Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCRN - Com Com de Nozay > CCRN - 2005 - 2008 > Com’ Com’ Région de Nozay Résidence jeunes, cybercentre et santé à (...)

Com’ Com’ Région de Nozay
Résidence jeunes, cybercentre et santé à Nozay

Ecrit en novembre 2003 :

Résidence-jeunes et cybercentre à Nozay

« Accueillir le monde », telle est l’ambition de la Communauté de Communes de la Région de Nozay, illustrée le 31 octobre 2003 par une triple inauguration : la Résidence jeunes « L’Odyssée », le cybercentre et sa connexion haut-débit satellitaire, ainsi que les huit sites Internet du territoire intercommunal, autour de Christian de Grandmaison Maire de Nozay, Conseiller Régional et Président de la Communauté de Communes de la Région de Nozay.

Plein de beau monde ce jour-là, à commencer par le Président de la Région Pays de Loire, le Préfet et de nombreux élus des Communautés de Communes de Nozay et de Derval. Curieusement le député Michel Hunault était absent et la Communauté de Communes de Châteaubriant brillait très fort par son absence. Jalousie ? Désintérêt ? Le « Pays de Châteaubriant   » n’est qu’un vain mot et il faut toute l’énergie de Christian de Grandmaison et de Michel Houllier pour sauver les apparences.

L’Odyssée

La réflexion devant conduire à la construction d’une Résidence Jeunes, a débuté en 1998, à partir d’un constat : besoin de 50 lits par an pour les jeunes, saturation du Foyer de Châteaubriant, logements sociaux en nombre insuffisant. Le Foyer du Jeune Travailleur, a été construit à Nozay, route de Nort sur Erdre à proximité de « La Mano » (Maison des Jeunes et de la culture), de la piscine et des gymnases, du centre sportif et de la maison des associations. Quand le FJT de Châteaubriant s’est construit, c’était déjà une première dans une commune du milieu rural, de 12 000 habitants. Pour Nozay, c’est une gageure : la commune ne compte que 3200 habitants.

L’Odyssée (résidence jeunes de Nozay), offre 26 chambres à un ou deux lits, soit 37 places. Les 22 lits occupés à ce jour, le sont, pour plus de la moitié, par des jeunes en apprentissage dans des entreprises locales. Les loyers mensuels entre 300 et 400 € tout compris (prix maximum) séduisent d’autant plus que les occupants peuvent être bénéficiaires de l’APL dès le premier mois, ce qui laisse un faible résiduel. Les porteurs du projet n’ont pas lésiné sur la qualité de la construction et sur l’animation.

Coût global : 1 598 498 € ( 10 500 000,00 F) avec 55 % de subventions (Etat, Département, Région, fonds européens, caisse d’allocations familiales)

Cyber ... quoi ?

Au rez-de-chaussée de l’Odyssée, se trouve le cybercentre « réseau cyberbase » de la Région de Nozay. Ouvert aux jeunes comme à tout public, à des coûts très attractifs (entre 4 et 8 € pour l’année), il permet d’avoir accès au monde de l’informatique et de l’Internet. Apprendre à taper un courrier, créer son site Internet, télécharger des données... Sébastien Pignol et Astrid Jannée, animateurs du cybercentre et de la Résidence sont à la disposition de tous.

Ce « cybercentre réseau cyberbase » (quelle appellation simple !) a coûté (équi-pement et fonctionnement) 100 312,20 € (658 000 F) avec 77 % de subventions.

L’espace est pourvu des logiciels et équipements les plus modernes et propose, en dépit de l’absence de l’ADSL   (qui devrait arriver sur Nozay en février 2004), une connexion haut-débit.

Mégalis

« La Communauté de Communes de Nozay a en effet voulu montrer à l’ensemble des acteurs du monde rural que des possibilités, autres que l’ADSL  , existent pour assurer la transmission de données à grande vitesse » souligne Christian de Grandmaison.

Pour enfoncer le clou, la Communauté de Communes de Nozay profite de l’occasion pour présenter son site Internet, http://www.cc-nozay.fr, ainsi que celui de chacune de ses communes membres. Un projet qui revêt une symbolique forte puisque l’ensemble bénéficie d’une charte graphique et d’une architecture communes. Toutes les adresses sont du même type. Exemple : http://www.treffieux.fr

Les huit

Un site pour la Communauté de Communes de Nozay, un site pour chacune des 7 communes de la CCNozay : ça fait huit sites internet, avec des mises à jour qui peuvent être effectuées dans chaque commune.
– Compte-rendu de Conseil Municipal
– Liste des artisans-commerçants
– Liste des associations
– Agenda des activités
– Adresses utiles, etc

Coût global : 41 227,87 € (270 000,00 F) avec 50 % de subventions.

