Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Divers > La publicité

La publicité

Ecrit le 3 mai 2006 :

Mange ma pub !

Et vive la publicité

Et vive la publicité, à condition que le spectateur soit obligé de la regarder ! Voilà que Philips vient d’inventer une technique destinée à forcer le spectateur à rester sur la même chaîne de télévision lorsque la publicité arrive.

La méthode est simple, dès que la page de publicité commence, la chaîne peut décider de bloquer la possibilité de zapper sur une autre chaîne jusqu’à la fin de la pub. Le système fonctionnerait en conjonction avec un module électronique placé dans la télévision ou dans la platine de réception numérique.

Philips a breveté l’idée le 30 mars dernier, mais, consciente que son invention pourrait froisser le téléspectateur, la société conseille aux gérants de chaînes de laisser le choix au consommateur.

Tout se paie dans la vie, même la liberté : Philips propose donc d’instituer le paiement d’un supplément en échange de .... la liberté de zapper.

La nouvelle ayant provoqué beaucoup de réactions négatives auprès du public, Philips précise qu’elle ne prévoit pas l’utilisation de cette technologie dans ses produits. Elle souhaite juste déposer un brevet sur l’idée et la technique, à l’intention d’autres acteurs de l’industrie... En attendant que les chers téléspectateurs s’habituent à l’idée de payer pour ne pas recevoir de publicité !

Pas de pub !

Vous avez apposé un auto-collant sur votre boite à lettres : « pas de pub » . Et vous êtes contents de vous.

Mais ce geste de liberté de votre part risque de ne pas durer.

A la mi-mars, selon le journal suisse tsrinfo.ch, la Poste suisse a envoyé 10 000 lettres proposant d’enlever l’autocollant « pas de publicité » des boîtes aux lettres en ville de Bâle. En cas d’écho positif à ce ballon d’essai, l’action pourrait être étendue à toute la Suisse.

Par cet envoi en nombre, la Poste teste la propension des ménages à se débarrasser des autocollants anti-publicitaires.

C’est que la publicité déposée par La Poste est rentable : en 2004, la Poste suisse a acheminé 1,25 milliard de lettres non adressées contre 2,85 milliards de courriers adressés.

L’entreprise dispose d’une part de marché de 50% dans la distribution de publicité non adressée, soit un chiffre d’affaires annuel de 120 millions de francs. En réduisant de 1 % le nombre d’auto-collants « pas de publicité », le géant jaune espère une augmentation de son chiffre d’affaires de deux millions par an.
Mais c’est pas gagné : près de 40% des boîtes aux lettres en Suisse sont munies d’un tel adhésif. En Suisse romande aussi, près de 30% des ménages affichent un « niet » à la publicité alors que en Allemagne et Autriche, la proportion n’atteint que 3 à 6%.

La Fondation pour la protection des consommateurs a pris connaissance avec une grande consternation de l’action de la Poste, écrit-elle dans un communiqué.

Tiens, voilà une solution : La Poste devrait financer elle-même toutes les boites à lettres, les placer où elle voudrait, les louer aux clients (comme un compteur d’eau) et en disposer librement pour faire sa publicité !

Ca ne vous plaît pas ? Moi non plus. Mais vous verrez qu’on y arrivera !
BP  

Bêtes

Selon e-sante.fr l’estime de soi est manipulée par la publicité.

Qui a envie que vous soyez bien dans votre peau ? Ceux qui vous aiment : vos parents, votre famille, vos amis... Une grande partie du reste du monde vous considère surtout comme un con-sommateur, c’est-à-dire non pas com-me un être humain, mais comme une source de profits.

Les conséquences en sont souvent plus graves qu’il n’y paraît au premier abord. On cherche à vous prendre de l’argent. Comment faire ? En vous faisant croire que vous n’êtes pas comme il faut et que pour le devenir, vous devez acheter... ceci ou cela.

Est-ce exagéré ? Pas du tout, c’est même en deçà de la réalité ! Les hommes et surtout les femmes sont cibles de campagnes de publicité pour leur faire croire qu’ils sont moches, bêtes, inadaptés et qu’on ne pourra jamais les aimer tels qu’ils sont. Face à cette angoisse, chacun se sent obligé de réagir... en consommant.

On a réussi à convaincre les femmes qu’elles sont trop grosses ! Un grand nombre d’entre elles achète donc des produits amaigrissants. On fait croire aux femmes que la cellulite est une maladie et qu’il n’est pas naturel pour elles d’avoir des formes. Cela permet de vendre des tonnes de crèmes ou de gels « anti-capitons ». On leur fait imaginer que la ménopause est une maladie qui atteint 100% des femmes, c’est génial pour vendre des médicaments ! On leur fait penser qu’elles sont dépressives quand ça ne va pas très bien (les antidépresseurs font un tabac), qu’elles ne sont pas belles si elles ne sont pas habillées dans les vêtements à la mode, qu’elles ne sont pas séduisantes si elles ne portent pas des sous-vêtements quasiment dignes d’une poupée-objet, qu’elles sont irregardables si elles ne sont pas maquillées, qu’elles sentent mauvais si elles n’utilisent pas de déodorant, etc.

Vous avez compris, mesdames, pour vous croire belle et vous sentir bien dans votre peau, il faut dépenser !

Les hommes aussi ont droit à ces attentions : une publicité récente affirme « vous vous croyez irrésistible, elle vous trouve surtout ridé ! ».

Alors, commencez par utiliser ce qui est gratuit avant d’investir dans de la poudre aux yeux ...

Pour les oreilles chastes !

Ceux qui ne seraient pas encore convaincus de l’influence de la pub sur nous-mêmes, peuvent écouter ou réécouter « de l’enfant roi à l’enfant proie » de Là bas si j’y suis :
www.la-bas.org

Une émission réalisée par Olivia Giesbert avec des interventions de Paul Ariès, bien connu des casseurs de pub.

PUB

Rencontres   fête ses 20 ans en organisant Mée Tisse du 22 au 27 mai avec le chapiteau de Madame Suzie. Tout se déroulera au Parc des Droits de l’Enfant à la Ville aux Roses, à Châteaubriant.