Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 05 décembre 2018

Mée-disances du 05 décembre 2018

Ecrit le 5 décembre 2018

 Termites en réseau

FuturaSciences du 23/11 : Un immense réseau de termitières de 230.000 km2, soit la superficie de la Grande-Bretagne, vient d’être découvert au nord-est du Brésil. Il compte plus de 200 millions de monticules coniques, mesurant chacun environ 2,5 mètres de haut et 9 mètres de diamètre. Les échantilons prélevés par les scientifiques indiquent qu’ils ont été construits il y a entre 690 et 3820 ans. Les chercheurs s’interrogent encore sur la raison de ces constructions massives et se demandent pourquoi aucune chambre royale n’a pu être trouvée…

 La voie du danger

De Clubic du 28/11 : Les géants du web utilisent un outil permettant de déterminer si un individu est jugé « à risque » ou dangereux par la simple analyse de sa voix et sa diction. Concrètement, le système génère un questionnaire dont les réponses doivent être « oui » ou « non ». Cet interview d’une dizaine de minutes est mené par téléphone et une intelligence artificielle analyse en temps réel les réponses données, mais surtout la manière dont elles sont énoncées.

De cette manière, l’outil peut produire une évaluation selon une grille d’analyse précise donnant le niveau de risque d’un individu, qu’il soit un candidat à un entretien d’embauche, mais également un réfugié ou un demandeur d’asile !

[Demain les robots gouverneront les hommes].

 Sous bandeau

HuffPost du 27/11 : deux Australiens ont accueilli leurs 54 invités venus célébrer leur union dans la ville de Maleny, lors d’une réception bucolique. Rien de plus normal jusque là, si ce n’est qu’il a été remis à ces derniers un accessoire peu commun lors de la cérémonie : des cache-yeux. Au lieu de regarder la cérémonie, on a demandé aux invités de se bander les yeux en guise de solidarité avec la mariée, pour vivre l’expérience comme elle.

Malvoyante, Stephanie Agnew ne peut distinguer que des formes claires et des formes sombres. Elle n’a même jamais vu son mari. « Je connais sa carrure, explique-t-elle. Il mesure plus de 1 mètre 90, et moi un peu plus de 1 mètre 60. Il est donc beaucoup plus grand que moi. Je sais qu’il a des épaules larges, mais pour le reste je dois me fier aux descriptions. »

La mariée, qui révèle avoir perdu progressivement la vue autour de ses 19 ans, explique avoir eu du mal à accepter son handicap. Comme pour sa mère, ce fut très difficile de se faire à l’idée. Mais elle n’a jamais abandonné. Ce mariage est pour elle l’illustration parfaite qu’il ne faut jamais arrêter de se battre.

 Ressuscités

Les numériques.com du 27/11 : Un dysfonctionnement de Facebook Messenger a fait remonter des messages non lus dans les fils de discussion des utilisateurs, ce qui peut engendrer des situations scabreuses, en retrouvant des messages compromettants oubliés ou des conversations avec des personnes avec lesquelles les ponts ont été coupés, entre autres. Ce bogue nous rappelle que Facebook détient toutes ces informations...

 Arnaques en Inde

Génération-nt.com du 27/11 - Des arnaqueurs, en Inde, exploitent les outils d’édition de Google Maps dans le but de modifier les numéros de téléphone de banques ou autres organismes de confiance. Une fois les numéros modifiés, les clients sont automatiquement redirigés vers les pirates qui tentent, au détour de la conversation, de récupérer des informations confidentielles dans le but de leur subtiliser de l’argent. La police a déjà diffusé des messages alertant de l’arnaque et Google a officiellement commenté sur le sujet, expliquant mettre tout en œuvre pour intervenir le plus rapidement possible lorsque des modifications malicieuses intervien-nent sur des établissements clés comme les banques.

Rappelons en France comme en Inde, combien il faut se méfier à la fois des données partagées sur Internet mais aussi lors de la communication de ses coordonées bancaires et de ses mots de passe.

 Overdoses et suicides

AFP du 29/11 : L’espérance de vie a continué à baisser aux États-Unis en 2017 par rapport à 2014, une dégradation historique principalement due à la crise des overdoses de drogues, mais aussi à l’augmentation du nombre de suicides, selon des statistiques de santé ce 29/11.

L’espérance de vie à la naissance était en 2017 de 76,1 ans pour les hommes et de 81,1 ans pour les femmes. La moyenne pour la population était de 78,6 ans, contre 78,9 en 2014. C’est trois ans et demi de moins que de l’autre côté de la frontière, au Canada, également touché par les overdoses.

En 2017, environ 70.000 Américains sont morts d’overdose de drogues, 10% de plus qu’en 2016. Dernièrement, la majorité des morts sont dus aux opiacés synthétiques, principalement le fentanyl, plus puissant que l’héroïne, où une erreur de dosage peut être fatale. Une substance facile à expédier par la poste car une quantité infime, glissée dans une enveloppe, suffit.

Les suicides ont parallèlement continué à augmenter en 2017 aux Etats-Unis, atteignant 47.000 décès. Depuis 1999, le taux de suicide a augmenté de 33%.

 La bouillie au cuivre

Reporterre du 28/11 : Connu sous la forme de bouillie bordelaise, le cuivre est utilisé par les agriculteurs bio pour combattre différents champignons, dont le mildiou. Mercredi 28 novembre 2018, les autorités européennes ont décidé de renouveler l’autorisation du cuivre pour sept ans tout en abaissant les doses autorisées à 4 kg par ha et par an en moyenne sur 7 ans.

Le mildiou, est la principale maladie de la vigne : « ça commence par les feuilles, puis la grappe, décrit Bertrand Quesne. Les tissus végétaux s’assèchent, et selon la saison, cela crée des moisissures blanches ou des taches brunes  ». Quelle que soit la couleur, le résultat est le même : en 2012 en Champagne, les viticulteurs ont perdu en moyenne 25 % de leur récolte. Contre cette épidémie, il existe donc un « remède miracle » : le cuivre. « On l’applique sur la plante, juste avant la pluie (le mildiou se développe avec l’humidité), détaille M. Quesne. On peut en mettre dix, quinze fois dans l’année, si la pression est forte.  » Employé depuis la fin du XIXe siècle en combinaison avec d’autres éléments, le cuivre s’est répandu dans les vignes, mais également en arboriculture et en maraîchage (contre le mildiou de la pomme de terre), plébiscité pour son efficacité. Du fait de son caractère traditionnel, la substance est également autorisée en agriculture biologique et en biodynamie, constituant ainsi l’unique élément non naturel de la pharmacopée bio.

Résultat : «  En Europe, l’application quasi ininterrompue de bouillie bordelaise contre le mildiou a très fortement accru les teneurs des sols en cuivre  », observe l’Inra (Institut national de la recherche agronomique). « Les scientifiques ont constaté une toxicité chronique, liée à l’accumulation sur le long terme, pour les micro-organismes du sol et pour les vers de terre  ». Mais mieux vaut du cuivre que du glyphosate ou du métham-sodium, «  car depuis 150 ans qu’on en utilise, il n’y a pas eu d’épidémies ou de cancers causés par cette substance » dit un viticulteur.