Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances - février 2010 (2)

Mée-disances - février 2010 (2)

Ecrit le 17 février 2010

 La facture de Kärcher

Du Canard enchaîné du 10/02 : Frédéric Mitterrand est ravi. Fadela Amara vient de faire perdre au budget du ministère de la Culture près de 3 millions d’euros. Le 11 janvier dernier, la sous-ministre de la Ville fait du sous-Sarko : « il faut nettoyer au karcher, déclare-t-elle, nettoyer cette violence qui tue nos enfants dans les cités. »

Le lendemain, le fabricant de jets à haute pression adresse une protestation officielle à F. Amara et dénonce « l’amalgame » entre son nom et des propos qui « ne correspondent pas à ses valeurs ».

Pour mieux se faire comprendre, sans doute, Karcher n’en reste pas là. Sponsor depuis deux ans des Journées nationales du patrimoine, la société allemande fait savoir, début février, au ministre de la Culture qu’il ne faut pas compter sur elle en 2010. Manque à gagner : un chèque de 200 000 euros. Plus 2,5 millions d’euros « en nature ». Elle s’était en effet engagée à astiquer, à ses frais, la façade du Palais de Chaillot, à Paris.

Si Amara ne sait pas quoi faire de ses nombreux loisirs… !

 Pantouflage académique

Du Canard enchaîné du 10/02 : Pendant deux siècles, les inspecteurs de l’Académie de Paris étaient six ou huit. Depuis dix ans, leur nombre a triplé. Ces postes « dépendent uniquement de la volonté politique ».. Les magistrats de la Cour des Comptes ont calculé : en juin 2009. sur 22 inspecteurs « un seul exerçait de manière effective une mission d’inspection pour le compte de l’académie de Paris ».

Certains sont des élus, d’autres des collaborateurs de « personnalités politiques » ou exercent des « fonctions diverses au sein des partis ». Au moment du contrôle, plusieurs de ces inspecteurs ne disposaient ni de bureau, ni de téléphone, ni d’ordinateur. Juste d’un salaire…

Ndlr : il faudrait les affecter dans les « zones sensibles » ! Les enseignants du lycée de Vitry-sur-Seine, qui ont cessé les cours depuis l’agression d’un élève de 14 ans, seraient preneurs !!!

 Trois collégiennes en garde à vue

LeMonde.fr du11/02 : Le placement engarde à vue de trois adolescentes d’un collège de Paris 20e suscite une vive émotion qui s’est transforme en débat au Parlement, le10 février. L’affaire avait commencé le 2 février par une bagarre. A la suite d’un échange de coups, une jeune fille avait porté plainte et dénoncé ses agresseurs à la police.

Le soir même, les policiers procédaient à l’interpellation d’un jeune homme, et, le lendemain matin, à celle des trois jeunes filles. « Les policiers se sont rendus au collège à bord de voitures banalisées pour chercher les trois adolescentes, et ont interpellé deux élèves avec l’accord de la principale », a expliqué, mardi, M. Gardère, directeur de la sécurité publique pour l’agglomération parisienne. La troisième jeune fille, absente de l’école, a été interpellée à son domicile « avec douceur et une extrême délicatesse », a-t-il précisé. Il a contredit la version livrée par l’adolescente. « Elle n’a pas été emmenée en pyjama. Elle portait un jogging rose », a-t-il indiqué. La jeune fille soutient qu’il s’agit du vêtement qu’elle porte pour dormir. […]

Au Sénat, Jacques Mézard (Ras-semblement démocratique et social européen) a interpellé la Garde des Sceaux, affirmant qu’« une démocratie infligeant chaque année à 800 000 de ses citoyens une privation de liberté » est « malade ». François Zocchetto (Nouveau Centre) s’est inquiété du « fossé qui se creuse » entre les plus jeunes et la police. Robert Badinter (PS) a dénoncé « un scandale dans la République ». […]

 Ma place est en France

Nouvelobs.com du 10/02 : « Nicolas Sarkozy vient de me proposer le poste d’ambassadeur de France à Pékin. J’aime la Chine. Mais j’ai décliné son offre », déclare Jean-Pierre Raffarin.

