Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Défendons la langue française > MAIS

MAIS

Ecrit le 17 avril 2019

En grammaire, le mot mais fait partie des conjonctions de coordination avec ou, et, donc, or, ni, et car, qui ont toutes pour fonction de relier des mots ou des groupes de mots de même nature gram-maticale.
Cette conjonction indique une oppo-sition, une précision, une correction par rapport à ce qui a été énoncé : « Elle est intelligente, mais paresseuse » ; ou une objection : « Mais pourtant, vous m’aviez promis de venir ! » ; le renforcement d’une réponse : « Mais naturelle-ment ! » ; l’insistance, l’impatience, la surprise dans une phrase interrogative ou exclamative : « Mais où est-il donc passé ? », « Ah ça, mais ! » Elle sert aussi de transition en tête de phrase : « Mais, j’y pense, avez-vous déjeuné » ?

Utilisé autrefois comme adverbe, au sens de plus, mais a gardé son sens négatif dans l’expression « Il n’en peut mais ». Inversement, on l’emploie aussi pour renforcer une affirmation : « Viendrez-vous dimanche ?- mais oui ! ».

On le trouve enfin dans le deuxième membre de l’expression « non seulement...mais encore ! »

Mais appartient à la famille d’une racine indo-européenne : mag, meg (grand) qui a donné en grec megas et megistos(= grand ; très grand) et en latin magnus (= grand, noble, puissant), major (au comparatif) et maximus (au superlatif).

De nombreux noms communs sont construits à partir du radical mag : magnifique (au sens propre : qui fait grandement les choses), magnificence, magnanime, maître, petit-maître, contre-maître, magistère, maîtrise, maîtresse, magistrat, magistrature, magistral, magnat (1), ainsi que le verbe maîtriser.

Maestro, maestria vient du même radical ; plus étonnant , le mot mastro-quet (abrégé en troquet) est bâti aussi sur ce radical (mastro étant l’altération de mastricot, utilisé dans un des parlers du Nord qui évoque le néerlandais meister= patron). Le mistral, équivalent de magistral, du provençal maestral ou mistrau, est un dérivé de maestre, du latin magister. Le mistral est un vent dominant.

Enfin miss, qui signifie en anglais mademoiselle, est la forme abrégée de mistress (madame) qui vient de l’ancien français maistresse.

Le mot maire (magistrat municipal) vient de major, de même que mairesse et mairie ; le mot major employé seul désigne le premier d’une promotion ; on le retrouve dans les mots sergent-major, tambour-major, majorette, ainsi que dans les mots majordome (du latin major domus=serviteur principal de la maison) et majuscule (du latin majusculus= un peu plus grand).

Quelques mots d’origine grecque sont bâtis sur la racine meg(a) du mot : ainsi mégalithe, mégalomane et mégatonne, mégaphone, mégawatt et même ...mégère !

Enfin, maxime, maximum, maximal et maximaliste font également partie de la famille de mais.

Les adverbes désormais et jamais sont formés sur mais au sens de plus. Notons que dans l’expression « la plus belle qu’on ait jamais vue » jamais n’a aucune connotation négative : il signifie non pas « à aucun moment » mais « à un moment quelconque ».

(1) Magnat est d’abord un mot polonais qui désigne un membre de la haute noblesse en Pologne et en Hongrie ; il vient du bas-latin magnates (les grands). Au XIXe siècle, il prend le sens de puissant capitaliste.

DEVINETTE : quelle est la contenance d’un magnum de champagne ?

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro de LA MEE : un blanc de pied est la marge qui se situe en bas d’une page.

Elisabeth Catala