Renseignements : 02 40 79 51 51


Ecrit le 1er décembre 2004 :

Exonération fiscale

Dans sa séance du 15 septembre 2004, la CCRNozay avait décidé d’exonérer de taxe professionnelle les « jeunes entreprises innovantes » à raison de 75 % la première année, 50 % la seconde année et 25 % la troisième année. La Sous-Préfecture a estimé que ce devait être 100 % pendant 7 ans, ou rien. Ce sera donc rien. Mais les jeunes entreprises (innovantes ou pas), peuvent bénéficier d’autres systèmes d’exonération de taxe professionnelle. Se renseigner auprès des services de la CCRNozay.


Ecrit le 2 mars 2005 :

 Un atelier de découpe dans l’Oseraye

On en avait entendu parler le 18 juin 2001 et puis plus rien. Mais les études continuaient et, le 23 février 2005, deux agriculteurs Gérard Poisson et Pascal Duchêne, sont venus proposer le projet à la Communauté de Communes de la région de Nozay (CCRNozay)

Onze agriculteurs de la région de Nozay ont l’intention de monter un atelier de découpe de viande (bovins, ovins, volailles, etc), pour valoriser leur travail en profitant de la proximité du bassin nantais et pour promouvoir le territoire dans une dynamique locale de qualité. Le groupement prendrait le nom de « Les éleveurs du Pays, de la Terre à l’Assiette ».

Des voyages d’études en Bretagne et en Anjou, et dans l’Est, ont permis de voir des ateliers gérés par des éleveurs. Une pré-étude a été menée dans le
cadre des fonds européens Leader+. Elle a permis d’obtenir environ 170 000 € de subvention pour un investissement total de 804 000 €, cette subvention impose un commencement des travaux avant la fin de l’année 2005.

Le groupement se propose, d’ici 4 ans, de réunir 25 producteurs. Il passerait de 39 tonnes de viande annuelles découpées, à 141 tonnes (seuil de rentabilité) :

Les agriculteurs s’investiraient dans la découpe et la transformation, mais l’embauche d’un boucher charcutier est nécessaire dès la première année (et pourrait monter à 4 salariés).

Dans l’immédiat, l’abattage des bêtes se ferait à l’abattoir multi-espèces de Craon. Plus tard il est peut-être envisageable de créer sur place un abattoir de ce type. 30 gros bovins, 70 porcs, 25 ovins, 25 veaux et 3000 poulets par an.

L’atelier s’installerait à Nozay dans la zone de l’Oseraye. Le Conseil Général et la Conseil Régional sont susceptibles d’apporter des fonds, les collectivités territoriales sont sollicitées pour accorder des garanties d’emprunt.

Jamais vu ça

33 ans de pratique politique et jamais vu ça : la Communauté de Communes de Nozay a étudié les subventions à accorder aux associations qui en ont fait la demande. Le tableau donné aux conseillers comporte :
– demandes 2004
– attributions 2004
— - demandes 2005
— - propositions 2005
Le Conseil a ensuite débattu au cas par cas, confirmant ou corrigeant les propositions. Ainsi aucune association ne peut dire que sa demande est passée en maille ! Chapeau, jamais vu ça.

Entreprises

La CCRNozay vend un bâtiment à l’entreprise BPO (Broyage plastiques de l’Ouest) pour 504 000 €. Elle vend aussi un bâtiment à la société SCI 2PHI pour 344 000 € HT  . Elle lance l’extension de l’Hôtel d’Entreprise n°2 (où se trouve la société Condi Atlantique) pour 105 500 € et décide la construction d’un hôtel n° 3 de 880 m2 pour 1 165 000 €.

L’entreprise West Hydro, l’entreprise Clean Attitude et une biscuiterie industrielle, souhaitent un terrain sur la zone de l’Oseraye à Nozay

Maison de l’Emploi

La CCRNozay souhaite voir inscrits deux points à la prochaine réunion de bureau du Pays de Châteaubriant   :
– . La question d’une Maison de l’Emploi (qui ne serait pas forcément à Châteaubriant !)
– . La question de la mobilité. Elle rappelle à ce sujet qu’une somme de 230 000 € a été mise de côté par le Conseil de Développement pour financer ce projet « mobilité », et non encore engagée.