« Je crois que ma place est en France pour être une voix au service de la ’République décentralisée », ajoute le sénateur de la Vienne qui s’était montré très critique de la réforme des collectivités locales et de la taxe professionnelle en particulier. « Nous avons obtenu une période probatoire. Le texte sur la suppression de la taxe professionnelle reviendra devant le parlement en juin », rappelle-t-il. « Il nous a été assuré qu’il serait fait des simulations avant de le soumettre au vote. S’il devait s’agir, comme nous l’espérons, de l’acte III de la décentralisation, nous le voterons. Sinon ? Nous ne transigerons pas avec nos convictions profondes ».

Ndlr : Sarko aurait-t-il peur de Raffarin ?

 C’est déjà chat...

Du Canard enchaîné du 10/02 : Arno Klarsfeld ne sera pas allé en Haïti pour rien. La « mission d’information et de proposition relative à l’aide française pour reconstruire » le pays, que Fillon lui avait confiée, en janvier, vient de se solder par un exploit humanitaire décisif : l’envoyé spécial de Matignon a rapatrié un chat.
Après quinze jours passés sur l’île, il a repris l’avion pour Paris le 25 janvier. Dans ses bagages : aucun programme de reconstruction (les Américains et les Canadiens s’en chargent, merci). aucun orphelin haïtien, mais Voltaire, le matou du numéro deux de l’ambassade de France à Port-au-Prince. Celui-ci avait fait évacuer sa famille au lendemain du tremblement de terre, mais. dans la panique, le pauvre minou était resté en rade. Du coup. le diplomate a profité de l’occasion pour confier un nouveau rôle de la plus haute importance à Klarsfeld : « Voltaire manquait cruellement à sa petite fille de 5 ans, Christophe Quentel m’a demandé si je pouvais le ramener à Paris et j’ai accepté », confirme au Canard le héros, qui a trimballé l’animal avec lui en cabine classe affaires sur Air France. Dans sa lettre de mission, Fillon demandait à son conseiller de Matignon d’« identifier les problèmes prioritaires à résoudre après une telle tragédie » : il aura été entendu… !

L’action de l’avocat à roulettes ne s’est pas arrêtée à la sauvegarde des félins. Certes. « aucun rapport écrit n’a été remis » à Fillon, explique-t-il. Mais « je lui rends compte chaque jour de ce que j’ai vu ». Ses suggestions, encore vagues, sont empreintes de bon sens : « prendre en charge les enfants handicapés et mutilés, leur donner un statut et les faire adopter », « lutter contre la corruption de la classe politique haïtienne », ou encore « augmenter l’aide de l’État à l’association Handicap international », pour un montant qui « reste à déterminer ».

Si Sarko, qui « doit décider des mesures à prendre », ne retient aucune de ces fortes propositions. la France pourra toujours se vanter d’avoir contribué à sauver un chat haïtien. Et Klarsfeld pourra bientôt créer l’association « Minous sans frontières ».

 Réquisition de logements

L’Humanité.fr du 10/02 : Interrogé sur « la réquisition par les pouvoirs publics des logements privés inoccupés », 69 % des Français s’y déclarent favorables. 30 % se veulent opposés car cela constituerait « une attente au droit de propriété ».

