Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Grappillages de janvier 2006

Grappillages de janvier 2006


4 janvier
11 janvier
18 janvier
25 janvier

Grappillages et Mée-disances du 4 janvier 2006

 Les médecins forçats se révoltent

De l’Humanité du 23 décembre, mais aussi de journaux comme Le Monde et La Croix : « Les médecins forçats se révoltent ».
Il s’agit de quelque 6000 praticiens hospitaliers « diplômés dans leur pays » en dehors de l’Union européenne, mais « discriminés en France ».

« Embauchés à tour de bras pour pallier la pénurie liée à la baisse du quota de médecins formés, ils réclament « un projet d’intégration cohérent et digne » dans le système de santé français ».

Selon l’Huma, ces praticiens sont « moins bien payés que leurs collègues » et « enchaînent les gardes pour améliorer le quotidien. Ils se sentent cruellement discriminés ».

Exerçant souvent depuis plus de 5 ans, voire 10 ans, il leur faut encore faire la preuve de leurs capacités ... et de leur façon de parler un français correct !

Hommes ou femmes, c’est la même chose : des sage-femmes, des infirmières, diplômées dans leur pays, sont embauchées comme aides-soignantes et, même avec la nationalité française, se voient refuser le droit de faire reconnaître leurs diplômes. voir par ailleurs

NDLR : jusqu’à plus ample informé, les divers syndicats de médecins français ne semblent pas avoir réagi.
C’était qui, déjà, Hippocrate ?

 Plombier polonais ?

De l’Humanité du 22 décembre 2005 : « Aujourd’hui ils sont 31. Début décembre ils étaient encore une cinquantaine présents sur le chantier du Palais de Justice de Thonon-les-Bains ».

Il s’agit d’ouvriers polonais qui travaillaient depuis deux mois sans le moindre salaire. Une maison de 150 m2, pour (à personnes, leur avait été affectée, sans matelas, ni eau chaude pour se laver. Et 45 heures de travail par semaine.
Le maître d’ouvrage du chantier est ... le ministère de la Justice !!!

Après une petite semaine de grève, les ouvriers polonais ont obtenu gain de cause : la société allemande Dashi va payer les 47 305 € de salaires dus.

 Odieux

De l’Huma, enfin, et du quotidien suédois Dagens Nuheter : une fête a été organisée par Liz Sandgren, responsable administrative à Kristianstad (Sud) : « Nous fêtons l’expulsion d’une famille et nous lui souhaitons ainsi qu’à ses enfants un bon retour dans leur pays d’origine ».
Il s’agissait alors d’une femme veuve et de ses trois enfants malades. Fête odieuse. Mais ni plus ni moins que ces exécutions qui, dans les camps nazis, se faisaient au son d’une musique gaie. Le sens de l’humanité est-il à ce point corrompu ?

NDLR : la Suède a déjà réagi à ces attitudes en congédiant les personnels incriminés. Une saine réaction de l’état suédois et de la majorité de ses citoyens...

 OMC

De Politis, toujours, l’accord obtenu à l’arraché, le 18 déc. 2005, lors de la conférence ministérielle de l’OMC à Hong Kong est « très favorable aux pays riches et aux multinationales ». En matière agricole, les négociateurs des pays riches ont accepté d’éliminer les subventions à l’exportation d’ici 2013.

« Or ces subventions ne représentent que 3,5 % des aides à l’agriculture ».

Des milliers de fermes vont encore disparaître dans les pays du Sud. Les hommes qui ne pourront pas vivre chez eux essaieront de venir vivre chez nous !

 Le syndrome du Chili d’Allende ?

De Politis : « En Bolivie, Evo Morales est le premier président indien ... dans un pays où près de 70 % de la population est indigène ».

L’homme qui veut mettre fin à l’État colonial et aux privilèges des multinationales, est opposé à l’impérialisme étasunien et porte-parole des populations défavorisées (c’est-à-dire non blanches).

Il se range aux cotés du métis Hugo Chavez, Président du Venezuela.

Dans des circonstances analogues les États-Unis ont su mettre fin, par le crime, à des expériences de gouvernement à gauche en Amérique Latine.

