Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Environnement > Réchauffement - CO2

Réchauffement - CO2

Ecrit le 28 février 2007

 Y’a de l’essence dans l’gaz !

Tout le monde a entendu parler du gaz carbonique. Il a été découvert en 1638 par un médecin belge. Il a des propriétés formidables.

Sous forme gazeuse, il sert à carbonater des boissons (soda ou eau), à créer une couche isolante (flux) dans l’industrie alimentaire ou pour la soudure, et à stimuler la croissance des plantes.

Sous forme liquide il sert de réfrigérant pour congeler certains aliments, il entre dans la fabrication de certains extincteurs, et sert aussi d’agent propulseur dans les boissons servies à la pression.

Enfin, sous forme solide, le gaz carbonique est utilisé sous forme de neige carbonique pour le transport de certains produits, Il est utilisé aussi pour la vinification, et même au cinéma pour faire de la fumée épaisse.

En fait « gaz carbonique » est une appellation populaire. Il faudrait dire « dioxyde de carbone », car il est composé d’un atome de carbone et deux atomes d’oxygène. A ne pas confondre avec le monoxyde de carbone (un atome de carbone et un atome d’oxygène) qui est un gaz incolore, inodore et ... mortel.

JPEG - 16.4 ko
CO2

Mais pourquoi donc le Dioxyde de carbone a-t-il, en ce moment si mauvaise réputation ? C’est qu’il contribue à l’effet de serre, avec la vapeur d’eau, le méthane et d’autres.

L’effet de serre peut se résumer ainsi :
– les rayons du soleil arrivent
– les rayons infra-rouges ne peuvent pas s’évacuer.

Les gaz à effet de serre laissent passer les rayons solaires. Ceux-ci apportent de la chaleur à la Terre.

La Terre renvoie vers l’atmosphère des rayons infra-rouges. Mais ceux-ci ne peuvent pas repartir, alors ils chauffent un peu plus la Terre. Et on crève de chaud !
Le dioxyde de carbone contribue largement à l’effet de serre. Or, manque de chance, il est produit ... naturellement.
– . par l’homme. Le CO2 se forme dans les tissus de l’organisme et est évacué par la respiration
– . par les automobiles et le chauffage. La combustion du pétrole produit du CO2
– . par l’industrie

Les végétaux, eux aussi, produisent du CO2 mais, par la photosynthèse, ils en utilisent beaucoup plus qu’ils n’en produisent. D’où l’utilité de développer les forêts dans les villes.

JPEG - 83.8 ko
Serre

 Ca chauffe

Actuellement la terre se réchauffe à grande vitesse. Les glaces fondent sur le toit du monde (l’Everest) et le glacier du Kilimandjaro qui faisait 12 km2 n’est fait plus que 2 . Et en même temps le pétrole diminue.

Et si on faisait de l’essence à partir du CO2 ? Idée folle. Pas si folle que ça !

Selon l’Humanité du 15 février, des scientifiques sont parvenus à transformer du gaz carbonique. Il s’agit du très sérieux projet ELCAT (Electrocatalytic Gas-Phase Conversion of CO2 in Confined Catalysts). Lancé en novembre 2004, ce projet expérimental associe quatre universités et laboratoires européens. Et il commence à porter ses fruits.

Récemment, des chimistes sont parvenus à casser des molécules de CO2 puis à les convertir en hydrocarbures, éléments entrant dans la composition de l’essence. C’est pas évident à faire car la molécule de CO2 est extrêmement stable !

Pour contourner cette difficulté, les chercheurs ont mis au point un procédé en deux temps. D’abord, ils dissocient des molécules d’eau. Cette réaction libère des électrons, des protons et du dioxygène. Puis les protons et les électrons réussissent à casser le CO2. Et tout ça à température et à pression normales. Il est même possible d’obtenir, par ce procédé, du méthane, du butane, du propane ...

Avec un litre de CO2, on peut faire ainsi 10 centilitres d’hydrocarbures. C’est pas mirobolant, mais faut savoir ce qu’on cherche. Si l’objectif premier est de casser la pollution, c’est réussi.