Pour le collectif Jeudi noir : « Ce sondage prouve que Nicolas Sarkozy mène une politique à l’encontre de l’intérêt général et contraire aux préoccupations des Français. […]

Pour la Fondation Abbé Pierre : « Pour la première fois, le droit au logement est à la mesure du droit de propriété ». La réquisition est une mesure forte et de rappeler : « Déjà en 1990, lors de la création du DAL (Droit Au Logement), nous avions le soutien des Français. Il y a une récurrence de l’opinion pour l’application de la loi de 1945 sur les réquisitions mais, hélas, aussi une récurrence des Pouvoirs publics à ne pas appliquer cette loi du général de Gaulle. Qui, d’ailleurs, n’était pas réputé pour être un fervent gauchiste. »

Sélection faite par Rudi Le Gall


Ecrit le 24 février 2010

 Plaintes de parents d’élèves contre Chatel

Nouvelobs.com du 18/02 : le père d’une élève scolarisée en CE1 à Pantin (Seine-Saint-Denis) a annoncé le 16 février que plusieurs parents d’élèves du département préparaient un dépôt collectif de plaintes contre Luc Chatel, pour « faute et défaillance de l’organisation du service public amenant à une discontinuité du service public ».. Daniel Garault, délégué FCPE   a lui-même déposé plainte pour ce motif, sa fille ayant manqué un mois de cours faute de remplaçant en l’absence du professeur titulaire. Il indique avoir déjà recueilli 35 plaintes, qui seront déposées devant le tribunal administratif de Montreuil le 9 mars.

Il estime que « ce n’est pas nouveau qu’il n’y ait pas de remplacement. Habituellement, ça commence en février, mars, mais cette année, ça a commencé six mois plus tôt car les moyens n’ont pas été mis à disposition des inspections académiques et des recteurs ». « Une journée ou deux sans cours, on comprend, mais pas quand on arrive pour une classe à l’équivalent d’un mois de scolarité non assuré », a-t-il souligné.

Il a également déclaré que « sur Pantin, il apparaît qu’il manque régulièrement 12 à 13 enseignants ». Il y a discontinuité du service public, et iniquité dans le traitement suivant l’endroit où on se trouve sur le territoire national« . »Entre une petite bourgade ou un quartier très chic d’une grande ville, on ne sera pas traité de la même façon", a-t-il accusé.

Ndlr : Luc Chatel va sans doute faire valoir son droit de retrait !

 La famille de la mère tuée accuse la police et la justice

Leparisien.fr du 18/02 : . Alors que le petit Ibrahima, enlevé mardi à Fontenay-sous-Bois, a été retrouvé sain et sauf, on a appris que le ravisseur présumé, le père du bébé, avait déjà menacé de mort son ex-compagne. Tania a été retrouvée morte, mardi à son domicile. L’homme a avoué le meurtre mercredi.

Ce jeudi, la famille de Tania a accusé la police et la justice de ne pas avoir assez protégé la jeune femme. En effet, t rois jours après le dépôt d’une plainte de la victime pour menaces de mort, le suspect avait été interpellé et placé en garde à vue le 7 janvier. Il a ensuite été condamné le 9 février à quatre mois de prison avec sursis assortis d’une interdiction d’entrer en contact avec la mère d’Ibrahima, en dehors des jours de garde. Selon le procureur, « cette interdiction a été respectée » jusqu’au jour du meurtre.

L’homme était par ailleurs soumis à un autre contrôle judiciaire, en vertu duquel il n’avait pas le droit de résider dans le Val-de-Marne. « Pourtant, tous les jours il venait devant chez mon père, où ma sœur s’était réfugiée, pour la menacer », a déclaré jeudi le frère de Tania, assurant que la police était venue au moins une fois sur les lieux et était repartie sans rien faire. Le procureur a reconnu que le suspect vivait à Fontenay/Bois.

La ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie a demandé au procureur général de Paris une enquête sur le contrôle des mesures de suivi ordonnées envers le père du petit Ibrahima.

 Stress au travail

Les Échos du 18/02 : Psychiatre et spécialiste du stress au travail, le directeur général du cabinet de conseil Stimulus craint que la multiplication des rapports ne crée de la confusion. En Île-de-France, 407 entreprises n’ont pas fait la moindre démarche pour traiter le sujet du stress au travail ou n’ont pas daigné répondre au questionnaire du ministère du Travail.

