Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances de novembre 2009 (3)

Mée-disances de novembre 2009 (3)

Ecrit le 25 novembre 2009

 La honteuse médaille d’or de nos chercheurs

Le Canard enchaîné du 18/11 : CHAMPION du monde ! Mais personne n’en parle... Pour l’institut (espagnol) SCImago, qui recense le nombre de publications d’articles scientifiques dans des revues de haut niveau, notre CNRS national vient d’être classé premier parmi 2 000 organismes de recherche. Loin devant Harvard. Oxford, la Nasa ou IBM.

Alors, cocorico du gouvernement devant ce fleuron de notre identité nationale ? Surtout pas. Ni Sarko, ni la ministre Pécresse, ni le CNRS lui-même ne se sont fendus du moindre communiqué. Tandis que le classement de Shanghai, qui dissèque la faiblesse de nos tacs en matière de recherche, fait. chaque année, l’objet de concours d’auto flagellation gouvernementale. Sarko a même mis au point un numéro sur ces chercheurs publics français qui sont des pantouflards, des paralysés de la publication qui travaillent dans des planques « où il y a de la lumière et où c’est chauffé » (sic). Difficile aujourd’hui, après de tels discours, de se féliciter de la première place du CNRS.

La Cour des comptes vient de dénoncer dans un rapport les dérives de la recherche privée vers qui vont toutes les préférences de Sarko. Elle s’est inquiétée de l’emploi de 2 milliards de « crédit impôt recherche ». Bilan : un, cette fleur fiscale a nettement plus profité aux grandes entreprises installées qu’aux petites boîtes audacieuses type start-up. Deux, elle a parfois fait le bonheur de secteurs hautement imaginatifs comme les assurances ou la banque. Qui s’y entendent en trouvailles constructives : titrisation des pertes, bonus déguisés, sub-primes, etc…

Enfin, un tiers des bénéficiaires de ces avantages restent à ce jour. selon la Cour, parfaitement introuvables ! Autrement dit, la distribution de cette aide massive ne s’accompagne d’aucun contrôle sérieux. Démêler ce sac de nœuds fiscal va nécessiter une investigation serrée. Et on dit que Sarko ne favorise pas la recherche !

 Mariage « gris » : l’alerte de SOS racisme

Le figaro.fr du 19/11 : Éric Besson a annoncé vouloir engager une « réflexion » sur les « mariages gris », désignant ainsi des mariages conclus entre un étranger et une personne de nationalité française de bonne foi, abusée dans ses sentiments par un(e) étranger(e) dont l’objectif est d’obtenir titre de séjour ou nationalité française.

SOS Racisme estime qu’Éric Besson « montre une fois de plus sa propension à tirer toutes les ficelles d’un populisme anti-immigré » : « Voici donc qu’il voudrait entraîner le pays dans une nouvelle séquence, celle des »mariages gris« et des »escroqueries sentimentales« que ces derniers représenteraient ».

SOS Racisme rappelle que les personnes dont le consentement serait arraché dans le cadre d’un mariage sont d’ores et déjà protégées par la loi. Le but recherché semble donc, une fois de plus, de jeter spécifiquement les étrangers à l’opprobre en les associant à des fraudes incessantes. « Cette rhétorique renvoie aux mêmes ressorts que nous avions dénoncés en 2007 lors de la tentative d’instauration des tests ADN : lier immigration et fraude, s’en prendre au droit de vivre en famille et lancer de faux débats ». Voir plus loin

 Droits de l’enfant

L’Humanité.fr du 20/11 : en novembre 1989 était adoptée par l’ONU la Convention internationale des droits de l’enfant. Ratifiée par 192 pays, mais pas par les USA. Aujourd’hui, la France veut faire disparaître la défenseure des enfants. Une curieuse façon de répondre au Comité des droits de l’enfant des Nations unies qui vient de demander à la France de « renforcer le rôle du défenseur des enfants et de lui allouer les ressources financières et humaines suffisantes ».

La défenseure Dominique Versini a remis au président de la République son rapport annuel ou elle vilipende la politique gouvernementale jugée contraire à l’intérêt de l’enfant. Et, si des milliers de rencontres   et d’expositions ont lieu à travers le pays pour marquer cet anniversaire, les initiatives gouvernementales, elles, brillent par leur discrétion. Á moins que l’on accorde au ministre de l’Immigration le souci du bien-être des enfants quand il annonce la création d’un secteur pour mineurs dans la zone d’attente de Roissy ou quand il valide les 12 centres de rétention habilités à recevoir les familles, au mépris des textes interdisant la rétention des mineurs.

