Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Histoire Nationale > Résistance 2009 : une expo, un spectacle, un livre

Résistance 2009 : une expo, un spectacle, un livre

Ecrit le 7 octobre 2009

 Résistance : une expo, un spectacle, un livre

Expo Résistance

Trois événements viennent opportunément rappeler l’importance de la Résistance dans le pays castelbriantais : une expo, un spectacle, un livre.

L’expo a été réalisée conjointement par le Musée de la Résistance   Nationale à Champigny, et par les Amis du Musée de la Résistance   de Châteaubriant, sous la direction du conservateur Guy Krivopissko. Elle comporte deux parties :
– La Résistance en Pays de Châteaubriant  
– L’appel du 18 juin

Comme cela avait été promis en 2001, au moment de l’ouverture du Musée de la Sablière, une salle est dédiée de façon permanente à la Résistance en pays de Châteaubriant  . Sur trois murs de la pièce mansardée, douze mètres d’exposition retracent Châteaubriant occupée, la population solidaire, le Camp de Choisel, les persécutions antisémites, la Résistance locale, la répression, le Maquis de Saffré et les combats de la Libération.

Due à l’agence Zoan (de Lusanger) et au graphiste Franck Dugast, l’expo est à la fois très riche et très accessible. Elle supporte plusieurs degrés de lecture : la résistance locale, les événements français et mondiaux. Des objets ont été donnés par des habitants de la région : Hugo Hervé, Sylvie Etienne-Lepron, Charles Besnard, Gérard Chopin : casque allemand, bicyclette allemande de l’époque, armes, parachute, poste de radio, affiches. D’autres objets seront donnés et exposés peu à peu.

Cette exposition est le résultat d’un travail collectif avec, notamment, Jean Claude Baron et Roland Feuvrais.

Selon Guy Krivopissko, la place permanente réservée à la résistance locale résulte d’une volonté exprimée par Fernand Grenier et de la promesse faite en 2001 à l’ouverture du musée de la Sablière. « Les témoignages de l’époque évoquent toujours la solidarité de la population castelbriantaise, et ses actes de résistance morale avant même l’arrivée des détenus politiques du camp de Choisel » dit-il. « La libération de la France est aussi l’œuvre des habitants de ce pays ».

« L’appel du 18 juin » est le thème du concours national de la Résistance en 2010. C’est aussi le thème de la deuxième exposition présentée. Notons le lien avec des personnages locaux puisque Arthur Deroche et Eugène Rivière avaient rejoint les Forces Navales Françaises Libres, et puisque Fernand Grenier, évadé de Châteaubriant, rejoignit De Gaulle en novembre 1942 pour apporter l’adhésion du Parti Communiste au Comité National Français qu’il dirigeait.

L’appel du 18 juin, même si peu de personnes l’ont entendu, donna naissance à la France Libre. Il permit à un général en dissidence de créer un contre-gou-vernement et une armée et de construire sa légitimité vis à vis des Français et des Alliés. L’appel du 18 juin, et la Résistance, permirent à la France de cesser la collaboration avec les nazis, de retrouver son indépendance, sa souveraineté et sa grandeur. La constitution en août 1944 d’un gouvernement provisoire rassemblant toutes les forces de la Résistance, au delà des clivages politiques, évita à la France de connaître une période de guerre civile, et déboucha sur une république démocratique et sociale fondée sur le programme du « Conseil National de la Résistance ».

La découverte du musée de la Sablière, la rencontre encore possible avec quelques acteurs de cette époque, est un moment essentiel dans la vie des jeunes, dans la construction de leur vie d’adultes et de citoyens.

D’ailleurs l’inspection académique de Loire-Atlantique a manifesté son intérêt pour le travail effectué et a organisé deux rencontres   à Châteaubriant, le 30 septembre et le 18 novembre, à destination de tous les enseignants d’histoire de l’Académie.

Le musée est situé à 2 km de Châteaubriant sur la route de Laval - ouvert les mercredis et samedis de 14 h à 17h30 (et sur rendez-vous les autres jours, pour les groupes - 02 40 28 60 36).


 Telles furent nos jeunes années

Le livre de La Mée « Telles furent nos jeunes années » sera en librairie vers le 15 octobre. (Si tout se passe bien...).

Edition revue et enrichie de 48 pages avec des photos et documents inédits.

– Témoignage d’un maquisard de Teillay
– Témoignages inédits sur Jean Goth et Alfred Bignon.
– Récits inédits d’André Sinoir et André Dufland
– Texte inédit sur les parachutages de Martigné Ferchaud et sur les bombardements de Châteaubriant
– Photos de la Libération de Châteaubriant
etc

Prix de vente public : 26 €. Pensez à faire un cadeau aux jeunes, pour que se perpétue la mémoire.


