Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > Grève des médecins (03)

Grève des médecins (03)

Les sauvageons
+ 9000 F par mois
A qui le tour
L’avis d’un médecin
Du côté des Mutuelles
Les médecins discriminés

(écrit le 27 mars 2002)

  Les sauvageons

Près de 200 sauvageons ont occupé la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de Nantes au début du mois de mars 2002. Ils ont jeté des œufs et des tomates sur les vitres, ensuite ils ont forcé une porte pour pénétrer dans les locaux. Plusieurs vitres ont été brisées et le personnel a été retenu dans les locaux.

S’agissait-il de loubards des banlieues, de Rmistes ou de chômeurs en fin de droits ?

S’agissait-il d’assurés mécontents des retards dans les remboursements ou d’affreux syndicalistes révolutionnaires ?

Mais non : il s’agissait de toubibs, de médecins de famille, de quartiers, de notables qui adhèrent au Lion’s Club ou au Rotary du coin ! Ils protestaient contre les menaces de sanctions annoncées par la Caisse contre trois d’entre eux pour avoir augmenté d’autorité les tarifs de consultations.

Certains médecins continuent de pratiquer d’autorité des prix de consultation à 20 € au lieu des 18,50 € prévus par l’accord signé par un syndicat avec la caisse nationale. De ce fait ils se sont placés dans l’illégalité en ne respectant pas la convention médicale signée par les syndicats médicaux qui prévoit ces sanctions.

Si eux ne respectent pas leurs engagements alors qui va les respecter ?

Ce qu’ils ont obtenu, ce n’est quand même pas rien ! Par exemple, dans la région Pays de la Loire, en moyenne cela représente 7 126 € par médecin et par an (46 743 F) ! Il s’agit bien entendu de moyenne. Les fortes activités sont au-dessus de ces chiffres. Si les 20 € par consultation et les 30 € par visite étaient accordés cela représenterait une hausse de 20 % du montant total des honoraires de l’année 2000.

Aujourd’hui les patients sont pris en otage. Il faut refuser de se faire racketter. Les sanctions prévues dans la convention médicale, que personne n’a dénoncée, doivent être appliquées.

Quand on les interroge, certains assurés disent que ce n’est pas beaucoup mais diront-ils la même chose quand leurs cotisations sociales ou de mutuelle vont augmenter, car elles vont augmenter pour faire face à ces hausses !

Les problèmes de qualité de vie qui existent ce ne sont pas les 1,50 € de plus qui les règleront !

Yves Le Gall

-------------------------

(écrit le 11 juin 2002) :

  + 9000 F par mois

Les médecins libéraux ont remporté, mercredi 5 juin 2002, quatre jours avant les élections Législatives, une double victoire avec la revalorisation de leurs honoraires (consultation à 20 €, visite à 30 €) et l’enterrement de la maîtrise comptable des dépenses de santé.

Leur rémunération progresse ainsi de quelque 8 % . Ce succès a été immédiatement salué par le président de la République, Jacques Chirac.

Chaque médecin percevrait ainsi, en moyenne 1 400 € supplémentaires par mois, soit 9200 F par mois environ.

Cela s’ajoute, ce qu’on oublie toujours de dire, à d’autres avantages déjà acquis : la Sécu prend en charge 40 % de leurs charges sociales (URSSAF) et leur donne une prime de 2286 € (15 000F) pour leur installation informatique. Qui dit mieux ?

« Je ne crois pas qu’il est juste de dire qu’on pourra financer ces dépenses uniquement avec un engagement moral des médecins sur les médicaments génériques », a prévenu Jean-Pierre Davant, Président de la Mutualité Française, en dénonçant « l’affaire du siècle » réalisé par les généralistes. Pour lui, « il ne faut pas raconter d’histoires aux Français, il faudra augmenter, à un moment ou à un autre, les cotisations ».(après les élections !) notamment celles des mutuelles, qui « ne vivent pas à crédit comme l’assurance-maladie ». En Loire-Atlantique, les responsables mutualistes notent que ce ne sont pas les médicaments qui sont en progression en 2001 mais le coût des consultations de ville.

--------------

(écrit le 25 juin 2002) :

  A qui le tour ?

Après les médecins généralistes, à qui la consultation à 20 € va rapporter environ 9000 F par mois, en plus de ce qu’ils avaient avant, ce sont maintenant les pédiatres qui ont obtenu que leur consultation passe à 28 € ce qui va se traduire par un revenu supplémentaire de 600 € par mois environ soit 4000,00 F de plus par mois.

Les SMICards, qui gagnent environ 1127 euros par mois, devraient avoir 2,4 % d’augmentation pour tenir compte de la hausse des prix : cela leur fera 27 € de plus par mois, soit 177 F par mois. Un petit « coup de pouce » de 0,1 % cela ferait 1,13 € par mois, soit 7 F par mois. Mais c’est encore trop et, à ce jour, le gouvernement Raffarin s’y refuse.

Entre les augmentations des uns et celles des autres, il y a quand même des écarts trop importants . Comme dit le poète :

... en matière sociale, le nouveau gouvernement :

Qu’est-ce qu’il pense .... Y pense ren !
Qu’est-ce qu’il dit ? Y dit ren
Qu’est-ce qu’il fait ? Raffarin !

