Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Pays divers > Japon

Japon

Page872

Ecrit le 24 septembre 2003 :

 Le Club du Petit Déjeuner

Recréer du lien social, cela devient une nécessité en France. Au Japon aussi où le « ko-shoku » (repas solitaire) constitue un problème social depuis plusieurs années. 46 % des familles ne prennent pas le petit déjeuner en commun. 27 % des enfants sont seuls le matin. En 2020, quelque 14,5 millions de ménages japonais seront composés d’une seule personne, dont 5 370 000 personnes de plus de 65 ans. A l’initiative   de plusieurs associations, les « restaurants communautaires » se développent comme ces « clubs du petit déjeuner » qui offrent le petit déjeuner pour 1,90 euros (environ 12,50 F) et en plus des gens avec qui parler. (un petit déjeuner à la japonaise avec trois plats : soupe aux légumes fermentés, riz bio, poisson séché). La chaîne de restaurants communautaires permet en outre d’employer des gens en situation de précarité et de tisser des liens avec des producteurs locaux


Ecrit le 10 août 2005 :

 Souvenir d’Hiroshima :
Alternative non-violente

6 août 2005, la ville d’Hiroshima s’est recueillie dans le silence, commémorant le 60e anniversaire de la première attaque nucléaire de l’histoire. Des militants pacifistes ont organisé un « die-in » en se couchant sur le sol. Des milliers de lanternes en papier, symbole des âmes des morts, ont été livrées au fil de l’eau d’une rivière proche du parc tandis que sonnait une cloche de bronze, la cloche de la paix.

A 8h15, le 6 août 1945, une bombe A a tué 140 000 personnes (sur un total de 350 000 habitants). 80.000 autres ont péri après l’explosion d’une seconde bombe trois jours plus tard à Nagasaki.

Dans une « Déclaration de la paix », le maire Tadatoshi Akiba a lancé un appel aux puissances nucléaires pour qu’elles abandonnent leur arsenal mortel et a affirmé que les Etats-Unis, la Russie et les autres membres du club nucléaire « mettaient en cause la survie des humains ».

« Au sein des Nations unies, les membres du club nucléaire utilisent leur pouvoir de veto pour faire taire la majorité et poursuivre leurs buts égoïstes », a-t-il dénoncé.

En France, le « Mouvement pour une Alternative Non violente » (MAN) dénonce l’armement nucléaire qui repose sur la peur et entretient le risque d’un conflit nucléaire. Une quinzaine de maires dont, dans notre région, le maire de Treffieux, soutiennent la campagne internationale de mobilisation en faveur du désarmement nucléaire.

La conférence qui s’est tenue en mai 2005, à New-York, pour la révision du Traité de non-prolifération nucléaire, s’est soldée par un échec. La France n’a pas fait de proposition pour débloquer cette situation. Le MAN poursuit sa condamnation de cette folie nucléaire.

Le MAN est un mouvement national de réflexion politique et d’action, proposant une alternative à la résolution des conflits, basée sur l’éthique de la non-violence (loin d’un pacifisme passif !)

MAN - 8 rue Lekain - 44000 Nantes - 02 40 69 79 61