Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Commerce-artisanat > Moneo

Moneo

(écrit le 27 novembre 2002)

La carte à sous qui amène des soucis

Monéo est lancé, Monéo arrive : à Châteaubriant les banques prospectent les commerçants et leur proposent des tarifs intéressants.

Un certain nombre de castelbriantais ont déjà des cartes où figure le M de Monéo. Au mois de février 2003, des techniciens, communs à toutes les banques, viendront en faire l’installation et puis ... roulez clients et commerçants !

Un lecteur de Chinon a alerté LA MEE à ce sujet : « Depuis quelques mois, nous expérimentons le PME « porte-monnaie électronique ». Sous l’appellation de Monéo, nous pouvons, avec une simple carte de crédit, payer chez les commerçants, équipés d’un terminal spécifique, tous nos achats de moins de 30 euros que nous aurions fait avec de la petite monnaie. Par exemple chez le boucher ou le boulanger, à la poste ou au parking »

L’aveu des banques

Mais voilà que dans le journal interne de juillet/août des employés du Crédit Mutuel on peut lire ceci : « ce nouveau produit [monéo] vient compléter notre dispositif de captation des flux et nous donne une opportunité supplémentaire de présenter l’ensemble de notre gamme de produits et services épargne, crédit, assurance. »

Quel aveu ! Voilà la véritable raison de la création de Monéo : retirer les 15 milliards d’euros qui traînent dans nos poches, argent qui échappe au contrôle des banques, argent qu’elles ne peuvent pas utiliser pour spéculer etc.

La pression médiatique va aller grandissante jusqu’à février 2003 pour mettre en tête des castelbriantais le côté merveilleux, indispensable et irréversible de cette invention.

Sans que vous ayez quoi que ce soit à demander, votre carte de crédit aura un sigle ressemblant à un M majuscule qui la transformera en PME (porte-monnaie électronique) ce qui vous sera facturé évidemment.

Six soucis

Que voilà une bonne affaire pour les banques !

1°) elles facturent ce « service » supplémentaire. Plus tard elles factureront sans doute le refus de ce service, un peu à l’image des listes rouges de France Telecom.

2°) elles éliminent à terme les distributeurs de billets. Donc plus de maintenance, plus de risque de braquage et fin des assurances coûteuses.

3°) elles augmentent mécaniquement la masse monétaire dans leurs mains avec toutes les conséquences connues.

4°) elles suivent encore plus précisément vos habitudes de consommateur donc valorisent leurs fichiers clients ce qui assure une publicité efficace car parfaitement ciblée. De plus ; cela satisfera Sarkozy (le ministre) qui pourra vous suivre à la trace informatique encore mieux qu’aujourd’hui. Inutile de rappeler que Sarkozy (le frère) est n°3 du MEDEF et que Denis Kesler (banque/assurance) en était le n°2.

5°) elles louent un terminal spécial aux commerçants qu’elles facturent pour le moment entre 5 et 12 euros/mois, plus une commission de 0,5 % à 0,9 % à chaque transaction (du moins, ça c’est le principe, mais à Châteaubriant des banques proposent aux commerçants un forfait deux fois moins élevé, et sans aucune commission sur les transactions).

6°) Mais surtout, qu’adviendra-t-il de ceux qui ne voudront pas ou ne pourront pas avoir Monéo ?

Avec tous ces « avantages », comment faire comprendre que Moneo est un piège ?.

Les commerçants commencent à le comprendre. D’après les calculs de la FCD (fédération des entreprises du commerce et de la distribution), Monéo coûte 1000 € par an à un boulanger, ou un tiers du bénéfice net d’une supérette, ou 25 à 30 % du bénéfice d’un buraliste

L’avis de Que choisir ?
Le piège

Le « porte-monnaie électronique » Monéo n’enchante guère UFC-Que choisir (article du 5 novembre 2002), qui relève un manque de recours en cas de vol et des menaces sur la vie privée et appelle au boycott.