Par ailleurs la CCRNozay se réjouit de l’aide apportée par le Conseil Général au Comité de Bassin d’Emploi

Enfin la CCRNozay décide de donner un nom à l’avenue principale de la zone d’activités de l’Oseraye. Nom retenu : « Avenue du cœur de l’Ouest ». Sur cette avenue se brancheront des allées secondaires portant les noms de ruisseaux de la Communauté de Communes : Saint-Flour, Don, Isac, Perche, Paradel, Clégreuc, etc.

Le nom « Avenue de Grandmaison » a été proposé mais n’a pas retenu l’attention puisqu’une rue va bientôt porter ce nom à Nozay.

Dossiers territoriaux :

– . Les trois Communautés de Communes de Nozay, Derval, Guémené, envisagent de se rapprocher pour faire un poids suffisant et mutualiser leurs moyens (cybercentre, procédures SIG-SPANC, relais assistantes maternelles, services emploi).
– . Le Contrat du Pays de Châteaubriant   pourrait être signé en juin 2005 avec le Conseil Général et le Conseil Régional. Les communes font la liste de leurs projets propres : aménagement de bourgs, d’écoles, projets d’assainissement, etc.


Ecrit le 23 mars 2005 :

 La santé à Nozay

 CA PA CITés

Lors de la candidature de Gilles Philippot aux cantonales, en janvier 2004, un groupe de personnes s’est porté en soutien, réunissant dans toutes les communes des acteurs de la vie locale, afin que le jeune Conseiller Général ne devienne pas « un décideur solitaire ». Par la suite le groupe s’est structuré pour devenir un lieu d’échanges, d’écoute et de construction : CAPACITé (CAnton PArticipatif CIToyen), ni parti politique, ni comité de soutien, souhaite être une force de proposition, notamment en organisant des soirées-débat avec tous les citoyens.

La première action de l’association CA.PA.CITé a eu lieu ce jeudi 10 mars 2005 à Puceul sous la forme d’une soirée débat sur le thème de la santé, « enjeu public, enjeu local ». La population du canton a répondu présente en faisant salle comble (entre 120 et 150 personnes). De nombreux professionnels de santé se sont déplacés : médecins, pharmaciens, kinés, aides soignantes, infirmières, directeurs d’hôpitaux, ainsi que de nombreux élus : maires, président de communauté de communes, conseillers généraux, vice-présidents de commissions du Conseil Général.

L’exposé sur l’offre de soins sur le canton de Nozay, fait par M. Jean Dupas (maire de Saffré), a montré qu’il y a un projet de construction de 24 pavillons pour personnes âgées, en plus des 5 existant à Vay et des 21 existant à Saffré. Les repas portés à domicile sont confectionnés au Gâvre   ou distribués en liaison froide (moins appréciée). Pour la plupart des personnes âgées se posent les problèmes de la solitude et de l’isolement.

Selon M. Dupas, le canton est bien pourvu en médecin, kiné, pédicure, dentiste, pharmacien, ambulancier, maison de retraite.

Hôpital de proximité

Mme Nathalie Raimbaud, médecin à l’hôpital de Nozay, explique que cet établissement comporte 139 lits : 6 lits de médecine, 32 lits de long séjour, 30 lits de soin de suite, 71 lits de maison de retraite. La population accueillie est très âgée et domiciliée à proximité. Neuf médecins de ville y exercent par suite d’une autorisation spéciale.

En projet : construction de nouveaux locaux d’ici 2008, installation d’une permanence de soins en coopération avec les médecins de ville, création de deux lits d’accueil de jour, de deux lits d’hébergement temporaire, de quatre lits de soins palliatifs. Il est envisagé le recrutement d’un pharmacien hospitalier et l’organisation de consultations spécialisées (alcoologie, gériatrie, dépistage Alzheimer  , etc).

Les intervenants invités ont ensuite, chacun leur tour, apporté un éclairage sur des thèmes comme la « nouvelle » réforme de la sécurité sociale (M. Le Gentilhomme Président de la MSA   et M. Hauraix M.S.A.), les spécificités du monde rural en terme de public et d’offre de soins (Mme Savary, M. Couillaud URCAM) et la permanence des soins en s’appuyant sur l’exemple du C.A.P.S. de châteaubriant (M. Pionneau, médecin à l’initiative   du Centre d’Accueil de Permanences des Soins).