Ecrit le 7 octobre 2009

 LES FLEURS DE LA DÉSOBÉISSANCE

Mirador

L’évocation du 18 octobre, à la Sablière, écrite et mise en scène par Alexis Chevalier, rendra hommage aux actes de résistance et de solidarité envers les internés du camp de Choisel de la part de la population du Pays de Châteaubriant   et de la région.

Assistanat : Christine Maerel. Une réalisation artistique du Théâtre Messidor. Avec la Chorale Méli-Mélo  , les musiciens voyageurs « Pas de nom, pas de maison » et la participation de Christine Maerel (chant) et de Jean-Marc Lépicier (piano). Interprétation par 140 comédiens et comédiennes amateurs du Pays de Châteaubriant   dont 16 enfants. Sonorisation : Eurolive.

– 13h15, au Théâtre de Verre   : départ du défilé « La Résistance au Pays de Châteaubriant   » avec les enfants des écoles et tous les volontaires portant 35 affiches du temps de l’Occupation, et de grandes fleurs très colorées. Entourant la charrette « baladeuse » qui a effectivement servi, en 1945, à porter les premières fleurs à la Sablière après l’exécution des otages.
Tous ceux qui le souhaitent peuvent participer à ce défilé. Pour des raisons éducatives, les 35 affiches auront circulé, au préalable, dans les écoles pour donner l’occasion aux instituteurs de faire un cours d’histoire.

– 14h00 : rendez-vous Rond-point Fernand-Grenier pour le « Défilé de la mémoire » avec le concours de l’Harmonie de Châteaubriant.

– 14h30 : Cérémonie officielle sous la présidence de Mme Odette Nilès, présidente de l’Amicale et de M. Alain Hunault, maire de Châteaubriant.

– 15h00 : Allocutions de Mme Odette Nilès au nom de l’Amicale de Châteaubriant-Voves-Rouillé et de Mme Marie-George Buffet au nom du PCF.

– 15h30 : évocation « Les fleurs de la désobéissance ». Ce sera un spectacle très émouvant, avec évocation du Camp de Choisel, de ses barbelés et de ses miradors — arrivée de vrais nomades avec roulottes d’époque — rappel des actions de la résistance en pays de Châteaubriant   .

Les barbelés sont mis en place par la ville de Châteaubriant, le mirador est construit, gratuitement, par l’entreprise Alain Sinoir.


Ecrit le 14 octobre 2009

Les fleurs de la désobéissance

Un peu plus, un peu moins
Je suis né à Châteaubriant, il y a 17 ans, un peu plus, un peu moins….
Je suis de cette ville marquée, blessée, tatouée à jamais dans sa chair par la tragédie des 27 otages de la Sablière.
J’ai voulu comprendre comment cela avait pu arriver ici.
J’ai voulu savoir davantage et mettre des visages à l’Histoire.

J’ai assisté et participé les années passées ici, aux évocations du souvenir.
J’ai lu « Telles furent nos jeunes années », le Pays castelbriantais sous l’Occupation, dossier publié par la Mée. Et d’autres livres encore ...
Au collège, j’ai regardé le DVD des relais de la mémoire : « Des Résistants en Loire-Atlantique »...
Mais j’ai voulu savoir encore...
Encore, Et encore...
Je me suis dit qu’il y avait encore des témoins, des hommes et des femmes, aujourd’hui âgés de 85 ans.
Un peu plus, un peu moins.
Et qui à cette époque de l’Occupation avaient mon âge : 17 ans.
Un peu plus, un peu moins.
Je suis allé vers eux !...Ils m’ont dit ...
Ils m’ont raconté ...
... ce que voulait dire la Résistance.
Je suis allé frapper à la porte de leur mémoire.
Ils m’ont dit…. Ils m’ont raconté.
« Les fleurs de la désobéissance ».

 

Ainsi commence le spectacle qui sera donné à La Sablière, dimanche 18 octobre, à 15 h 30. Mais avant il y aura :

– 13h15, au Théâtre de Verre   : départ du défilé « La Résistance au Pays de Châteaubriant   » avec les enfants des écoles et tous les volontaires portant 35 affiches du temps de l’Occupation, et de grandes fleurs très colorées. Entourant la charrette « baladeuse » qui a servi, en 1945, à porter les premières fleurs à la Sablière, après l’exécution des Otages.


Ecrit le 14 octobre 2009

 « Joseph Bara » à l’Ecole René Guy Cadou

On luttait alors en Vendée… 
C’étaient de rudes gars, de hardis paysans
Un jour, menant ses chevaux boire,
L’enfant seul est cerné par 80 d’entre eux.
Tiens, lui dirent-ils, tiens, on te laissera t’en aller 
Si tu cries là devant nous… Vive le Roi. (…)
Alors, un éclair dans ses yeux, il s’écrie aussi fort qu’il peut :
Vive la République.
IMG_8195
Répétition à l’école René Guy Cadou avec Alexis Chevalier, pour le spectacle de La Sablière, le 18 octobre 2009