La température moyenne du globe est aujourd’hui de quelques degrés inférieure à celles du moment le plus chaud de la période interglaciaire il y a environ 125.000 ans

La fonte des calottes glaciaires avait alors fait monter les océans de près de six mètres.

Pour autant, il ne faut pas rêver : il ne sera pas possible de casser le CO2 de l’atmosphère, car il est trop dilué. Mais il sera possible de capter les rejets de CO2 des usines, voire des voitures, pour éviter d’accroître encore ce gaz à effet de serre.

Reste à savoir comment concentrer le CO2. Des expériences sont menées à Lacq (Pyrénées Atlantique) : au lieu de brûler le carburant avec de l’air, ce qui donne des fumées avec 3 à 15 % de CO2, il serait possible d’utiliser de l’oxygène pur, ce qui donnerait à la fumée une concentration de 95 % de CO2.

Reste à savoir maintenant le coût du procédé, et à développer celui-ci à échelle industrielle. Reste à savoir aussi s’il y aura une volonté politique d’éliminer le CO2 produit par l’industrie. Ou si on laissera faire les choses jusqu’à la catastrophe finale qui frappera les générations à venir.


 Stocker le CO2 ?

Des compagnies pétrolières mènent, depuis une dizaine d’années, des expériences de stockage de CO2 sous terre. En novembre 2008 une expérience de ce type pourrait être menée dans les Pyrénées Atlantique, dans le réservoir de Rousse qui pourrait contenir 150 000 tonnes de CO2 à 4500 m de profondeur dans la roche calcaire.

Le fait que ce réservoir ait renfermé du gaz de Lacq, fait penser que la couche argileuse qui le recouvre est parfaitement étanche. Mais si elle ne l’était pas, le mélange d’eau et de CO2 pourrait attaquer le calcaire ....


Ecrit le 23 mai 2007

 Semaine de l’environnement à Châteaubriant

Le réchauffement climatique est une idée à la mode : tant mieux, il est temps de prendre conscience de cette réalité. On parle moins de la très prochaine pénurie de pétrole, ce qui est aussi une réalité.

Bref, il s’agit de faire des économies d’énergie. Même EDF se met à parler d’énergies renouvelables !

La ville de Châteaubriant, avec l’Agence de l’environnement (ADEME), Veolia et EDF lance une semaine de sensibilisation à Châteaubriant, en cinq lieux d’exposition, du 22 au 25 mai :
– place Ernest Bréant (1)
– Hall de la mairie (2)
– Services techniques municipaux (3)
– Communauté de Communes du Castelbriantais (4)
– Halle de Béré   (5)

(1) camion exposition au sujet des équipements de la maison, de l’isolation, du confort thermique. En plus : apprendre ou réviser les bons gestes à adopter au quotidien
(2) Energies renouvelables
(3) Les rejets de doxide de carbone, et l’effet de serre
(4)L’énergie dans la gestion des déchets ménagers
(5)Haute qualité environnementale HQE.

EDF distribuera des ampoules basse-consommation aux visiteurs des expos

Par ailleurs la ville va adhérer au club « Planète gagnante » et signer une convention avec l’EDF pour la recherche d’économies d’énergie sur l’ensemble du patrimoine de la ville.
Des films sont à la disposition des écoles ainsi qu’un jeu-test de connaissances. Enfin la ville de Châteaubriant a embauché un « référent énergie » pour chasser les gaspillages . Il débutera en septembre : « les économies paieront son salaire ».

D’ores et déjà l’arrosage des fleurs ne se fait plus avec le service d’eau, mais à partir des eaux de pluies. Une campagne de recherche de fuites à la piscine a permis d’économiser 30 m3 d’eau ... par jour ... chauffée et traitée.

Enfin une commission municipale recherche de quelle façon il serait possible d’aider les particuliers qui voudront installer un chauffe-eau solaire.


NOTES:

Voir aussi ici