On retiendra que le secteur de Nozay (de Vay à Joué sur Erdre) possède un effectif médical suffisant par rapport au nombre d’habitants et qui pourrait tenir des gardes de manière coordonnée ... ce qui n’est pas le cas.

La consommation de médicaments et le nombre de consultations par habitant est beaucoup plus mesuré dans cette zone rurale qu’en zone urbaine.

Une réforme
pour responsabiliser l’individu

Selon la MSA   (mutualité sociale agricole), la réforme de la SECU « va bouleverser beaucoup de choses. Les Français se disent attachés à un système de solidarité, mais, dans les faits, les nécessaires cotisations complémentaires ne sont plus adaptées aux ressources des gens » .

5 % des malades provoquent 60 % des dépenses d’assurance-maladie. Ce sont la plupart du temps de très grands malades et des personnes âgées. La réforme n’est pas facile. Dix-huit plans de sauvetage de la Sécu ont été lancés, mais sans succès.

La population vieillit (près 70% des patients de l’hôpital de Nozay ont plus de 75 ans), des besoins nouveaux sont constatés, les cotisants, eux, sont moins nombreux (pyramide des âges et chômage) : il y a lieu de réfléchir à de nouveaux modes de financement. La solidarité entre générations a jusque là joué son rôle, mais on risque la faillite du système lorsque la même génération devra financer à la fois les soins et la dette de ses aînés.

Attention ....

La vigilance sera nécessaire sur d’autres aspects de la réforme comme le dossier médical personnel (confidentialité et accès à des informations personnelles), le médecin traitant (choix et application des tarifs suivant les configurations d’accès), partage des coûts des soins entre sécurité sociale, complémentaires et patients, etc.

C’est sur le statut de médecin que s’est cristallisé une partie du débat. « La nouvelle réforme ne fait qu’entretenir le statut libéral du médecin » rapporte M. Couillaud, regrettant qu’il n’y ait pas d’expérimentations tentées sur d’autres types de rémunérations que le paiement à l’acte. Il apporte cependant une touche d’optimisme en constatant que 70 % des nouveaux médecins sont des femmes, espérant que celles-ci aborderont différemment l’exercice de leur profession (type de rémunération et adaptation du temps de travail).

Une autre réflexion à mener : celle du Tiers Payant. Aucun médecin ne le pratique. Comment font les malades qui ne peuvent avancer l’argent ?Certains médecins font des facilités ...

La liberté d’installation géographique des médecins pose problème, la Sécu assurant le financement des médecins sans qu’aucune contrepartie de leur part ne soit exigée. C’est le financement public d’une médecine libérale ! On arrive d’ailleurs à des absurdités : les pédiatres par exemple sont majoritairement dans le midi de la France, alors que les enfants sont au Nord !

La libre participation aux gardes laissée au volontariat des médecins généralistes est certainement l’élément qui suscita le plus de mécontentements et donc d’attentes de la part de l’assemblée, compte tenu de la situation du secteur de Nozay où les gardes ne sont plus assurées depuis plusieurs années.

Plusieurs tentatives de maison médicale ou d’ébauche de C.A.P.S. (permanences d’accès aux soins de santé) ont échoué malgré les demandes des élus, le suivi technique des caisses de sécurité sociale et l’intervention (molle diront certains) de l’ordre des médecins.

Double effet du CAPS

C’est pourtant l’existence de C.A.P.S. (permanence d’accès aux soins de santé) qui permet :

d’une part une réelle continuité de la permanence des soins sur un secteur géographique (en coordination avec le service régulateur « 15 ») tout en apportant un confort de vie aux médecins.

D’autre part ce type de structure est indispensable pour accompagner le renouvellement des médecins. En effet, que ce soit dans le cadre de remplacements ou de nouvelles installations, les jeunes médecins poseront le fonctionnement d’un C.A.P.S. comme condition sine qua non à leur venue.

Actuellement les caisses de sécurité sociale apportent un soutien technique et financier pour la réalisation des CAPS. Le risque est de louper le bénéfice de ces aides si aucune démarche n’est rapidement mise en place dans la région de Nozay, étant donné que ces fonds sont expérimentaux et donc limités.