 Ne coupez pas !

De Libération du 20 décembre 2005 : « Le 30 mars dernier, Yvon Luby, maire (PCF) d’Allonnes, une ville de 12 950 habitants de la périphérie du Mans (Sarthe), a pris un arrêté municipal tendant à interdire les « coupures d’électricité et de gaz pour les familles en difficulté économique et sociale » sur le territoire de sa commune ».
Habituellement dans ce type de décision, le préfet saisit le tribunal administratif pour faire annuler immédiatement l’arrêté au motif que l’élu a outrepassé ses prérogatives. Le délai pour déférer est de deux mois. Au-delà, le représentant de l’État n’a plus les moyens d’agir.

Par un heureux hasard, dans ce cas, le Préfet n’a pas déféré. En conséquence, l’arrêté entre en vigueur et se doit d’être appliqué. L’initiative   municipale a reçu l’appui d’associations d’aide aux démunis comme les Restaurants du cœur ou de fédérations syndicales comme la CGT ou la CFDT-Energie.

 Conscience

Dans Presse-Océan du 16 décembre 2005, des élus CFDT, salariés de banques, dénoncent :

« Vraiment, nous en avons gros sur la conscience. Le stress des salariés ne cesse de croître, aujourd’hui, les banques réalisent l’essentiel de leurs marges sur les commissions, c’est-à-dire sur les sommes payées par les clients lorsque leur compte est débiteur ».

« Du coup, leur richesse, les banques la doivent aux plus démunis, aux plus pauvres, à ceux qui sont dans des situations financières les plus difficiles ».

Ceci démontre qu’il reste des salariés révoltés par l’injustice et capables de le dire.

 Estomac

Selon La Terre, du 20 décembre 2005, l’ambassadeur des États-Unis en Italie a servi à ses invités, pour la fête de Thanksgiving, un bol de riz froid et de l’eau, afin, dit-il « de témoigner notre solidarité avec les pauvres et ceux qui ont faim dans le monde ».

De la part d’un haut dignitaire du pays qui consacre le plus faible pourcentage de ses richesses (0,15 %) à l’aide publique au développement, c’est là faire preuve d’un bel estomac !

 Ne pas confondre !

Du Canard Enchaîné du 21 décembre : « Jeudi 15 décembre, Jean-François Hénin s’est vu remettre, par le Président de l’Assemblée Jean Louis Debré et le Ministre de l’Economie, Thierry Breton, le prix du « capitaliste de l’année » décerné par Le Nouvel Economiste ».

Le lendemain, il était invité à s’expliquer devant les magistrats de la Cour des Comptes sur l’affaire Executive Life et sur la déconfiture d’Altus Finance, une des filiales alors contrôlées par l’Etat. Une déconfiture dont la facture en milliards d’euros a été réglée par le Trésor Public.

Pour sa défense, il a fait valoir qu’il ne faut pas confondre erreur de gestion et fautes disciplinaires.

Le contribuable appréciera la nuance !

 État d’urgence

« Se déplaçant vers les quais de la Seine, ils ont cassé des vitrines, endommagé des voitures, arraché des poteaux indicateurs et des feux tricolores, mis le feu à des poubelles et à du matériel de chantier, et lancé des projectiles sur les CRS, qui sont parvenus à les disperser peu après 18h00 à coups de grenades lacrymogènes ».
C’était le 17 décembre à Rouen. Ni « raveurs » ni jeunes de banlieues, mais casseurs en colère.
Comme dit le Canard Enchaîné : rien à voir avec de la racaille :juste une affaire de cailles... Et cela malgré l’état d’urgence !!!

Grappillages et Mée-disances du 11 janvier 2006

 Parité... en Norvège

De Libération du 2 janvier : « Après plusieurs ultimatums, le gouvernement norvégien a décidé de mettre ses menaces à exécution. Depuis hier, seules les entreprises disposant d’un conseil d’administration (CA) composé d’au moins 40 % de femmes pourront s’inscrire au registre des sociétés anonymes. Les 504 compagnies qui y sont déjà listées auront deux ans pour se mettre en règle, avant d’être passibles de sanctions qui pourront aller jusqu’au démantèlement de l’entreprise. « Nous espérons ne pas en arriver là, car ce serait embarrassant pour les patrons qui refuseraient d’utiliser les compétences à leur disposition », précise Arni Hole, directrice générale au ministère de la Famille, à Oslo ».
Bigre, si on en faisait autant dans les conseils municipaux il faudrait refaire des élections générales. Mais nos députés ne voteront jamais une telle mesure.

