Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal- du 15 mars 2014 au 15 mars 2020 > CM 2018-2019 > Conseil Municipal, ne discutez pas !

Conseil Municipal, ne discutez pas !

Ecrit le 19 décembre 2018

Au Conseil Municipal de Châteaubriant, ce 13 décembre 2018, les élus de la majorité étaient contents d’eux et de leur plan global de déplacement (PGD). C’est normal, ils estiment avoir bien travaillé et être dans la bonne voie. C’est pourquoi ils acceptent mal qu’une petite voix, venue de l’opposition, ose émettre des observations voire des critiques. Exercice difficile pour ceux qui voudraient voir leur projet approuvé à 100 %. Exercice difficile pour ceux qui estiment qu’on ne prend pas en compte leurs demandes. C’est pourtant le jeu de la démocratie !

Par délibération du 8 avril 2015, le Conseil Municipal a décidé d’élaborer un Plan Global de Déplacement (PGD) afin de définir une stratégie globale en matière de sensibilisation, d’aménagement et de développement des mobilités douces. En concertation avec différents usagers, le bureau d’étude ITEM a accompagné la Ville pour réaliser le diagnostic de ce document.

En parallèle de cette étude, des échanges ont eu lieu avec la commission municipale
PGD, le Conseil Municipal des Jeunes, la Commission Sécurité Circulation Stationnement sans oublier les associations d’usagers du vélo telles que Véli-Vélo, afin de compléter les informations sur les besoins en matière de mobilité douce et plus spécifiquement le vélo.

Par ailleurs, la Municipalité, dit-elle, « a engagé depuis plusieurs années des actions en faveur de l’utilisation partagée et sécurisée des différents espaces de circulation dont notamment les 26,6 km de voies ou pistes cyclables.

De nombreux aménagements ont déjà été réalisés en créant des giratoires en remplacement des carrefours à feux tricolores. L’aménagement de la rue des 27 Otages est engagé afin de sécuriser cette entrée de ville en assurant une circulation apaisée avec la prise en compte de la mixité des usages tels que les vélos, les piétons et les voitures. La rue du Duc d’Aumale, fera également l’objet d’un programme de rénovation.

De plus, sont engagés les travaux de cheminements doux entre l’espace aquatique
intercommunal « Aquachoisel » et les étangs de Choisel. Cet espace est déjà en lien avec la cité scolaire par un cheminement piétons qui sera conforté par les futurs aménagements du quartier Borderie.

Quant au centre-ville historique, une zone 30 a été mise en œuvre depuis le 1er juillet 2018 ».

La Communauté de Communes a également lancé, suite au Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET), une étude de Plan Global de Déplacement qui est aujourd’hui au stade de pré-diagnostic. D’ores et déjà des actions concrètes ont été actées à Châteaubriant à savoir deux stations de location de vélos électriques et programmation d’une nouvelle offre de transport en commun avec deux navettes électriques en remplacement du Castel-Bus qui ne donne pas satisfaction.

Nelly Boucherie, pour La Voie Citoyenne, conteste les 26,6 km de voies et pistes cyclables. Elle s’appuie sur le diagnostic rendu par le cabinet ITEM en 2016 (page 14) : «  il y a 8,3 km de bandes cyclables (et 1,2 km en projet), et 1,7 km de pistes cyclables : ce qui fait un total de 11,2 km  ». De 11,2 km à 26,6 km cela fait une petite différence, mais ce n’est peut-être qu’un détail. Nelly Boucherie remarque cependant : « depuis le diagnostic en 2016, je n’ai jamais revu le cabinet ITEM en commission PGD : et vous avez enfin admis en commission du 26 novembre 2018, que vous aviez choisi de ne plus travailler avec lui  ». Une explication de la municipalité ?

Selon la municipalité, le PGD s’appuie sur six grands principes :
1 - stratégie de communication : sensibiliser, former à tous les modes de déplacements.
2 – stratégie de déplacement vélos : mailler le territoire en complétant le réseau existant, expérimenter des contre-sens vélos et des sas vélos, développer l’offre de matériel.
3 – stratégie de déplacement piétons : plan d’accessibilité, plan de circuit découverte.
4 – stratégie de déplacement voitures : plan de circulation, stationnement.
5 – stratégie de déplacement collectif : les différentes modalités de transports en commun. [Ndlr : notamment remplacer le CastelBus par deux navettes électriques ? Le circuit sera la condition de son succès].
6 – une maison des mobilités : un outil spécifique et transversal.