Les conséquences seraient donc à court terme négatives pour l’offre de soins actuelle mais aussi catastrophiques pour l’avenir du territoire si celui ci n’offre pas les conditions suffisantes à l’installation de nouveaux médecins qui devrait accompagner le mouvement de hausse de la population constatée sur le canton.

Citoyens mobilisez vous

L’objectif de ce débat est d’informer et de montrer que les citoyens peuvent être une force d’action sur des thèmes importants qui ont une résonance locale. Lors de cette soirée, les intervenants n’ont cessé de répéter : « citoyens mobilisez vous », « unissez vous », « réunissez-vous et faites pression ».

En effet lorsque l’on constate un dysfonctionnement, ou une impuissance, c’est bien la population qui peut encore faire en-

tendre ses exigences, « charge aux élus d’être là pour soutenir les volontés jusqu’à l’obtention d’un résultat » conclura Gilles Philippot, conseiller général du canton de Nozay.

L’action citoyenne peut commencer déjà par le choix de son médecin traitant en posant ses conditions, la première étant la participation à la mise en place des gardes sur le secteur de Nozay.

L’association CA.PA.CITé proposera prochainement d’autres modes d’actions afin de poursuivre l’élan né de ce débat
voir plus loin


Ecrit le 23 mars 2005 :

Dérapage

Les signataires de la nouvelle convention médicale ont-ils péché par excès d’optimisme au plan financier ? « Il y a un vrai risque que le compte n’y soit pas » a souligné le directeur général de la Mutualité française, Daniel Lenoir, lors du séminaire organisé les 8 et 9 février 2005.

En effet, la convention fixe un objectif de près d’un milliard d’euros d’économies aux médecins (lire Afim n° 2490 du 18 janvier 2005). Dans le même temps, elle accorde la moitié de cette somme pour les revalorisations d’honoraires ! « Faites des économies, vous en récupérerez la moitié, ironise Pierre Volovitch, chercheur à l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires). « Personne ne s’est demandé si tout cela est très moral... »

En outre, si les hausses d’honoraires sont effectives, aucune garantie n’est en revanche apportée sur le respect des engagements pris en faveur de la maîtrise médicalisée. Les médecins doivent notamment porter leurs efforts sur un meilleur respect de la réglementation concernant les affections de longue durée (ALD) et les arrêts de travail. « Je ne crois pas une seconde aux économies attendues », assène Serge Gilberg, médecin généraliste.

De son côté, le président de l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam) est plus modéré. « L’objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam) peut être tenu cette année, en raison notamment du forfait de 1 euro. Il n’existait pas en 2004. Cela donne donc un peu de marge », estime Michel Régereau. Mais, avertit ce responsable syndical CFDT, « ce sera plus difficile en 2006, car il faudra concilier qualité des soins et maîtrise des dépenses ».

(lu dans le Bulletin de l’AFIM, information mutualiste, n°2518)


Ecrit le 30 mars 2005 :

CCR Nozay

Trois communautés de communes font partie du Pays de Châteaubriant   :

– celles du castelbriantais CCC  
(19 communes)
– du secteur de Derval CCSD  
( 7 communes)
– de la région de Nozay CCRN  
( 7 communes)

Cette dernière s’est réunie à Vay mercredi 23 mars pour une (trop) longue séance : quatre heures.

Si le temps est (trop) long, au moins les discussions sont ouvertes et l’on sent un réel travail d’équipe.

Denis Bataille a d’abord dressé un bilan de la piscine de Nozay (à ciel ouvert, ce qui limite les périodes d’ouverture). Le déficit, inévitable, s’est réduit mais est quand même de 60 000 euros, malgré une augmentation de la dotation du Conseil Général et une augmentation de la fréquentation : scolaires, cours spécialisés (cours de natation, aquagym, clubs). Le coût horaire qui était de 92 euros en 2002, est désormais inférieur à 70 euros. Problèmes qui vont se poser : trouver des créneaux horaires pour accueillir les écoles de Saffré, et trouver un encadrement convenable pour les élèves du secondaire.

En matière économique, une entreprise va s’installer prochainement. Elle emploiera du personnel non qualifié, en particulier des femmes. Une cinquantaine d’emplois seront proposés, les salariés venant de St Malo ou Nantes, mais aussi de la région de Nozay

D’autres entreprises sollicitent Nozay, bien située sur la N 137 (Nantes-Rennes). La zone de l’Oseraye se remplit, une ZAC (zone d’aménagement concerté) est en préparation ; un troisième atelier-relais pourrait être construit.

