Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > Conforter l’offre publique de soins

Conforter l’offre publique de soins

Ecrit le 30 janvier 2019

Selon les vœux du directeur, M. Maleuvrier, au centre hospitalier Châteaubriant-Nozay-Pouancé, l’année 2018 aura été riche en événements dont on peut se réjouir :

♦ Le renouvellement du label lHAB (hôpital ami des bébés) qui porte la maternité à un haut niveau de qualité pour le bien-être de l’enfant et des parents,
♦ L’inauguration de l’unité d’hospitalisation renforcée (UHR) au sein de la MAPA, permettant un accueil spécialisé des résidents atteints de maladies neuro dégénératives,
♦ L’ouverture de l’hôpital de jour de gériatrie qui vient compléter la filière de prise en charge de la personne âgée,
♦ L’attribution par le Conseil Régional d’une subvention de plus de 2.4 M € permettant de construire une nouvelle école paramédicale,
♦ La reconnaissance par l’ARS   (Agence Régionale de Santé) et les conseils départementaux de l’insuffisance de financement des EHPAD, ce qui a conduit à l’allocation de moyens supplémentaires équivalant à une quarantaine d’emplois sur 4 ans ;

Et enfin le lancement du projet d’établissement, «  construction collective d’une vision d’avenir pour positionner clairement et de manière volontariste l’établissement dans le paysage régional de l’offre de soins. II doit anticiper l’adaptation de ses services aux besoins de santé dont la progression continue est prévisible sur notre territoire  ».

De gros investissements seront nécessaires pour répondre aux besoins actuels (urgences déjà saturées) et futures (la nécessaire humanisation des unités d’hospitalisation de court et moyen séjour).

Le centre hospitalier de Châteaubriant-Nozay-Pouancé a un rôle éminent à jouer pour maintenir et conforter l‘offre publique de soins de premier recours.

L’activité du Centre Hospitalier a été stable par rapport à 2017, et la situation financière est saine. «  Nous devrions finir l’année 2018 à l’équilibre tous budgets confondus, ce qui est un bon résultat dans un contexte toujours tendu de baisse des tarifs et d’exigence d’efficience économique toujours plus forte ».

 2019

L’année 2019 sera celle de la mise en œuvre du projet d’établissement avec notamment :
♦ L’élaboration du schéma directeur architectural : l’enjeu sera celui de son approbation par l’ARS   qui en conditionnera le financement.
♦ La mise en place des nouveaux pôles médicaux,
♦ L’installation d’ici la fin 2019 d’une unité de surveillance continue (USC - soins critiques) de six places en articulation étroite avec le CHU et la clinique SAINTE MARIE
♦ La fin du déploiement de l’automatisation du circuit du médicament grâce au robot (automate) dans les EHPAD puis les USLD (long séjour).

Il est prévu le démarrage sur le site CHOISEL des travaux du projet de dialyse médicalisée ECHO en lien avec le projet de Maison de santé pluriprofessionnelle,

et aussi la création d’un nouveau parking et la mise en sécurité du site de Choisel par de la visio surveillance.
Le site internet du Centre Hospitalier :
voir le site ch-cnp.fr

Médailles du travail et départs en retraite au Centre Hospitalier

Julie Quentel est la présidente de la commission médicale d’établissement, elle remplace le Dr Coisne parti s’occuper des soins palliatifs en Guyane ! Pour elle, « 2018 a encore eu son lot de circulaires tarifaires excitantes, de décisions judiciaires pesantes, de drames professionnels humains, des élections professionnelles compliquées ». Elle y ajoute « les raccourcis habituels tel l’efficience c’est moins de personnels, la pénurie médicale, la fermeture contrainte de lits... Bref, LA vie hospitalière  ».

Les études montrent que les professionnels de santé sont vidés émotionnellement. «  C’est bien dans ce contexte d’épuisement professionnel que nous évoluons, nous n’échappons pas à la règle ».

Pour autant devons-nous céder à ce mal- être inquiétant ? Alors même que notre sens c’est de prendre en charge le patient qui a mal, qui va mal C’est ensemble que nous pouvons relever le défi.

La commission médicale d’établissement est associée étroitement aux projets et au devenir du Centre Hospitalier. « Merci Monsieur le directeur, pour ces débuts d’échanges constructifs, certes un tantinet pimentés parfois, mais avec le Dr Hourdin, vice-président, vous connaissez notre penchant pour le choix des mots et de la ponctuation !  ».

Mme Quentel a poursuivi :

En 2019, nous devons continuer à ne pas nous arrêter à la première difficulté pour contribuer à faire grandir l’établissement.

Le GHT, Groupement Hospitalier de Territoire, est une chance pour nous. La télémédecine, les possibilités pour le personnel infirmier de se former à la pratique avancée seront une des solutions d’avenir.
Nous devons aussi renforcer nos coopérations avec les professionnels de ville et acteurs privés Tous ensemble, nous avons la capacité de proposer un meilleur accès aux soins.

Enfin. à ceux qui travaillent, répondent présents, s’investissent, je dis Merci avec un grand M ….

 Politique Handicap

Le Centre Hospitalier Châteaubriant-Nozay-Pouancé a passé convention pour 3 ans avec le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique, pour faire évoluer les perceptions du travailleur handicapé et des pratiques au sein des équipes professionnelles, favoriser et contribuer à l’intégration des personnes en situation de handicap dans le monde du travail, améliorer les conditions de vie des personnes en situation de handicap.
Le référent handicap : 02.44.79.40.13


 Deux SSIAD en un

Après diverses péripéties, la fusion entre les deux services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) de Derval-Rougé et Saint-Nicolas-de-Redon est devenue officielle au 1er janvier 2019. Le SSIAD Derval-Rougé conserve ses locaux à Sion-les-Mines. Le SSIAD de Saint-Nicolas-de-Redon s’est installé à Guémené-Penfao. En tout 23 communes sont couvertes par ce service.

«  Nous disposons désormais de 107 places au total, précise la directrice, Nelly Chevalier : les 40 de Derval-Rougé, les 57 places de l’ex-SSIAD de Saint-Nicolas-de-Redon et dix places pour l’intervention d’une équipe spécialisée Alzheimer   (ESA). » Le personnel compte maintenant 37 salariés : aides-soignantes, personnel encadrant et administratif.

Le conseil d’administration est constitué de représentants des communes, des usagers et du personnel. « Nous souhaitons avoir un délégué par commune », affirme le président Yannick Massard.

L’Agence régionale de santé (ARS  ) a largement soutenu cette fusion. « Les soins à domicile sont plus que jamais nécessaires et notre seule ambition aujourd’hui est de pouvoir les garantir, voire les améliorer » dit Y.Massard.

Pour les usagers, cette fusion n’aura aucun impact. Les soins d’hygiène et de confort restent accessibles sur prescription médicale aux personnes âgées de plus de 60 ans. « Nous avons cinq places réservées aux personnes de moins de 60 ans en situation de handicap. »

Rappelons que le nouveau SSIAD réfléchit à la proposition d’embaucher des médecins avec le statut de salariés.