Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Médicaments > Médicaments déremboursés : hausse...hisse

Médicaments déremboursés : hausse...hisse

Ecrit le 23 janvier 2008

 Enquête en cours

La Commission européenne a lancé une enquête chez plusieurs industriels pharmaceutiques estimant que la concurrence ne fonctionne pas assez bien. Pas moins de douze poids lourds du secteur ont déjà été perquisitionnés comme Sanofi-Aventis, Glaxo ou Pfizer. Pour Les Echos, ce coup de poing part d’un double constat. La faiblesse de l’innovation, avec un nombre moyen de produits faisant leur apparition chaque année, et la commercialisation des génériques qui se fait parfois attendre.

 Hausses … hisse

Dans une enquête publiée en octobre 2006, la revue « 60 millions de consommateurs » avait constaté des augmentations énormes des prix des médicaments, après qu’ils avaient été déremboursés en mars 2006 : + 100 % pour l’Efferalgan Vitamine C, +126 % pour un médicament utilisé dans les affections bronchiques bénignes, + 157 % pour un bain de bouche, ou... + 349 % pour des gouttes oculaires. Et pour acheter 21 des 150 médicaments déremboursés l’enquêteur avait dû débourser 105 euros quand 50 euros suffisaient avant le déremboursement.

Lorsqu’un médicament
– n’est plus remboursé,
– son prix peut être fixé librement
– par le laboratoire pharmaceutique
– qui le fabrique.
– De même, le grossiste pharmaceutique
– et le pharmacien d’officine
– fixent leur marge bénéficiaire
– à leur guise.

De même la FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques français ) a remarqué que les six médicaments les plus commercialisés, parmi ceux déremboursés en 2006, ont connu des hausses excessives entre le moment du déremboursement et fin 2007. Ces hausses de prix « mettent le pharmacien dans une situation intenable vis-à-vis de ses patients », dit la FSPF.

Celle-ci demande au gouvernement que les prix et les conditions commerciales proposés par les industriels, quel que soit le circuit d’approvisionnement, permettent d’homogénéiser les prix publics constatés « dans le cadre d’une concurrence loyale ».


Ecrit le 20 février 2008

 Daflon, 20 km à pied, ça compte, ça compte !

Mes jambes sont devenues lourdes et mes vaisseaux fragiles. Je n’ai pas eu de bol, c’est un manque de veine. Comme des millions de Français, atteints du même syndrome, je me suis donc tourné vers les veinotoniques, qui peuvent soulager, à défaut de guérir.
Sacrée déveine : voilà que la Sécu ne les rembourse plus depuis le 1er janvier 2008. J’ai fait le tour de Nantes et de ses officines. J’en ai bien fait cinquante. Et chaque fois la question : c’est combien le Daflon* ? Ah, le Daflon ! Au prix de 5,51 euros la boîte (il en faut deux par mois…), avant qu’il ne soit libre….
Vingt kilomètres plus tard, j’avais vu tous les prix. Un peu moins, un peu plus, à quelques centimes près. Le Daflon d’or est attribué à la Pharmacie Beaulieu, pour le prix le moins cher : 6,40 euros. Un Daflon d’argent est décerné à la Pharmacie de la Gare, avec 6,50 euros. Et le Daflon de m… est attribué à trois officines ex aequo, pour un record sinistre à 8,90. Un vieux fond de pudeur me retient tout à coup de les citer aussi. Trois ennemis de moins. J’en ai assez comme cela…

Un conseil, ami(e)s aux jambes lourdes. Si vraiment vous tenez à ces veinotoniques, évitez le Daflon*. Il en est beaucoup d’autres, tout aussi bénéfiques, qui modèrent leurs prix. Comme Endotelon*, Esberiven*, Ginkor* ou Cyclo 3*, pour n’en citer que quatre. Et puis, essayez même de vous en dispenser. Au pire, des bas de contention, qui restent remboursés et vous coûteront moins cher, pourraient bien faire l’affaire. Enfin et puis surtout, faites de l’exercice, déplacez-vous à pied. Mon expérience le prouve : à force de marcher en quête du meilleur prix pour ce damné Daflon*, je n’en ai plus besoin. Je me sens beaucoup mieux, les jambes plus légères.

Extrait du blog de Claude Frémont, Ancien directeur de la Sécu - http://www.claude-fremont.fr/?cat=3

Médicaments génétiques : trop chers en France

Prescription de médicaments : le gâchis

Le blog santé de Claude Frémont