Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Sécurité, CLS, CLSPD, Pompiers > Vie, soucis, espoirs d’une commune

Vie, soucis, espoirs d’une commune

Ecrit le 23 janvier 2019

A St Vincent des Landes, nous n’avions pas l’intention de traiter la cérémonie des vœux mais elle retrace si bien la vie, les soucis, les attentes d’une commune ….

Souci : le maire Alain Rabu a parlé des « contrats aidés » : « la loi en vigueur est devenue beaucoup plus rigide et les aides financières sont moins avantageuses. De ce fait au restaurant scolaire et à l’école privée il n’y a plus de contrat aidé, tout comme à la voirie ; il ne reste que plus qu’Amandine en tant qu’animatrice socio culturelle et un poste à l’école Lucie Aubrac. Pour soutenir le public en recherche d’emploi ou en insertion nous faisons régulièrement appel aux services de l’ACPM  , tant pour les travaux dans les bâtiments que pour les remplacements ponctuels »
.
Espoir  : «  En juin, nous avons également convié tous les demandeurs d’emploi de la commune à une rencontre avec les organismes sociaux et les employeurs. Cette matinée organisée par la commune et la maison de l’emploi a permis à ces personnes en quête d’un avenir plus serein d’échanger avec les représentants de pôle emploi, de la mission locale pour les plus jeunes, mais aussi avec les employeurs de la commune et les agences d’intérim. Certes tous les demandeurs d’emploi n’étaient pas présents, mais ceux qui ont pu participer à cette rencontre en sont sortis rassurés et confiants. J’en profite pour remercier tous les acteurs qui ont participé à ces temps d’échange  ».

 Pompiers, cherchez l’erreur

Souci  : le maire est revenu sur la fermeture du centre de secours. « Cette décision, prise pour des raisons pseudo-économiques est vraiment dommageable pour nos pompiers et la population. Après 6 mois de cette nouvelle organisation, j’aimerais connaître les réelles économies engendrées. D’après quelques informations que j’ai eues, de nouveaux pompiers professionnels devraient arriver à Châteaubriant pour pallier le manque de pompiers volontaires : cherchez l’erreur ». En tout cas je remercie tous ceux et toutes celles qui se sont battus pour éviter cette fermeture et je garderai longtemps en mémoire le rassemblement de juillet 2015 où nous étions plus de 400 personnes réunies devant la caserne pour dire NON à la fermeture du centre de secours et cette cérémonie du 3 juillet dernier où nous étions encore très nombreux à assister à l’enterrement du Centre de Secours et d’Incendie de St Vincent organisé par l’amicale des pompiers.

L’ancienne caserne sera peut-être une maison des associations

Souci  : « Et comme ça ne suffit pas, le conseil d’administration du SDIS a voté sur proposition des communes et collectivités les plus riches, une nouvelle méthode de calcul pour les appels de cotisations, ceux-ci ne se feront plus sur le potentiel financier des communes mais essentiellement sur la population, conclusion : les moins riches payeront davantage. Pour St Vincent, l’impact financier va être important : en 2018 nous payions 27 000 € au SDIS et que dans les 5 ans à venir nous devrons verser plus de 44 000€. C’est pour toutes ces raisons que le conseil municipal a pris une délibération s’opposant à cette nouvelle forme de calcul.  »

Retenons plutôt les évènements positifs de 2018 :

Les travaux de voirie de la Magdeleine sont terminés. La 1re tranche des travaux d’enrobé dans le cimetière a été réalisée à l’automne, le reste est programmé pour cette année. Parallèlement à ces travaux, la gestion du cimetière va être informatisée en cours d’année.

Espoir : Les maisons situées au 14 place de l’Eglise et au 1 rue de la Mairie ont été démolies, laissant de la place pour que la Com’Com’   y construise une médiathèque  , d’une surface d’environ 140 m2 . «  Nous avons programmé la construction d’un local commercial pouvant accueillir de la vente de pain, un bar, tabac, presse, jeux, les services postaux… Ce bâtiment d’une surface d’environ 150 m2 est estimé à 150 000 € et l’équipement à 60 000 €. Nous voulons un bâtiment qui puisse accueillir un maximum de services, qui soit complémentaire des commerces existants et suffisamment achalandé pour que les gérants puissent vivre dignement de leurs activités. Ce bâtiment sera loué, nous avons déjà des candidats ».

Projet de bibliothèque et commerce, ici

Les études sont aussi en cours pour agrandir l’école Lucie Aubrac, les travaux de décapage de la cour ont été réalisés à l’automne. Ces travaux d’agrandissement deviennent urgents, puisque l’école disposait à l’origine de 5 classes, et il a fallu réquisitionner la salle de repos et l’ABCD pour y installer la 6è et la 7è classe. Et à la prochaine rentrée, avec le dédoublement des classes de CP et CE1 dans le cadre du Réseau Educatif Prioritaire, il faudra probablement disposer de 8 classes.