Ce sont, en effet, les enfants étrangers qui paient le plus lourd tribut au manque de respect de la Convention par les autorités françaises, en rétention, parfois seulement âgés de quelques mois, expulsés avec leurs parents alors que scolarisés, obligés de voir disparaître leur père comme Gayané, qui va fêter ses deux ans à la fin du mois et dont le père vient d’être expulsé en Arménie où sa vie est menacée… (…)

 Surendettement

Le Parisien du 18/11 : Pour les ménages surendettés, 2009 sera une année noire : ils sont à la fois beaucoup plus nombreux (une progression de 17,6 % à la fin du 3e trimestre 2009 et qui atteint même 22,8 % à ce jour) et vivent des situations de plus en plus dramatiques. Selon les chiffres officiels de la Banque de France, 48 880 nouveaux dossiers ont été déposés devant les commissions départementales de surendettement au 3e trimestre 2009, portant le total depuis janvier à 162 171.

En 2008, sur la même période, 137 842 dossiers avaient été enregistrés. Voilà qui devrait relancer le débat sur l’urgence d’un fichier positif que le gouvernement repousse toujours mais que certaines associations et certains organismes de prêts continuent de réclamer au titre de la prévention du surendettement.

Entre le 1er janvier et le 30 septembre dernier, 32 000 procédures de rétablissement personnel (PRP) ont été déclenchées par les commissions contre 25 000 un an plus tôt. En contrepartie de l’effacement de la dette, la quasi-totalité du patrimoine du ménage surendetté est vendu. L’accroissement de ces procédures démontre que l’insolvabilité à long terme des ménages grandit. Le record connu de surendettement serait de 480 000 €, sans prêt immobilier !

Cette aggravation est confirmée par l’association Crésus, qui aide les familles surendettées : « Depuis un an, nous avons reçu 30 000 personnes dans nos dix-huit permanences régionales. C’est 48 % de plus en un an ». La nouveauté cette année ? « Depuis le resserrement des conditions de crédit, les classes moyennes sont de plus en plus nombreuses. On voit des cas inimaginables, comme ce professeur d’université titulaire de dix-sept cartes de crédit à la consommation dont la dette atteint environ 180 000 €. »

Selon l’association Crésus, la crise économique a fait replonger bon nombre de surendettés. « Les plans d’étalement de la dette s’étirent sur dix ans et ne laissent pour vivre, aux personnes concernées, que des sommes dérisoires. Du coup, les ménages touchés par la crise hésitent à solliciter la commission, et quand ils le font, c’est souvent trop tard. »

La moyenne de surendettement atteint 40 000 € par dossier en France, contre 20 000 € en Allemagne et 18 000 € en Belgique. A raison de 18 % à 21 % de taux d’intérêt par crédit, le seul règlement des intérêts s’élève à près de 700 € par mois. A elles seules, les 32 000 procédures de redressement personnel déjà prononcées cette année représentent un cumul de dettes incroyable : 1,3 milliard d’euros.



Note du 29 novembre 2009

(1)

 Mariages gris

La semaine dernière, le ministre de l’Immigration a annoncé qu’il allait engager une « réflexion » sur les « mariages gris », qu’il a qualifiés « d’escroquerie sentimentale à but migratoire ». Par « mariages gris », Eric Besson entendait désigner des unions qui seraient conclues entre une personne étrangère souhaitant obtenir un titre de séjour ou la nationalité française et une personne de nationalité française de bonne foi, abusée dans ses sentiments.

Le Cran (Conseil représentatif des associations noires) a dénoncé une prise de position remettant en cause les mariages mixtes en France.

L’agitateur Stéphane Guillon a encore frappé. Dans une chronique particulièrement acerbe, l’humoriste a pris pour cible les « mariages gris », nouveau cheval de bataille d’Eric Besson, n’hésitant pas à prendre en exemple la jeune compagne tunisienne de 22 ans du ministre.

« Attention, le mariage gris, ça peut être dans les 2 sens (...) Je dis à Eric Besson, en toute amitié, qu’il faut qu’il fasse gaffe aux mariages gris. Tant qu’il n’est pas marié ça va, mais s’il franchit le pas, il y aura une enquête de vie privée. Avec plus de 30 ans d’écart, c’est obligatoire. Quand ça ne peut plus être ni pour ton physique ni pour ta vigueur, ils contrôlent. »

Une comparaison restée en travers de la gorge d’Eric Besson qui envisage de porter plainte contre France Inter.

Source : l’Express

A lire : mariages gris et matins brns : http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/12/08/mariages-gris-et-matins-bruns-par-eric-fassin-nicolas-ferran-et-serge-slama_1277664_3232.html