Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Expectative, pessimisme, optimisme ?

Expectative, pessimisme, optimisme ?

Ecrit le 30 janvier 2019

 Yves Daniel

Le député Yves Daniel, dans une conférence de presse conjointement avec sa suppléante Séverine Lenoble, a donné son opinion sur la situation. Il se situe, lui, dans le camp des optimistes. « Le Président a lancé un Grand Débat National, nous n’avons pas encore tous les outils mais notre but est de transformer les réponses individuelles en réponses pour le plus grand nombre  ».

J’ai posé trois questions au président de notre groupe parlementaire, dit-il  :
1 – comment trouver le juste équilibre entre la démocratie représentative et la démocratie participative ?
2 – comment trouver le juste équilibre entre, d’un côté, ceux qui disposent du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif et, d’un autre côté, les maires et élus départementaux qui sont sur le terrain ?
3 – les Français attendent d’être respectés, comment fait-on ?

 Démocratie territoriale

Yves Daniel a évoqué la demande de RIC (Référendum d’initiative   citoyenne) en commentant : « on ne peut pas en parler pour l’instant, tant que les gens ne sont pas assez informés*. On ne peut pas imaginer que les citoyens travaillent d’un côté et les législateurs de l’autre ».Il rejoint en cela ce que dit Henri Weber : « on peut et on doit compléter, corriger la démocratie représentative parlementaire, en l’enrichissant d’éléments de démocratie sociale et de démocratie directe » . Yves Daniel et Séverine Lenoble multiplient les visites sur le terrain, pour voir comment on passe des paroles aux actes et comment on peut « enrichir les débats parlementaires avec les apports d’une démocratie territoriale, plus humaniste, plus humaine  ».

« On légifère beaucoup, dit Yves Daniel, mais il y a peu d’évaluations sur le terrain, peu d’études d’impact, peu de simulations, peu de prise en compte de l’expérimentation  ». «  Des lois ont été faites, il n’y a pas encore les décrets d’application, et déjà on passe à autre chose ou on les réforme ». « Il y a en France des ruptures dans la chaîne de concertation et dans la chaîne de communication. Les députés eux-mêmes ne sont pas suffisamment écoutés  ».

Mais je commence à sentir une évolution, dit-il, au moins en ce qui concerne les relations entre les administrations et les citoyens. Je pense qu’il y a eu des consignes données pour que les citoyens soient davantage écoutés. Je le sens en particulier dans le dossier des nuisances des éoliennes »

 Loi ESSOC

Yves Daniel est revenu sur la loi ESSOC : ou « loi pour un État au service d’une société de confiance  » qui s’inscrit dans la volonté du Gouvernement de moderniser l’action des services publics. Elle comporte deux piliers : faire confiance et faire simple et s’adresse à tous les usagers - particuliers ou entreprises - dans leurs relations quotidiennes avec les administrations. Des mesures emblématiques : droit à l’erreur - médiation généralisée dans les Urssaf - relation de confiance.

 Loi Egalim

Yves Daniel a parlé aussi d’une loi qui lui tient à cœur : la loi EGALIM (agriculture-alimentation). Issue des états généraux de l’alimentation, cette loi entend établir de nouvelles règles pour la chaîne alimentaire et rééquilibrer les relations commerciales entre agriculteurs, transformateurs et distributeurs, pour mettre fin à une guerre de prix mortifère pour toute la filière, dont pâtissent aussi les consommateurs. « Il faut maintenant associer les différents acteurs sur le terrain, pour la mettre en application ».

 Droits à vie

Enfin Yves Daniel s’est réjoui de l’entrée en application de deux décrets parus en fin d’année 2018 : Le décret du 24 décembre 2018 permet l’allongement de la durée maximale d’attribution de certains droits pour les personnes handicapées, ainsi que leur attribution sans limitation de durée pour les personnes dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer favorablement. Comme dit Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées : «  Il faut qu’on arrête de demander aux Français de devoir prouver leur handicap jusqu’à dix fois dans leur vie  ». Le décret du 27 décembre 2018 allonge, quant à lui, la durée d’attribution de l’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH), lorsque le taux d’incapacité de l’enfant est au moins égal à 80 % et sans perspectives d’amélioration.

*[Ndlr : les ‘communicants’ du gouvernement ne sont pas satisfaisants : de ce fait on n’apprend le contenu des lois qu’à travers le prisme déformant de la presse ! Les citoyens ne peuvent donc pas se faire leur propre avis].

Trois soirées d’échanges de vœux sont prévues :
jeudi 31 janvier – 19h à Mésanger
Jeudi 7 février 19h à Erbray salle Forges
Vendredi 8 février 19h salle annexe de la salle des fêtes, place du Nord.
Vous pourrez vous y exprimer !

Contact : 09 67 06 38 17