----------------------

(écrit le 5 avril 2002)

  L’avis d’un médecin

A propos de ce que La Mée a écrit sur la grève des médecins, un médecin nous écrit :

Je ne fus pas grêviste demandant ces 20 euros, mais je pense que votre calcul est faux : dire que des médecins auront 1400 euros d’augmentation par mois est inexact ou alors je voudrais connaitre votre mode de calcul ! Dénoncer l’évolution vers une dérive privée de la sécu est un noble combat , dire de façon « populiste » haro sur les médecins généralistes est sans doute populaire mais maladroit pour ne pas dire démago . Peu de généralistes sont au Lion’s Club . Si on dit que les médecins généralistes gagnent trop il faut aussi remettre en question les salaires des salariés(médecins du travail ou des Caisses de Sécu ou des mutuelles ) .

Il ne faut pas dire n’importe quoi : ainsi aucun médecin n’a eu 15000 francs pour l’informatique ! Les sommes débloquées à une époque venaient d’un fond de reliquat d’honoraires bloqués dans le passé ) et trés exactement avant l’an 2000, la prime a été de 7000 francs par médecin ( coût de mon informatisation pour mon cabinet deux médecins et un poste secrétaire = 85000 francs , avec les mises à jour nouveaux matériels sans subvention aprés 4 ans nous en sommes à 13000 francs et ce n’est pas fini ) : le problème est ailleurs et je suis prêt à en débattre .

Pour dire les choses clairement , je dirai que l’augmentation de 1,50 euro par consultation , pour moi qui fait 3800 consultations annuelles est de 5700 euros par an ( soit 475 euros par mois) , loin des sommes annoncées , la moyenne de la Région est de 4388 consultations . On est loin de vos chiffres .

Egalement : ces sommes sont des chiffres d’affaires : sur 475 euros , je déduit 50% de charges .

ceci dit je ne revendique pour ma part que d’autres moyens de travailler dans un système qui rend accessible à tous les soins.

Pour moi : à 52 ans , je gagne ( équivalant salarié , c’est à dire somme déclarable : 18000 francs par mois pour un horaire plus bas que mes confrères soit 45 heures par semaine . Un ami médecin du travail à 35 heures et de mon âge est à 35000 francs . Malade pendant l’an dernier , j’ai failli me recycler : les Mutuelles proposent des postes dans des centres de soins pour 20 heures par semaine , à 18000 Francs .

Voilà pour vous dire qu’il ne faut pas tomber dans la démagogie. Je me tiens à votre disposition pou discuter des vrais problèmes d’organisation de la profession .

Louis Jarnet, Nantes, louis.jarnet@wanadoo.fr

-----------------

(écrit le 18 juin 2002)

  Mutuelles : Pas d’augmentation pour l’instant

Dans un communiqué, les Mutuelles de Loire-Atlantique estiment que l’accord passé entre l’assurance maladie et les médecins (consultation à 20 € au 1er juillet 2002 et visites à 30 € au 1er octobre 2002 ) va représenter, en année pleine, un surcoût global de 796 millions d’euros pour la Sécurité Sociale, dont une partie significative restera à la charge des organismes mutualistes. Pour autant, cet accord ne règle pas les attentes des médecins sur leurs conditions d’exercice, la reconnaissance de leurs missions et la valorisation des pratiques de qualité.

Par cet accord, les médecins généralistes se sont engagés à prescrire, dès cette année, un quart des médicaments en « dénomination commune internationale » (DCI), c’est-à-dire en indiquant sur l’ordonnance, non plus la marque du médicament prescrit, mais le nom de la molécule active. Ensuite c’est le pharmacien qui choisit de délivrer le médicament correspondant. C’est ce qui se pratique en Allemagne sans que cela entraîne de difficultés particulières. Il va rester à souhaiter qu’il soit fait preuve de pédagogie et d’explications vis-à-vis des usagers.

La question à laquelle il faut répondre maintenant est celle-ci :
les cotisations mutuelles vont-elles augmenter au 1er juillet 2002 ?

Les Mutuelles de Loire-Atlantique disent NON, pour l’instant et sont déterminées à agir : « Nous estimons que nous avons un rôle d’éducation à jouer vis-à-vis de nos adhérents et des INITIATIVES à prendre en direction des professionnels de la santé ».

Bien que la revalorisation de la consultation soit immédiate et que les économies restent à venir, les Mutuelles veulent attendre pour connaître la manière dont les médecins généralistes vont respecter leurs engagements pour une meilleure pratique médicale, notamment en matière de prescription des médicaments.

Les Mutuelles seront d’autant plus attentives que le poste de remboursement des médicaments pèse lourd dans la part complémentaire prise en charge par la mutualité (environ 50 % des dépenses ambulatoires).

------------

Ecrit le 4 janvier 2006 :

 

La colère des médecins à diplôme étranger

Quelque 6.000 médecins, ayant obtenu leur diplôme dans des pays extra-européens, exercent depuis des années, avec des contrats précaires, dans des hôpitaux publics français qui ne peuvent se passer de leur savoir-faire. Ils font des opérations chirurgicales, réaniment et sont fréquemment sollicités par les tribunaux pour des constatations, tout en percevant des salaires au rabais. Ils ont lancé un mouvement de grève pour obtenir la reconnaissance officielle de leur travail et le droit d’obtenir une autorisation de plein exercice. Ils ne comprennent pas qu’on leur impose de passer un examen chaque année, pour rien.

A une époque où l’on voit poindre la pénurie de médecins, il n’est pas juste de rejeter ceux qui ont fait leurs preuves, uniquement parce qu’ils ont un diplôme étranger !
lire par ailleurs

soins du week-end, ACAPS

Les médecins font un malaise