Le dossier « atelier de découpe de viandes » prend forme. La Communauté de Communes pourrait accorder une garantie d’emprunts correspondant à 25 % de 386 000 €.

Vingt-cinq agriculteurs se disent associés ou intéressés. Le projet cependant ne recueille guère d’écho chez les paysans de Nozay et inquiète les bouchers-charcutiers du coin.

La réunion s’est poursuivie par l’étude détaillée du budget, ligne par ligne.

Manifestement le Président François Favry domine le sujet. Mais pour les simples citoyens c’est exercice impossible avec les dossiers qu’on trouve saucissonnés sur plusieurs lignes (exemple : La troupe culturelle : LafidèleIdée).

Les ventes d’ateliers qui figurent en recettes sur la ligne « immobilisations corporelles » sont balancées pour le même montant en dépenses sur la ligne « valeurs comptables des immobilisations cédées »

Un pauvre citoyen qui n’assisterait pas aux séances n’y comprendrait rien du tout

A propos, où sont donc les citoyens ?


Ecrit le 11 mai 2005 :

 Communauté de Communes de la région de Nozay

Chez nos voisins des Communautés de Communes de Nozay et Derval, les réunions sont mensuelles et détaillées. Très intéressantes à suivre pour qui veut être au courant des évolutions de la région.

Le 20 avril 2005 la CCRN   (Communauté de Communes de la région de Nozay) a adopté les tarifs de la piscine en comparant avec les équipements voisins. La piscine de Nozay a le souhait de rester la plus accessible du secteur

Dossiers économiques : chaque mois de nombreuses entreprises sollicitent des terrains sur la zone de l’Oseraye. La CCRN   modifie son prix : 10 € le m2 en façade, 8 € en arrière. Manifestement, cette zone industrielle, placée sur la quatre-voies Nantes-Rennes, intéresse des investisseurs.

Recrutement d’un responsable technique : il sera payé 2000 € par mois ce qui est peu généreux pour un ingénieur subdivisionnaire. 110 candidats se sont présentés. L’heureux élu vient de Plouescat. Il a déjà une dizaine d’années d’expérience.

Un Super-U va s’installer à Nozay, magasin de 2500 m2 + magasin de bricolage Weldom. En attente de l’avis de la Commission Départementale d’équipement commercial.

15 millions d’euros

La CCRN   a listé les projets communaux et intercommunaux pour un montant total de 15,7 millions d’euros. Certains de ceux-là seront inscrits au Contrat de territoire à signer avec le département et la région : mais les critères d’attribution des subventions ne sont pas les mêmes. On ne sait pas encore ce qui sera retenu : la boulangerie de Treffieux ? les locaux du Centre d’Aide par le travail de Vay ? des logements sociaux dans l’ancienne mairie de Saffré ? un point d’information jeunesse à Nozay ? Tout ce qui est listé ne pourra pas être réalisé, faute de financement suffisant.

A noter : la mise en place d’un CAPS (local à Saffré) : centre d’accueil et de permanence de soins.


Ecrit le 8 juin 2005 :

 Contrat de territoire :
Le Conseil Général en visite à Nozay

« Nous avons essayé d’aller à l’essentiel, d’ouvrir des relations qui s’approfondiront ultérieurement » a dit le Conseiller Général Gilles PHILIPPOT à l’occasion de la visite du Conseil Général au Pays de la Pierre Bleue, une terre fertile en projets (comme en témoigne l’essor de la zone d’activité de l’Oseraye), une terre riche de sa vie associative (comme en témoigne, entre autres, le festival Graines d’Automne).

Le Conseil Général a entrepris en effet une tournée systématique des intercommunalités de Loire-Atlantique, pour découvrir la réalité du terrain.
– Le projet de création d’un atelier de découpe multi-espèces, fruit de la démarche collective d’un groupe d’agriculteurs.
– Le changement de site de la CUMA (coopérative d’utilisation du matériel agricole) de Puceul, pour libérer de l’espace pour un projet communal à proximité du centre-bourg
– Les énergies renouvelables, à partir de l’option « chaudière bois » développée par le CIVAM et l’entreprise Bourdeau-bois de Nozay

Indépendamment de ces trois projets novateurs, la Communauté de Communes de la Région de Nozay a pu présenter son fonctionnement et ses orientations. « Le Conseil Général a choisi de soutenir les projets globaux d’investissement, à travers les contrats de territoire. A Nozay nous avons découvert un vrai esprit communautaire pour développer des services autour de la petite enfance, de la culture, des personnes âgées et du développement économique » a dit Patrick MARESCHAL, Président du Conseil Général.

