 20 centimes ! ». Michelle Lhommelais à Rougé : « Je m’en suis servie pour aller rendre visite à des amis à Teillay et pour faire quelques petites courses. J’ai apprécié le panier installé à l’avant et les deux grandes sacoches à l’arrière. Je n’ai ressenti aucune douleur lorsqu’il a fallu gravir les côtes, contrairement à un vélo classique, mais n’allez pas croire qu’il ne faut pas pédaler, c’est faux, si on arrête de pédaler le vélo s’arrête tout simplement. »

Pour louer un vélo, Il suffit de se rendre dans un des cinq lieux de location, quelle que soit la commune dans laquelle on habite, à condition qu’elle fasse partie des 26 communes de l’intercommunalité. Les tarifs, très attractifs sont de 25€ pour une location d’un mois, 70€ pour une location de 3 mois et 135€ pour une location de 6 mois. Lieux : les mairies de Soudan, Issé, St Julien de Vouvantes, Derval, Rougé. Site internet : www.cc-chateaubriant-derval.fr Renseig. au 02 40 81 84 09

 On attend la LOM

La LOM (Loi d’Orientation des Mobilités) devrait être promulguée prochainement. Elle a retenu quatre orientations :
– Considérer la mobilité dans sa finalité d’accès aux services et aux activités afin de réduire les déplacements.
– Mobiliser et faire confiance aux acteurs des territoires pour favoriser les initiatives locales, citoyennes et les expérimentations sur la mobilité au sens large.
– Faciliter l’accès de tous à la mobilité.
En développant l’information numériquement mais aussi via des plateformes téléphoniques de services et des relais de proximité dans chaque bassin de vie.
– Cibler l’effort collectif de solidarité sur les publics et territoires plus fragiles.

Les associations d’élus se sont félicitées de la qualité de la concertation mise en place par le gouvernement, et regardent avec intérêt certains aspects du texte, notamment la possibilité pour les Com’Com’   de prendre la compétence organisation de la mobilité. Mais elles notent que le texte risque d’imposer des « contraintes lourdes » aux communes et intercommunalités. En particulier la collecte des données relatives à l’accessibilité des itinéraires piétons et le référencement des cheminements piétons au répertoire cadastral, pour les communes et intercommunalités de plus de 10 000 habitants.

 Co-voiturage

Alors que certains parcourent des trajets seuls dans leur voiture, d’autres rencontrent des difficultés de déplacement, et ils sont nombreux. Le covoiturage solidaire est une solution créatrice de liens et d’entraide. Adresse :
https://www.ouestgo.fr/


Ecrit le 12 décembre 2018

 Vélos en libre-service

Douze vélos à assistance électrique sont désormais proposés à la location à Châteaubriant et répartis sur deux stations équipées chacune de 7 points d’attache pour des déplacements de quelques heures à une journée (maximum de 12 heures consécutives).

Ces deux stations sont une première dans le Grand Ouest avec cette technologie française de verrouillage hydraulique et recharge simultanée des vélos à assistance électrique.

Selon la municipalité et la Com’Com’   Châteaubriant-Derval, « La station de la gare est destinée prioritairement à faciliter les déplacements des usagers du tram train et des autocars de la plateforme multimodale ».
Notre commentaire : très bien pour les voyageurs qui arrivent à la gare mais comment utilisent-ils ce vélo ? Si c’est pour aller en centre-ville, ça va. Un euro la demi-heure et on pose le vélo. Mais si c’est pour rejoindre son lieu de travail, cela peut faire 4 heures, soit 8 €. Prohibitif ! Quant aux voyageurs occasionnels ils ne pourront s’en servir que s’ils ont un smartphone. [remarque : le conseil communautaire de décembre 2018 a fixé un nouveau tarif : un euro de l’heure, quelle que soit la dure. Ca c’est mieux)

« La station de la rue Aristide Briand est destinée prioritairement aux habitants du centre-ville qui n’ont pas de solution de stationnement vélo sécurisé ».
Notre commentaire : ceux qui n’ont pas de place chez eux pour les vélos ne seront pas intéressés par un vélo en location, d’autant plus que le tarif est excessif : 1 € par tranche de 30 minutes (puis 2 € les 30 minutes à partir de la 5e heure d’utilisation).

« Un usager pourra retirer un vélo sur une station et le déposer sur une autre si un point d’attache est disponible ». Ca c’est bien !

La location s’effectue par internet via un ordinateur fixe ou via un smartphone, ou par carte à retirer à l’office de tourisme   ou au guichet unique des familles (Tél 02 40 28 88 89).

Station vélo à la gare

Un Castelbriantais qui passe très souvent par la gare, à vélo, s’étonne de ne voir aucun vélo retenu, alors que ces vélos sont installés depuis fin octobre. Il a envoyé une photo :

Il y a toujours un emplacement libre pour pouvoir raccrocher un vélo loué ailleurs. Mais pour l’instant, pas de location. L’étude de marché a-t-elle été bien faite ?