On le voit, ces grandes idées sont intéressantes mais ne sont encore qu’à l’état de principes, on ne voit pas les modalités pratiques de ce Plan Global de Déplacement.

La voiture est très utilisée à Châteaubriant : 83% des ménages sont motorisés donc 17 % sont sans voiture. La part de ménages sans voiture est plus importante à Châteaubriant (17%) que dans l’intercommunalité (12%) ou la Loire-Atlantique (15%). Il faut tenir compte du fait que Châteaubriant est une commune vieillissante : 23 % de la population a plus de 65 ans contre 16 % en Loire-Atlantique.

L’étude remarque que la voiture représente 78% des déplacements intercommunaux domicile-travail, les modes doux représentant 16%, les transports en commun sont anecdotiques (1%).

61 entreprises castelbriantaises ont été consultées, 31 réponses sont parvenues, notant une prépondérance de la voiture, (87,8% des employés utilisent la voiture), des initiatives de covoiturage qui se développent (5,6%), les modes doux (marche et vélo) ne représentent à eux deux que 5% de l’ensemble des déplacements.

Le PGD peut être consulté ici :
voir le site PGD
il ne comporte pas de propositions précises, sauf un itinéraire de déplacement Nord Sud par l’Ouest de la ville. Il propose une Maison des Mobilités :
• Espace d’exposition, de conférences,
• Locaux associatifs en lien avec la thématique « déplacement »,
• Atelier d’entretien,
• Accès aux offres de matériel en location,
• Information sur les itinéraires de découverte. Renseignements divers.

Nelly Boucherie a commenté : « comment rejoint-on aujourd’hui le nord au sud en passant par le centre ville à vélo ? En empruntant des voies dangereuses ou à fort trafic : par la rue du château ou par le boulevard Victor Hugo. Aucun aménagement n’est fait pour traverser le centre ville de manière apaisée ; vous persistez dans ce sens et prenez des mesures pour contraindre les cyclistes à emprunter ces axes dangereux.

Je m’explique : nous sommes en zone 30 dans le centre ville depuis cet été, ce qui est une bonne chose, dans ce cas le code de la route dit que le double-sens cyclable est généralisé dans les rues à sens unique des zones 30 sauf si un arrêté contraire est pris. Et vous avez choisi de prendre cet arrêté pour interdire le double-sens cyclable non pas dans une rue en particulier mais dans toutes les rues à sens unique du centre ville. A Châteaubriant, il y a une cinquantaine de rues à sens uniques : combien sont-elles à double sens ? Une seule, la rue Charles Goudé ».

Nelly continue : «  par ailleurs la municipalité a oublié les aménagements cyclables à l’occasion des modifications des chaussées, comme l’impose la loi LAURE, voici quelques exemples :
l’avenue Jean Moulin, avec le trottoir devant la gendarmerie et les pompiers
• sur les derniers rond-points : rue des Vauzelles, à l’hippodrome, au niveau de Medline…
• rue de l’Europe devant les lycées Guy Moquet-Lenoir : avec l’installation de bandes rugueuses à angles vifs qui ne laissent pas de place pour le passage des
cyclistes sur les côtés de la chaussée.
En conclusion, il faudrait ajouter le point suivant sur la délibération : « chaque intervention sur la voierie doit prévoir des aménagements réservés aux cyclistes conformément à la loi LAURE »

Mais cette intervention, opiniâtre, n’a pas plu   à la majorité et le maire a déclaré à Nelly Boucherie : je ne discuterai plus avec vous ! Marie Humeau, pour la Voie Citoyenne, a déclaré : « nous sommes attachés à la mise en œuvre d’une véritable stratégie de développement de l’usage du vélo à Châteaubriant. Nous aimerions en particulier que soit pris en compte la nécessité de trajets sécurisés en modes doux vers les écoles. Ce point n’apparait pas dans le PGD  ».

Les élus ont également décidé de répondre à l’appel à projet de l’ADEME dans le cadre de la mise en application du plan national vélo et mobilités actives annoncé par le Gouvernement le 17.09.2018.
(suite au prochain numéro)