Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Défendons la langue française > Vide

Vide

Ecrit le 27 février 2019

L’adjectif vide est l’antonyme de l’adjectif plein : une armoire, une boîte, une valise, un pot de confiture, un appartement, un emballage, une assiette par exemple peuvent être vides. Et on peut aussi arriver ou partir les mains vides.

Vide est le synonyme de creux quand on parle d’une coquille de noix ou d’une cosse de petit pois.

Au figuré, un espace de temps qui n’est pas occupé par une activité est vide : une soirée, un dimanche, une heure, un moment peuvent être ressentis comme vides quand on s’ennuie.

Vide est aussi synonyme de futile, d’insignifiant : un discours, un livre, des paroles, une existence, des propos sont vides lorsqu’ils manquent d’intérêt, de caractère.

L’expression « avoir le cœur, la tête, l’esprit vides » s’applique à une personne qui se sent incapable de réfléchir ou d’agir, généralement à cause d’une grande fatigue ou d’un choc émotif, cela se traduit physiquement par un regard vide.

Vide est aussi un nom masculin, synonyme de vacuité : vide politique, juri-dique, sanitaire, optique, barométrique, affectif entre autres.

En philosophie, le vide désigne « un espace pur que l’on suppose inoccupé par la matière ». Bien avant les expériences de Pascal et de Toricelli, Aristote affirmait que la « nature a horreur du vide » et cette idée que le vide n’existe pas a été reprise par de nombreux penseurs.

En sciences physiques, il est impossible d’obtenir un vide parfait qui serait totalement dépourvu de matière. Le vide se définit donc comme un espace clos contenant une matière raréfiée.

La physique quantique, qui définit le vide comme l’état d’énergie minimale de la théorie, en fait néanmoins le siège de matérialisations fugaces de particules.
Le vide désigne aussi la partie de l’espace qui s’étend en profondeur : être attiré par le vide, avoir les jambes dans le vide, tomber dans le vide, avoir peur du vide.
Le mot vide entre dans la composition de locutions comme « sous vide » qu’on emploie en parlant par exemple d’em-ballages effectués en l’absence de gaz dans un milieu clos et dans des locutions verbales telles « faire le vide » (autour de soi ou en soi), « regarder » ou « parler dans le vide ».

En architecture, les pleins et les vides sont toujours harmonieusement répartis, les pleins dominant dans l’architecture romane, les vides, dans l’architecture gothique.
Dans la culture chinoise, le vide a autant sinon plus d’importance que le plein, en particulier dans le domaine de la peinture : François Cheng, dans son remarquable livre intitulé Vide et plein, paru en 1979, explique que « dans certains tableaux le vide, espace non peint, occupe parfois jusqu’aux 2/3 de la toile, ce qui fait que le spectateur, même le moins averti, sent que le vide n’est pas une présence inerte ».
La voie de la calligraphie chinoise est fondée sur la maîtrise du vide.

Dans la musique chinoise, le vide désiré par l’artiste laisse à la note qui le précède l’espace pour faire entendre sa résonance : c’est le vide entre les notes qui permet au son d’être plein : ainsi, on peut dire que le vide « révèle » le plein ! Xu Yi, compositrice chinoise de musique contemporaine, a écrit en 1997 une œuvre intitulée Le plein du vide dans laquelle elle s’est inspirée de textes taoïstes de Zuangzi (IVe siècle avant J.C).

DEVINETTE : que signifie l’expression « jouer sur une corde à vide » ?

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro de La MEE : le mot sinistre vient du latin sinister (gauche) : dans l’Antiquité un vol d’oiseaux venant de gauche au moment de la consultation des oracles faisait craindre un malheur. Elisabeth Catala