«  Conjointement à ces études menées sur l’agrandissement de l’école, nous travaillons sur l’aménagement de locaux destinés à accueillir les élèves, avant et après l’école, l’accueil périscolaire, situé actuellement au rez-de-chaussée de l’ancien presbytère est trop exigu et n’est pas adapté à cette activité, l’idée est de coller ce nouvel équipement au presbytère pour que les équipes encadrantes de l’accueil périscolaire et de la halte d’enfants puissent mutualiser leurs moyens humains et matériels, que ce bâtiment soit fonctionnel et conçu pour accueillir également un centre de loisirs. Situé dans le prolongement du presbytère, les enfants disposeraient de la cour et du préau de l’école et les parents des aires de stationnement déjà existantes  ».

Puis quand ce bâtiment sera terminé, la halte d’enfants qui est basée à l’étage de l’ancien presbytère pourra s’installer au rez-de-chaussée à la place de l’actuel accueil périscolaire, facilitant ainsi l’accès aux locaux pour l’équipe d’animation et les parents.

Le fait médiatique le plus marquant de l’année 2018 aura été pour St Vincent les conséquences des pluies abondantes du 11 juin, entrainant des hauteurs d’eau jamais égalées de mémoire de Vincentais. Sous la pression des eaux du Cône, le pont de la Courberie datant de 1853 et propriété du département n’a pas résisté, entrainant vers 2h du matin la chute dans la rivière de la voiture d’un ouvrier de la Saria qui se rendait à son travail. Fort heureusement, le conducteur de ce véhicule s’en est sorti après une grosse frayeur. D’autres dégâts, notamment des inondations par ruissellements ou par capillarités ont été recensés, engendrant pour certains des gros travaux de réparation.

Le pont, en cours de finition

D’autres dossiers, moins spectaculaires et moins onéreux mais tout aussi importants ont abouti en 2018. Le logo communal a été repensé et rafraîchi ; ses différentes couleurs représentent la nature, l’espoir, le soleil, la culture, l’énergie, les cinq flammes s’apparentent aux cinq doigts de la main. (Comme une main qu’on tend, qui donne et qui reçoit). Quant aux traits aux formes arrondies, ils nous invitent à découvrir nos circuits de randonnées en flânant le long du Cône.

Des jeux pour enfants ont été installés près du Cité-Parc, et une piste de skate Park destinée aux plus grands.

L’année qui vient de s’écouler a été marquée par de nombreuses fêtes et animations proposées à la population. Tous ces moments festifs portés par les associations, par la commune ou conjointement sont des temps propices à la mixité sociale et aux échanges. « Je tiens à saluer le dynamisme de notre tissu associatif et la commission communale animation, tout ce travail que vous faites, vous les bénévoles, pour mener à bien vos projets. Souvent dans l’anonymat, vous proposez à notre population des activités culturelles, de loisirs, sportives, de services ou liées à l’enfance ou à l’école, vous êtes le maillon indispensable dont nos modestes communes ont besoin  ». Quand on cumule le nombre de spectateurs qui ont assisté à ces manifestations organisées par les associations dont le siège social est à St Vincent, on dénombre plus de 16 000 spectateurs en 2018 soit 10 fois la population.

Une nouvelle association l’Ecurie Cross Ouest, organisera début octobre un camion cross sur le terrain d’auto-cross. Le cercle d’escrime de Châteaubriant et le Club d’Athlétisme de Châteaubriant-Derval ont décidé de décentraliser leurs activités à St Vincent. Toujours au niveau associatif, l’ACV et le Théâtre Messidor ont fait appel à la population pour recruter des acteurs de théâtre, une dizaine de personnes, de tout âge, a répondu présent à cet appel, depuis quelques semaines ils se rencontrent le lundi, ils sont à choisir une pièce, on peut espérer qu’à l’automne prochain la troupe sera sur scène pour-nous présenter leur pièce, la mise en scène sera assurée par Alexis Chevalier.

Par ailleurs un grand rassemblement d’ados aura lieu le 11 juillet, cette manifestation intitulée les Olympiades est organisée par les Potes des 7 lieux et aura lieu là où il y avait la fête de la confiture.

« Je profite de la présence de la gendarmerie à notre cérémonie des vœux, pour les remercier du travail qu’ils ont fait cet été pour mettre fin aux incivilités commises par des jeunes en manque de repères. Ce travail mené conjointement par la gendarmerie, la municipalité et par les Vincentais qui ont déposé plainte a payé. Les jeunes ont été arrêtés, mis en examen. Même si encore quelques énergumènes nous provoquent, St Vincent a retrouvé sa tranquillité. C’est ensemble qu’il faut agir et surtout ne pas avoir peur d’eux  ».

 Adieu La Poste ?