« Pour cela n’achetez pas Moneo et exigez de votre banque qu’elle remplace immédiatement votre carte bancaire si elle porte la puce Moneo. Le porte monnaie électronique Moneo est une supercherie : un produit commercial conçu pour le seul bénéfice des banques, et qui ne rend aucun service au consommateur. Il est payant alors que rien ne le justifie, son piratage trop facile est lourd de conséquences pour le consommateur, et il permet aux banques de nous suivre à la trace. »

Avec Moneo les banquiers font d’une pierre deux coups :

– d’une part les banques françaises facturent Moneo au commerçant, de 5 à 12 euros. Alors que la plupart des PME (porte-monnaie électroniques) européens sont gratuits (Autriche, Norvège, Pays-Bas, Espagne, et Suisse).

– d’autre part grâce à Moneo elles ont trouvé une nouvelle source de revenus.

De plus le piratage de Moneo, est un jeu d’enfant et ça vous coûtera cher :

En effet, pour limiter les coûts d’investissement, les concepteurs de Moneo ont choisi un niveau de sécurisation de la puce nettement moins cher que celui de la Carte Bancaire, beaucoup moins élevé et moins sûr (pas étonnant que ses concepteurs soient peu bavards sur le sujet !).


(écrit le 27 novembre 2002)

650 euros pour une carte volée

Et alors, en cas de rechargement frauduleux de la puce Moneo, le consommateur supportera la franchise Moneo de 275 euros, à laquelle il faudra ajouter les sommes perdues directement sur le porte monnaie (jusqu’à 100 euros). En outre, si la puce Moneo est sur votre carte bancaire employée à votre insu (vol ou piratage), alors la note est doublée (+ 275 euros de franchise Carte Bancaire) soit au total une addition salée : 650 euros à la charge du consommateur !

Bref, avec Monéo, tout le monde y perd, les commerçants comme les clients. Sauf les banques bien entendu

A quand un porte monnaie électronique fiable, gratuit, anonyme et indépendant des comptes bancaires ?


(écrit le 27 novembre 2002)

Créé par la société Billétique Monétique Services (BMS), ce « porte-monnaie électronique » se présente sous la forme d’une carte à puce. Celle-ci peut être rechargée sur des bornes disponibles dans les banques partenaires (BNP-Paribas, Banque Populaire, Caisse d’Epargne, CCF, CIC, Crédit Agricole, Crédit Lyonnais, Crédit Mutuel, La Poste et Société Générale).

Moneo permet aux utilisateurs de régler leurs achats de faible montant (jusqu’à 30 euros), sans taper de code. Testé dans plusieurs départements depuis deux ans, ce nouveau système de paiement doit s’étendre à l’ensemble du territoire français d’ici la fin 2003.

Enfin, la fonction Moneo a été installée « d’office » sur toutes les nouvelles cartes bancaires, représentant « un danger » pour celles-ci qui vont devenir « la cible potentielle de vols visant les quelques espèces éventuellement disponibles sur la puce Moneo », craint l’UFC-Que Choisir. Elle incite donc les consommateurs à demander la désactivation définitive de la fonction Moneo sur leur carte bancaire.


(écrit le 27 novembre 2002) :

Passons à l’humour ...
Distributeurs « DRIVE-IN »

Selon un lecteur facétieux, voilà ce que nous pourrons lire un jour dans une note du Groupement des Cartes Bancaires : « Nous procédons actuellement à la mise en place dans les grandes villes de points de distribution « Drive In », où il sera possible de procéder à des retraits d’espèces sans avoir à quitter son véhicule. Pour permettre à nos clients de profiter au maximum de ces nouvelles prestations, nous avons procédé à une étude comportementale approfondie afin de préciser les procédures à mettre en œuvre »

Veuillez lire les instructions suivantes selon la catégorie à laquelle vous appartenez.