 Bricolage d’urgence

Du Monde du 2 janvier, à propos de la loi instaurant l’état d’urgence : « Huit semaines après avoir réclamé l’état d’urgence à M. Chirac, le premier ministre était allé, lundi 2 janvier, lui en réclamer la levée. Anticipant cette décision, l’Élysée avait demandé dès la fin de la semaine dernière au ministère de l’intérieur de préparer le décret abrogatif. M. Sarkozy n’avait pas caché son scepticisme quant à l’utilité d’instaurer l’état d’urgence et piaffait d’y mettre fin ». Bref, encore une fois la décision était objet de compétition entre Chirac ; Sarkozy et de Villepin. Ils n’ont pas mieux à faire que de jouer à se marquer à la culotte

La loi sur l’état d’urgence était contestée devant le Conseil d’Etat. Afin d’éviter un éventuel camouflet juridique le premier ministre avait tout intérêt à lever ce dispositif dès le début d’année. On a un gouvernement de bricoleurs !

 Comptes et mécomptes

425 véhicules ont été brûlés en France lors de la nuit de la Saint-Sylvestre contre 333 l’année précédente. Ces incendies ont touché 267 communes (132 l’année précédente) dans 53 départements (41 l’année précédente) malgré le déploiement des forces de police . On comprend que M. Sarkozy, ministre de l’Intérieur, ait laissé son directeur général de la police nationale annoncer lui-même ces mauvais résultats, qui montrent un « état d’urgence » inopérant !

 Peine de mort

Selon Le Figaro du 4 janvier 2006 : « Jacques Chirac a annoncé hier devant le Conseil constitutionnel qu’il va proposer une réforme de la Constitution pour que la peine de mort soit abolie en toutes circonstances ». « En toutes circonstances » voilà une décision qui mettra fin, de façon positive, à la longue marche contre la peine capitale, engagée depuis 1981 par Robert Badinter. « Elle témoignera avec force de notre attachement aux valeurs de la dignité humaine ».a dit J.Chirac.

 

Opinions

Selon le bilan dressé par Reporters sans frontières : en 2005, au moins 63 journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions ou pour avoir exprimé leurs opinions. Ce chiffre n’avait pas été aussi élevé depuis 1995 (cette année-là, 64 journalistes avaient trouvé la mort, dont 22 en Algérie). Cinq collaborateurs des médias (« fixeurs », chauffeurs, traducteurs, techniciens, agents de sécurité, etc.) ont également été tués.

Pour la troisième année consécutive, l’Irak reste le terrain le plus meurtrier : 24 journalistes et 5 collaborateurs des médias y ont trouvé la mort pendant l’année. Au total, 76 journalistes et collaborateurs des médias ont été tués en Irak depuis le début du conflit armé, en mars 2003. Soit plus que lors de la guerre du Viêt-nam, entre 1955 et 1975. Les attentats terroristes et les attaques de la guérilla irakienne sont la première cause de mortalité pour les professionnels de l’information.

Mais l’armée américaine est responsable de la mort de trois journalistes et collaborateurs des médias.
Aux Philippines, également, les journalistes paient de leur vie leur volonté d’informer. Là, les risques ne viennent plus de groupes armés mais d’hommes politiques, de businessmen ou de trafiquants prêts à tout pour faire taire les journalistes qui enquêtent sur leurs pratiques
illégales

Les années passent, mais les plus grandes prisons du monde pour les journalistes demeurent. Au 1er janvier 2006, 126 journalistes et 3 collaborateurs des médias étaient détenus dans 23 pays

Internet est toujours strictement contrôlé par certains gouvernements liberticides. Quinze pays sont très répressifs : ils censurent les sites d’informations indépendants et les publications d’opposition, surveillent le Net pour faire taire les voix dissidentes, harcèlent, intimident et parfois emprisonnent les internautes et les bloggers qui s’écartent de la ligne officielle.
A Châteaubriant il nous faut nous battre constamment pour sauvegarder la liberté de la presse !