Quelques informations sur les travaux en 2019 : Nous allons agrandir la cour du restaurant scolaire, refaire la toiture du bâtiment accueillant la poste, changer le portail du local voirie, du local traiteur et du hangar mis à disposition du comité des fêtes, continuer à entretenir les voiries communales, remplacer le sol de la salle municipale, les traverses en bois qui soutiennent le parquet sont par endroit pourries, rendant impossible la réparation. Nous allons aussi mettre aux normes la main courante du terrain de football et raccorder les eaux usées des vestiaires au réseau public d’assainissement.

Comme chaque année nous avons reçu les dirigeants de La Poste, nous connaissions leur discours bien avant qu’ils arrivent. Il faut bien admettre que nous servons de variable d’ajustement quand il manque du personnel, et que le bâtiment est vétuste et pas accessible aux personnes à mobilité réduite. Si ce service doit être transféré, nous souhaiterions qu’il le soit dans un commerce. Patricia de Vival, ayant assez de travail. Il faut attendre que le nouveau local commercial ouvre ses portes, c’est trop long pour La Poste, il nous faut donc trouver une solution, à la mairie, pourquoi pas, même si le personnel accepte cette nouvelle tâche je ne suis pas sûr que matériellement et techniquement ce soit possible.

 Le pain

Autre sujet sur le grill, le pain : trouver une solution à la fermeture de la boulangerie. Nous avons contacté une dizaine de boulangers, sur les communes avoisinantes. Certains n’étaient pas intéressés, d’autres l’auraient été, mais ne pouvaient pas humainement ou matériellement assurer cette surcharge de travail, d’autres trouvaient que le local qu’on mettait à disposition était mal situé, un voulait bien fournir le pain, les viennoiseries et les gâteaux à condition que la commune embauche le personnel de vente. Nous avons longtemps compté sur le seul candidat qui acceptait de fournir le personnel, mais nous n’avons plus de nouvelles de lui. Au Conseil Municipal nous avons décidé d’engager des démarches pour recruter du personnel pour vendre le pain. Pour l’instant, administrativement c’est très compliqué pour une mairie d’embaucher du personnel pour une durée déterminée. Dans notre idée c’est de recruter deux personnes à temps partiel qui pourraient travailler en alternance en attendant que le nouveau local commercial ouvre avec une amplitude horaire allant de 7h-7h30 à 13h.

Pour optimiser ces coûts de personnel, comme techniquement ça va être compliqué d’installer les services de La Poste à la mairie, nous pourrions, en plus de la vente du pain, y adjoindre les services de La Poste dans un même lieu ; on pourrait aussi y mettre les journaux. Ce lieu nous l’avons arrêté, il s’agit de la partie sud de l’ancienne crêperie, la pièce fait environ 40 m2, elle est propre, facilement aménageable, il y a un parking, ce n’est sans doute pas l’emplacement idéal, mais c’est celui qui engendrera le moins de coûts pour l’aménager. Espérons maintenant qu’administrativement nous trouvions une solution pour recruter, si ce n’est pas possible par le biais de la mairie, nous trouverons une autre forme juridique (association…).

 Santé et commerce

Après avoir fait l’acquisition de la maison médicale le 1er janvier 2018, la commune a réduit significativement les tarifs de location. Est-ce lié à cela ou pas ? En tout cas au cours de l’année 2018, la commune a noté l’arrivée d’une ostéopathe, puis d’une sophrologue et d’une kinésithérapeute. «  Aujourd’hui plus de 100 patients franchissent quotidiennement la porte d’entrée de la maison médicale. Il reste deux pièces de disponibles aménagées pour accueillir un médecin alors si par hasard vous connaissez un docteur...  » . Pour que ces 7 praticiens se sentent bien à la maison médicale, pour qu’ils puissent prendre leur repas, et travailler dans de bonnes conditions ou se reposer, la mairie aménagera l’actuelle tisanerie.

Le maire a aussi accueilli les commerçants, artisans ou professions libérales qui se sont installés en 2018. Cette année, ils sont 9 à avoir fait ce choix : taxi-ambulance, ostéopathe, pharmacienne, sophrologue, kinésithérapeuthe, traiteur, SOS nuisibles, carreleur et « for’anim kids »

« Bravo à vous tous, vous avez osé, entre penser à s’installer et s’installer il y a un monde que seuls ceux qui s’engagent dans cette démarche peuvent connaître  »

En plus de ces neuf professionnels, deux nouveaux marchands ambulants vont venir place du marché s’ajoutant au marchand de galettes du jeudi et à la fleuriste le vendredi. Le mardi, le marchand de pizza, et le samedi un nouveau marchand de galettes.

Le commerce local est dynamique, trois commerçants Vival, Couleurs et Nature, FM traiteur ont été aidés par la Région, sur les 12 aidés de la Com’Com’  .

Enfin le maire a lancé un appel aux plus âgés : le conseil des sages de la Communauté de Communes est à la recherche de bonnes volontés, il voudrait avoir au moins un représentant de chaque commune.

Site internet :
voir le site stvincentdeslandes