Patrick Légeron : « depuis 21 ans que je dirige Stimulus, pendant des années les entreprises ne se sont pas intéressées au sujet. Coexistent le déni (« on n’est plus au temps de Germinal ») et la peur de donner du grain au moudre aux organisations les plus revendicatives ». « Après les suicides dans l’industrie automobile puis l’affaire France Télécom, on en est encore là. Au siège d’un très grand groupe international de racine française, je n’ai pu rencontrer les dirigeants car ce dossier n’est pas … assez stratégique ! »

« Les choses ont bien sûr un peu bougé en vingt ans, mais il y a encore une non-prise de conscience générale. […]. Que faire pour que les entreprises comprennent les énormes risques juridiques qui sont derrière tout cela ? Car aujourd’hui les tribunaux (après plusieurs arrêts de la Cour de Cassation) n’hésitent plus à sévir. Sans compter l’enjeu économique, bien intégré par les anglo-saxons. La santé psychologique des salariés, ce ne doit pas être une fonction support, comme la gestion du parc automobile ». […] « Il faut savoir que notre gouvernement, en la matière, a actuellement beaucoup plus de problème avec le Medef qu’avec les organisations syndicales ».

« Je suis de formation médicale. On sait que la France a du mal à lutter contre la douleur des patients. La douleur avait une fonction de symptôme mais aussi de rédemption. Dans la société française, on croit encore que souffrir au travail, c’est bien faire son travail. Sans souffrance, on est suspect de naïveté ou de faible investissement. Peut-être est-ce moins une question de culture que de génération : les jeunes font plus facilement du bien-être au travail des valeurs fortes, alors que les anciens ont sacrifié leur vie pour leur travail. »

Ndlr : Le 18 février, le ministre du Travail Xavier Darcos a publié son classement des entreprises de plus de 1000 salariés, en fonction de l’avancement des négociations sur le stress au travail. Les sociétés étaient réparties en trois catégories : verte, orange et rouge. Sauf qu’au fil des heures, le même jour, la liste rouge s’est vidée de son contenu, en douce : des entreprises vues en rouge, réapparaissant dans la liste verte. A se croire daltonien. Et le lendemain, les deux listes, orange et rouge, avaient disparu ! Un ministre du Travail qui n’est pas capable de mener une seule action en faveur des salariés jusqu’à son terme devrait sérieusement penser à donner une autre orientation à sa carrière !

 Arnaques au pays de l’électroménager

Rue89 du 18/02 : Acheter une télé, faire réparer sa machine à laver ou encore prendre une extension de garantie : qui n’a jamais eu la vague impression de se faire arnaquer par les vendeurs ? Dans « Le grand bluff », enquête diffusé le 18 février dans Envoyé Spécial sur France 2, les grandes enseignes de la distribution se font sévèrement étriller. […] La démonstration est implacable. Elle commence par le mode de rémunération des vendeurs (un vendeur chez Darty a un fixe de 570 euros par mois), lié à la prime définie par les fabricants.

Passons ensuite au service après-vente. Les journalistes ont organisé une « panne », en débranchant une cosse de câble sur un lave-linge. Ils appellent quatre réparateurs. Trois d’entre eux conseillent de se débarrasser de l’appareil...

La suite est une longue descente dans les abîmes de la grande distribution. La séquence sur l’extension de garantie (de trois ans en général) est édifiante : le risque de voir son appareil tomber en panne entre la 3e et la 5e année oscille entre 1,5 et 3% ! Un fabricant d’aspirateurs (Dyson) a été « déréférencé » des magasins Darty parce qu’il proposait une garantie de… 5 ans, privant ainsi le distributeur d’une manne ultra-rentable. Sans oublier le mensonge du SAV de la Fnac, prétendant avoir ouvert un caméscope pour identifier une panne, sans briser le scellé posé par les journalistes.

Les fabricants ne conçoivent plus que des objets à durée de vie limitée : surtout, pas plus de dix ans. Et les déchets qui vont avec…

Une enquête en prime time avec cette démarche très simple qui consiste à vérifier les faits, un par un. Méthodiquement !