Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Police > Gendarmerie : on ne peut rien faire

Gendarmerie : on ne peut rien faire

Ecrit le 7 novembre 2007

 Ah non, on ne peut rien faire

Jeudi 1er novembre 2007
Une petite rue de Châteaubriant.
Un véhicule mal garé qui empêche une famille de sortir sa voiture. Il y a de la place pourtant, à côté : il aurait suffi de pousser le véhicule de 20 cm.

La famille patiente : elle a vu que le véhicule n’est pas tout jeune et même qu’il a un pneu lisse. « Nous ne voulions pas causer des ennuis à ces gens-là ».

Mais le temps passe. Personne ne vient déplacer le véhicule. La famille s’enquiert auprès de tous ses voisins : non, il n’appartient à personne du coin.

Finalement, dans l’après-midi, vers 17 h, le père de famille s’en va signaler le fait à la gendarmerie en fournissant le numéro du véhicule. Les pandores font une recherche dans leurs fiches et reviennent : « Non, on ne peut rien faire ». Un gendarme précise à un autre gendarme : « J’ai téléphoné, personne ne répond ». Téléphoner à qui ? Mystère ! A la police municipale peut-être. Ou à Sarkozy, qui sait ....

Lorsqu’il rentre, son épouse s’étonne : quoi, on ne peut rien faire ? Elle appelle alors la gendarmerie qui lui précise que les propriétaires de la voiture habitent dans une rue tout proche, au n°18 de la rue ..... Le père de famille y va.

Ouf ! une jeune femme arrive pour déplacer le véhicule, sans un mot d’excuse pour la gêne occasionnée. « Vous savez, on est en panne, on s’est garés ici hier soir vers 21h30, on n’a pas pu aller plus loin » - En panne peut-être, mais il était facile de pousser la voiture de 20 cm le long du trottoir.
– « Vous auriez pu faire appel à un dépanneur »
– « Un dépanneur, ça coûte cher un jour férié »
– « C’est vrai mais vous avez préféré nous empêcher de sortir Vous auriez eu le temps, en cours de journée, de venir pousser un peu votre véhicule. Nous on ne voulait pas vous créer d’ennuis ».

Alors la jeune femme a cette parole adorable : « Vous pouvez bien téléphoner à la gendarmerie, on a deux personnes bien placées, on ne risque rien » . Ah bon.


Note du 12 décembre 2007

 Sainte Geneviève

Sainte Geneviève est la patronne des Gendarmes depuis 1962. Dans un Etat qui se dit laïc, c’est assez étonnant de faire ainsi appel aux Saints et aux Saintes ! Et d’organiser des cérémonies religieuses qui concernent tous les hommes, y compris ceux qui ne sont pas catholiques !

La Sainte Geneviève a été fêtée à Châteaubriant en cette fin de novembre 2007, pour la première fois. Dame ! C’est un bon moyen de « tenir » les hommes, de les rassembler . Si ça pouvait les inciter à offrir à Dieu les Heures supplémentaires qu’on ne leur a pas payées, ce serait un geste généreux, un bon moyen de servir la France ! Plutôt que d’aller manifester le 8 décembre comme prévu.


Ecrit le 21 octobre 2009

 Poudre

Un gendarme qui sent la poudre et pleure ! C’est pas banal. C’est ce qui est arrivé à la brigade de la Meilleraye de Bretagne après l’ouverture d’une lettre contenant une poudre s’apparentant aux gaz lacrymogènes. C’était le mardi 13 octobre 2009. On vous dit que le 13 porte malheur ! Trois pompiers venus à la rescousse ont eux-aussi été pris de malaises à proximité de l’enveloppe. Mais tout est rentré dans l’ordre. Les gendarmes recherchent l’expéditeur du courrier.

(Ndlr : c’est un prosélyte pentecôtiste qui, apparemment, n’est pas responsable de cet état de chose. La police scientifique s’interroge sur une éventuelle réaction chimique liée à l’encre ou au papier)