« La région de Nozay est confrontée à un afflux de population, allant jusqu’à 30 % dans des communes comme Puceul et Vay. Il nous faut accompagner les nouveaux habitants » a commenté François FAVRY, cependant que les Présidents des 12 commissions de la Communauté de Communes de Nozay ont pu présenter leurs travaux.

Selon les responsables départementaux, les contrats de territoire se déclinent en deux parties :
– Un contrat d’objectif, au niveau du Pays de Châteaubriant  
– Un contrat d’application au niveau des Communautés de Communes.

« Il y a des méthodes pour ne pas réussir. Ici nous avons choisi, depuis 1999, le travail ensemble, le développement partagé, la solidarité » dit encore Gilles PHILIPPOT cependant qu’Yves DANIEL explique que les contrats de territoire doivent permettre d’anticiper, de débattre, de programmer. « Nous assistons à un certain exode urbain qu’il faut accompagner pour que les services arrivent jusqu’à la population ».

« Attention de ne pas se laisser griser par le nombre de permis de construire. Derrière il y a des soucis pour une municipalité . Les plans locaux d’urbanisme sont là

pour réguler, le Conseil Général souhaite apporter une aide, notamment financière, en passant de la logique de guichet à la logique de projet » a dit Patrick Mareschal.

Cette visite de la Communauté de Communes de Nozay n’a rien eu de protocolaire. Elle s’est attachée à mesurer le dynamisme et le potentiel local, et à comprendre l’attente d’une politique départementale basée sur l’équilibre et la solidarité.


Réunion de la Communauté de Communes de Nozay, le 22 juin 2005 voir par ailleurs


Ecrit le 6 juillet 2005

 Le Foyer des Jeunes Travailleurs, à Nozay

Le Foyer du Jeune Travailleur de Nozay, inauguré le 31 octobre 2003, comporte 26 chambres meublées (dont certaines à deux lits) ce qui fait une capacité d’accueil de 37 jeunes.

Accueillir

Il a accueilli 73 jeunes en 2004. Compte-tenu de la rotation inévitable, le pourcentage d’occupation est de 85 %. « Mais la résidence est encore trop peu connue » dit le Président Bernard Santerre.

Sur ces 73 jeunes, 54 sont des garçons, et 19 sont des filles. Et plus de la moitié sont des jeunes de moins de 22 ans.
Peu d’entre eux viennent de Nozay et des environs. Plus de la moitié viennent de Loire-Atlantique.

La plupart de ces jeunes, avant d’arriver au foyer, habitaient chez leurs parents (54 %) ou chez des amis (11 %). Et 16 % avaient un logement autonome.
A la sortie du FJT, 29 % retournent chez les parents et 9 % chez des amis. Et 51 % prennent un logement autonome. Le FJT joue donc son rôle de passerelle vers le logement.

Le FJT, à Nozay, est un outil de développement du territoire. On le voit bien : un certain nombre de jeunes, en quittant le foyer, s’installent dans la région de Nozay !

Accompagner

Situation professionnelle : Sur les 73 jeunes de 2004 :
– 18 étaient en situation d’emploi :
5 CDI, 10 CDD, 3 intérim
– 27 étaient en apprentissage ou stage rémunéré
– 6 étaient demandeurs d’emploi ou en stage non rémunéré
– 6 étaient scolaires ou étudiants
– 16 étaient en « mesure d’insertion »

Niveau de formation :
sur les 73 jeunes :
– 25 d’entre eux avaient le niveau baccalauréat ou supérieur
– 28 avaient le niveau BEP-CAP
– 20 avaient un niveau inférieur

Niveau de ressources : il est lié à la situation de l’emploi ... et pas mirobolant
– 2 sans ressources
– 11 avec moins de 305 € par mois
– 34 entre 305 € et 610 € par mois
– 13 entre 610 € et 915 €
– 12 avec plus de 915 € par mois
Les loyers au FJT vont de 287 à 382 € pour une chambre seule, et de 382 à 420 € pour une chambre à deux (charges comprises). Heureusement, les jeunes bénéficient de l’APL (aide personnalisée au logement) dès le premier mois.