PROCÉDURE A SUIVRE POUR UN
UTILISATEUR DE SEXE MASCULIN :

– 1. Amener le véhicule près du distributeur.
– 2. Abaisser la vitre.
– 3. Insérer la carte dans le distributeur et composer votre code.
– 4.Taper le montant du retrait et valider.
– 5. Retirer la carte, les billets et le reçu.
– 6. Remonter la vitre.
– 7. Démarrer.

PROCÉDURE A SUIVRE POUR UN
UTILISATEUR DE SEXE FÉMININ :

– 1. Amener le véhicule près du distributeur.
– 2. Reculer de la distance nécessaire pour aligner la fenêtre du véhicule avec le distributeur.
– 3. Abaisser la vitre.
– 4. Trouver le sac à main, vider son contenu sur le siège passager pour localiser la carte bancaire.
– 5. Tenter d’introduire la carte dans le distributeur.
– 6. Ouvrir la portière afin de permettre un accès plus facile compte tenu de la distance au distributeur.
– 7. Insérer la carte.
– 8. Réinsérer la carte dans le bon sens.
– 9. Réexaminer le contenu du sac à main afin de trouver l’agenda sur lequel est inscrit le code.
– 10. Taper le code.
– 11. Appuyer sur « Annuler » et retaper le code correctement.
– 12. Entrer le montant de la somme à retirer.
– 13. Retirer les espèces et le reçu.
– 14. Re-vider le sac à main et trouver le porte-monnaie pour y ranger les billets.
– 15. Ranger le reçu à la fin du carnet de chèques.
– 16. Vérifier le maquillage.
– 17. Démarrer, avancer de deux mètres.
– 18. Reculer jusqu’au distributeur.
– 19. Récupérer la carte.
– 20. Re-vider le sac à main, trouver le porte-carte, ranger la carte.
– 21. Redémarrer le moteur calé et quitter les lieux.
– 22. Conduire pendant 4 ou 5 kilomètres.
– 23. Oter le frein à main.

Ce « mode d’emploi » nous ayant été envoyé par un abonné, ce n’est pas LA MEE qu’il faut accuser de sexisme.

Mais voici maintenant, par vengeance, le « mode d’emploi des courses du week-end » :

A / COURSES - PROCEDURE A SUIVRE POUR
CLIENT DE SEXE FEMININ

– 1- garer la voiture.
– 2- prendre un caddie.
– 3- le remplir de choses utiles en un temps record.
– 4- mettre les achats dans des sacs de façon rationnelle sinon intelligente.
– 5- payer.
– 6- rentrer à la maison.
– 7- déballer les sacs et ranger.

B / COURSES - PROCÉDURE A SUIVRE POUR
CLIENT DE SEXE MASCULIN

– 1- garer la voiture.
– 2- entrer dans le magasin.
– 3- ressortir pour prendre un caddie.
– 4- s’apercevoir qu’il faut une pièce de 1 €
– 5- aller faire de la monnaie chez le marchand de journaux (ou au troquet, selon affinités)
– 6- en profiter pour feuilleter l’Equipe (ou boire une mousse, au choix)
– 7- prendre le caddie.
– 8- faire longuement tous les rayons en long, en large et en travers.
– 9- acheter une paire de chaussettes, 2 pizzas surgelées, un pack de KRO, des pistaches, des saucisses de Strasbourg et une BD, une piscine gonflable en plein hiver, deux casques pour bébé au cas où on ferait du vélo, quelques outils qui pourraient servir un jour ...
– 10- ne pas s’embarrasser avec du beurre, du lait, papier wc, des couches ou toutes autres choses totalement superflues.
– 11- ranger les surgelés dans le même sac que les chaussettes et la BD.
– 12- réussir à trouver la caisse avec la caissière la plus jolie, et en général la plus lente.
– 13- rentrer à la maison.
– 14- poser le sac de courses sur la table.
– 15- mettre les bières au frais.
– 16- s’installer confortablement dans un fauteuil avec la BD et les pistaches en attendant que la bière soit fraîche.

(note du 1er juin 2004 : la carte Monéo n’a pas de succès !)

voir aussi page 577