Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 6 mars 2019

Mée-disances du 6 mars 2019

Ecrit le 6 mars 2019

 École à vendre

Franceinfo du 25/02 : À Equeurdreville dans la Manche, les parents d’élèves de l’école Joseph Bocher ont symboliquement mis en vente leur école sur Le Bon Coin pour protester contre la fermeture d’une classe. L’annonce a été validée et activée lundi 25 février matin sur le site.

Les parents d’élèves ont précisé que leur annonce avait un caractère humoristique. Ils dénoncent la décision de l’Inspection d’académie de fermer une classe à la rentrée de septembre 2019, qui « revient à sacrifier l’avenir de nos enfants et la vie de notre quartier », précise l’annonce qui détaille l’école comme s’il s’agissait d’un bien immobilier destiné à la vente : « 9 classes, 1 dortoir, 2 salles de jeux, 2 bibliothèques, 2 cuisines, 2 bureaux, 2 cours avec terrains de sport ». L’ensemble compte 2 500 m2 de surface habitable, le tout avec « à proximité : commerces, centre social, cabinet médical… »

 Interdits de voyage

LePoint.fr du 01/03 : Gare à ceux qui commettent ce que le gouvernement chinois considère comme un « délit social ». 23 millions d’habitants ont fait face en 2018 à l’interdiction d’acheter un billet de train ou d’avion en raison de leur mauvaise note de crédit social. 17,5 millions de personnes ont ainsi été interdites d’acheter un billet d’avion en 2018 et 5,5 millions n’ont pas eu le droit d’accéder aux trains à grande vitesse.

Les comportements ainsi sanctionnés correspondent à toute une gamme d’infractions pouvant aller du refus de payer une amende à promener un chien sans sa laisse ou encore consommer de la drogue. Le crédit social des citoyens chinois se voit affecté négativement selon l’importance aux yeux du régime de la faute commise. Dans la région de Shangdong, ceux qui souhaitent posséder un chien doivent ainsi avoir un crédit d’au moins 12 points. Le cas échéant, l’animal peut leur être retiré.

La Chine a donné le coup d’envoi de ce projet en 2014 pour inciter les comportements positifs grâce à un système de récompenses et de punitions qui peut aussi affecter la scolarité ou encore l’accès au logement.

À l’heure actuelle, le système est encore piloté par des gouvernements locaux et des agences gouvernementales. Mais l’objectif de Pékin est d’aboutir à une base de données centralisée qui permettra que chaque citoyen ait un score personnalisé.

Au total, sur l’année 2018, les autorités auraient collecté plus de 14 millions de données liées à des comportements non autorisés, parmi lesquels des arnaques, de la publicité mensongère ou encore l’occupation indue d’un siège de train. Le succès économique de ce système devrait inciter les autorités à l’accentuer. 3,5 millions de personnes ou d’entreprises auraient payé leurs dettes ou leurs impôts afin d’éviter une mauvaise note.

 Attouchements sexuels

LEXPRESS.fr du 01/03 : Une plainte a été déposée au Canada contre l’ambassadeur du Vatican en France, Mgr Luigi Ventura, un prélat italien de 74 ans, pour des faits présumés d’attouchements sexuels, a fait savoir jeudi la nonciature à Ottawa.

Mgr Ventura, ancien nonce au Canada de 2001 à 2009, est déjà visé par deux plaintes en France pour des faits similaires qui se seraient produits en 2018 et 2019 lors de la cérémonie de vœux du nouvel an d’Anne Hidalgo, maire de Paris, et impliquant des employés municipaux.

Les faits se seraient produits le 26 juillet 2008 au sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré, à l’est de Québec. La victime présumée, un homme alors âgé de 32 ans et membre de l’équipe pastorale, agissait comme serveur pour la table d’honneur d’un grand banquet auquel Mgr Ventura avait été convié pour la fête de sainte Anne. C’est là que ce dernier lui aurait touché les fesses à au moins deux reprises. 

L’homme a déposé une plainte vendredi dernier à la nonciature à Ottawa après avoir appris que Mgr Ventura était visé par des accusations semblables en France. Le nonce en poste à Ottawa, Mgr Luigi Bonazzi, l’a appelé le jour même pour en discuter avec lui. Diplomate de carrière du Vatican, Mgr Ventura bénéficie de l’immunité diplomatique.

Ndlr : le prélat est une nouvelle victime de Satan qui l’habite.

 Un discret massacre

LEXPRESS.fr du 28/02 : Dans l’indifférence générale, un massacre d’Indiens a bien été commis par le régime de Nicolás Maduro, samedi 23 février, au sud du Venezuela, à la frontière brésilienne. Ce jour-là, vingt-cinq Indiens de l’ethnie pemón (environ 6000 membres répartis sur les territoires du Brésil, du Venezuela et du Guyana) sont abattus à Santa Elena de Uarien, au moment où ils tentent de faciliter l’entrée de l’aide humanitaire internationale... que le président Maduro entend bloquer à tout prix. Y compris avec des balles. 

Hélas pour les Indiens, ce 23 février à la même heure, tous les regards de la communauté internationale sont tournés vers la frontière colombienne (ouest du pays) où d’autres convois humanitaires sont bloqués par les militaires vénézuéliens. Loin des caméras, les sbires du régime de Maduro peuvent donc ouvrir le feu sur ces autochtones qui, depuis plusieurs années déjà, se plaignent de la prise de contrôle de leur territoire par les narcotrafiquants et groupes armés (y compris la guérilla colombienne de l’ELN) liés au pouvoir de Maduro. 

Reste à comprendre pourquoi la communauté internationale, si prompte à se mobiliser pour la défense des Indiens d’Amazonie en d’autres circonstances, ne semble guère s’émouvoir du sort des Indiens du Venezuela. 

 Rapport du GIEC

LEXPRESS.fr du 23/02 : Le 6 février, les députés luxembourgeois ont été interpellés par un jeune militant écologiste, luttant pour la justice climatique et sociale.

Il voulait savoir si les élus avaient lu le rapport du Giec sur l’évolution du climat. Personne dans la salle n’a levé la main.

Il leur a ensuite demandé de lire le rapport, de déclarer l’état d’urgence climatique et de porter le débat au niveau européen.
 
Dans ce rapport du Giec, les experts estimaient que le réchauffement climatique, sans changement de politique mondiale, pourrait atteindre +1,5 degré en 2030. Selon eux, il faut craindre toujours plus de vagues de chaleur, d’extinctions d’espèces, ou de déstabilisation des calottes polaires, source de montée des océans sur le long terme. 

« Les tristes conclusions du rapport du Giec sont un appel à agir adressé au monde entier, avait déclaré à l’époque le ministre de la transition écologique François de Rugy. En France, le gouvernement s’est fixé un objectif ambitieux : atteindre la neutralité carbone à horizon 2050. Mais nous devons plus que jamais poursuivre nos efforts ! » 

En ce qui concerne le Luxembourg, un problème pour le moins étonnant pourrait néanmoins se poser. « Le rapport du Giec existe uniquement en anglais, et ça, c’est super grave, a expliqué le jeune homme. Parce qu’on ne peut pas faire des choix démocratiques, si on n’a pas accès au savoir. »

Il a invité les internautes à l’aider à traduire le rapport dans différentes langues.