Les résidents du foyer bénéficient d’un accompagnement individuel : aide pour remplir les papiers administratifs, aide à la recherche d’un nouveau logement, informations sur leurs droits et devoirs

Animer

Le FJT n’est pas seulement une structure d’accueil-logement : il est aussi lieu de rencontres   et d’animations. Celles-ci sont organisées systématiquement deux soirs par semaine : théâtre, repas à thème, sorties, soirée jeux, échange de savoirs, concerts, club d’échecs, cafétéria.

Le repas commun, par exemple, touche à la gestion du budget, aux achats faits par les résidents, à la cuisine, à la vaisselle et divers nettoyages
Un pique-nique « inter-générations » a eu lieu en 2004 et sera renouvelé le 22 juillet 2005.

L’opération « Petit Déjeuner », qui a lieu tous les mois, marche très fort à Nozay.

Entraide

Un fonds Entraide et Solidarité a été mis en place. Chaque résident verse 1 €, la

Caisse d’Epargne verse 2 €. Ce fonds, géré par les résidents (et contrôlé par le Conseil d’Administration) est destiné à financer des projets collectifs et ponctuellement à venir en aide aux jeunes qui en ont besoin.

Cybercentre

Le cybercentre de Nozay est installé dans les locaux du Foyer du Jeune Travailleur. Les résidents peuvent y accéder et y disposer d’une boite à lettres électronique.

Quelques problèmes

Le Foyer du Jeune Travailleur ne pourrait pas fonctionner sans un important taux de subventions (Etat, CAF, Conseil Général, Communauté de Communes, fonds européens).

Lors de la construction, le Conseil Régional avait promis 140 000 € mais cette promesse n’avait pas été actée.
C’est chose faite, le versement devrait être effectué dans les semaines à venir.

La résidence l’Odyssée est parfaitement sécurisée en ce qui concerne les locaux. Seul le parking laisse à désirer (vols, dégradations). « Nous avons pourtant un solide portail, dit le Président Bernard Santerre, mais il n’y a pas de grillage autour. Le portail est donc, pour l’instant, simplement décoratif »

FJT - 02 28 05 01 15
16 _ route de Nort sur Erdre - 44170 Nozay

Bilan 2005


Ecrit le 21 juin 2006

 CA PA CI TES : bilan à la mi-juin 2006

L’association CA PA CITE qui s’est créée en septembre 2004 dans la région de Nozay, considère la Démocratie est une valeur de société . Elle souhaite :
– Donner au citoyen une place active et participative dans le canton de Nozay
– Etre au sein du canton un lieu d’échange, une force de proposition et de rassemblement et un lien vivant avec tous les élus
– Engager une réflexion globale au niveau du pays de Châteaubriant   voire au-delà

Ses moyens financiers sont essentiellement issus des cotisations des 60 adhérents.

Les co-présidents sont Gilles LEBRETON et Loïc DAUBAS

La projection d’un diaporama sur le thème des mutations et perspectives des espaces ruraux a été l’occasion d’un échange nourri entre les adhérents.

En effet, les espaces ruraux à l’échelle nationale subissent actuellement des modifications importantes tant sur leurs activités que sur leur population. Cette tendance se retrouve de manière accentuée sur le Nord du département.

L’association CA.PA.CITé souhaite donc participer à l’analyse de ces nouveaux phénomènes. L’accueil des nouveaux habitants, l’urbanisme en milieu rural feront prochainement l’objet d’interventions en direction d’un public plus vaste notamment par la venue d’une pièce de théâtre « le jeu de moi » lors du prochain festival Graine d’automne (vraisemblablement le 7 octobre à ABBARETZ ).

Contact : CA PA CITé, 21 rue de l’Isac, 44390 Saffré pour avoir : LE DROIT DE DIRE


Voir : fonctionnement, contrat de pays

Une usine virtuelle à Nozay

fil santé jeunes

Note : le CAPS de Nozay a été inauguré le 29 novembre 2008

Le Centre d’Accueil et de Permanence des Soins (CAPS) de Nozay regroupe plusieurs médecins répartis sur les 7 communes de la Communautés de Communes de la Région de Nozay, et sur les communes de la Région de Blain et d’Erdre et Gesvres.

Il est situé sur le site de l’ Hôpital Local de Nozay, 1 route de Nort sur Erdre. Contact : 15