Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Défendons la langue française > Les mots homophones

Les mots homophones

Ecrit le 20 février 2019

Les homophones sont des mots qui se prononcent de la même façon , mais qui n’ont ni le même sens, ni la même orthographe, tels auspices et hospice par exemple. Ils se distinguent des homographes qui, eux, s’écrivent de la même façon sans se prononcer de la même manière et ont un sens différent, comme on le voit dans l’exemple suivant : les poules du couvent couvent.
Notons que certains mots sont à la fois homophones et homographes tels cousin, mousse ou verre.

Le mot auspices -employé uniquement au pluriel- signifie présage tiré du vol des oiseaux (du latin avis= oiseau et spicere= examiner) : dans l’Antiquité ce sont des prêtres appelés augures qui examinaient le vol des oiseaux pour en tirer des présages. Par la suite, le mot auspices a pris le sens de présage ; ainsi sont nées les expressions « naître sous d’heureux, ou au contraire de fâcheux auspices » ainsi que « c’est de bon ou de mauvais augure ».

Le mot hospice est issu, comme hôpital, hospitalité et hospitalier, du mot hôte : il désignait au XIIe siècle une maison où des religieux offraient l’hospitalité aux pèle-rins et aux voyageurs ; au XVIIIe siècle, il a pris le sens d’établissement public ou privé qui accueillait des orphelins, des enfants abandonnés, des vieillards, des infirmes. Au XXe siècle, on y accueillait des personnes âgées démunies, il était dans l’esprit des gens synonyme de mouroir. Le mot n’est guère usité de nos jours.Il est « l’ancêtre » des maisons de retraite aujourd’hui appelées EHPAD.

Les Hospices de Beaune à l’architecture gothique remarquable, à la toiture de tuiles vernissées, sont devenus le Musée de la Bourgogne et de la médecine médiévale dans l’Occident chrétien.

Hui n’a rien à voir avec huis : la deuxième partie du mot aujourd’hui (1) vient du latin hodie (= en ce jour) qu’on n’emploie plus seul actuellement, alors que huis vient du gallo-roman ustiu, issu du latin ostium qui signifie porte. L’expression à huis clos date du XVIe siècle. A l’époque des Croisades, un huissier était un navire de transport dont la coque, percée d’une large porte (ou huis), permettait de débarquer directement les combattants.

Guillaume Apollinaire a chanté :
Dans la plaine les baladins.
S’éloignent au long des jardins.
Devant l’huis des auberges grises.
Par les villages sans église ….
Et les enfants s’en vont devant.
Les autres suivent en rêvant ….

Il serait trop long de donner la liste de tous les homophones de la langue française, nous n’en retiendrons ici que quelques-uns :

Père, pair et paire,
Mère, mer et maire,
Encre et ancre,
Pain et pin,
Balle et bal,

Voix et voie,
Tente et tante,
Mètre, maître et mettre,
Compte, conte et comte,
Chaîne et chêne,

Foi, foie et fois,
Port et porc,
Faim et fin,
Qu’en, camp, quand, quant
Sceau, sot et seau,

et tant d’autres : ça, sa ; plutôt, plus tôt ;
son,sont, etc.

(1) aujourd’hui s’est d’abord écrit en trois mots : au jour d’hui.

DEVINETTE : pourquoi qualifie-t-on certains présages de sinistres ?

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro de La MEE :
« Porter plein » est une expression tirée du langage maritime qui signifie gouverner de façon que les voiles soient suffisamment gonflées par le vent pour ne pas fas(s)eyer.

Elisabeth Catala