Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Divers > On ne sait plus ...

On ne sait plus ...

Page773

On ne sait plus quoi inventer

pour se distraire

Un couple d’Allemands qui ignoraient jusqu’à présent tout l’un de l’autre compte passer, à partir de lundi 2 octobre 2000, dix jours dans une cage aménagée dans une discothèque des environs de Berlin, a indiqué le patron des lieux, Lars Fibranz. Mélanie, une vendeuse de 19 ans, et Daniel, un batelier de 19 ans également, feront connaissance sous les regards et les encouragements des clients.

L’un des organisateurs de l’expérience a assuré au quotidien Bild qu’il jugeait « impossible » que les deux candidats en restent à la simple conversation. Daniel a d’ailleurs confié à Bild qu’il trouvait sa partenaire « craquante » et qu’il espérait gagner ses faveurs. Elle en revanche le trouve « mignon », mais elle compte rester fidèle à son ami.

Faire le singe

Le couple, sélectionné parmi 60 candidats, dispose d’un matelas gonflable, d’un réfrigérateur, d’une bicyclette d’exercice et d’une douche, pour s’occuper. Les clients de la boîte de nuit sont chargés de leur offrir des bananes. A la clé de leur internement, 2.000 DM (1.000 euros) pour celui d’entre eux qui aura le plus convaincu le public. 6500 F pour 10 jours à « faire le singe » sous les yeux des autres, c’est pas cher payé.

Cette « expérience » rejoint celle qui se passe en Italie du côté de Venise : 14 000 personnes se sont portées candidates, 10 ont été choisies, 5 hommes et 5 femmes qui ont accepté de vivre 100 jours, sans contacts avec l’extérieur, dans une maison de 182 m2 avec un jardin, une piscine, un poulailler, sous l’œil de 30 caméras et soixante micros. Que font-ils ? Ils discutent, ils se disputent, ils s’ennuient. Et régulièrement trois noms sont tirés au sort pour un retour à la vie du dehors et ce sont les spectateurs qui votent

Lamentable ! Notre société est-elle rendue si bas qu’elle ne trouve plus son intérêt qu’à vivre (ou ne pas vivre !) à travers les autres ?