 

Certitudes ?

Selon différents médias, M. Mazeaud, Président du Conseil Constitutionnel a été sévère pour le gouvernement : « « La griserie de l’annonce l’emporte bien souvent sur les contraintes austères de l’arbitrage et de la prévision », a observé M. Mazeaud, le 3 janvier, en présentant ses vœux au Président de la République.

Quant au Président de Assemblée Nationale, il a été net : « la vérité des uns ne peut systématiquement écarter la vérité des autres. Les certitudes d’un groupe, fût-il majoritaire, ne l’emportent pas automatiquement sur les certitudes des groupes minoritaires » a dit Jean-Louis Debré en ajoutant, au sujet des Ministres : « Il n’est pas rare que le gouvernement amende son propre projet, se rendant compte qu’il est mal rédigé. »

Le président de l’Assemblée nationale a cité notamment le projet de loi relatif au droit d’auteur (DADvSI) dont l’adoption a dû être reportée, en raison d’une fronde en décembre 2005 d’une partie des députés, de droite comme de gauche. Sur ce dernier texte, « le gouvernement a présenté deux amendements de quatre pages ! » s’est indigné M. Debré.

 

Urgence

Le gouvernement abuse de la procédure d’urgence, s’est plaint M. Debré. Elle a été demandée sur près de 60 projets de loi. « Peut-être conviendrait-il que le gouvernement utilise avec plus de parcimonie cette procédure ? » a-t-il suggéré. D’autant plus que ces textes « ne font pas l’objet d’une mise en œuvre plus rapide ».
Selon un rapport de Pierre-Louis Fagniez (UMP, Val-de-Marne), un seul des seize articles de la loi sur la bioéthique était applicable, sept mois après la publication du texte. « Cela ne manque pas de créer une certaine incompréhension chez nos concitoyens ».
« Le »bien commun« était une préoccupation essentielle des hommes de 1789 » a enfin rappelé M. Mazeaud.
Une telle volée de bois vert, faite par des hommes de la majorité, donne au gouvernement actuel une odeur de fin de règne.

 

Image

Selon La Terre du 3 janvier, un rapport fait par des diplomates européens en poste en Palestine, démonte la politique d’Ariel Sharon envers la Palestine « Le rapport est accablant. Il montre que le retrait de Gaza, en août, lui a permis de se donner une image d’homme de paix qui cache la poursuite de la colonisation et des manœuvres visant à empêcher la création d’un Etat Paslestinien viable » Ariel Sharon, jusqu’à son accident vasculaire, poursuivait l’encerclement de Jérusalem-Est, ville palestinienne, en l’isolant de Bethléem et de Ramallah.

On peut lire ce rapport ici :
http://www.france-palestine.org/article2868.html

Curieusement l’Union Européenne ne souhaite pas publier ce document.

La Palestine a de plus en plus le sentiment d’être abandonnée.

Mée-disances du 18 janvier 2006

 On brade

De Libération du 10 janvier 2006 : « Et si c’était « soldes » tous les jours ? A la veille de la grande braderie annuelle d’hiver, voilà que Thierry Breton annonce des soldes toute l’année. Et déclenche une panique générale chez les professionnels de la fringue. ».
Ainsi, après avoir pesé sur le salaires des ouvriers, le gouvernement prend prétexte de leurs bas revenus pour pousser les commerçants à réduire leurs marges. Vers une paupérisation générale sauf chez les ministres, les députés et les privilégiés du CAC 40 ?

 Coût de la guerre

Selon Le Monde du 10 janvier :
« Le coût total de la guerre en Irak pourrait dépasser les 2 000 milliards de dollars, ce qui est bien supérieur aux projections faites avant le conflit par la Maison Blanche », à en croire une étude notamment réalisée par le Prix Nobel de l’économie Joseph E. Stiglitz.
Cette étude prend notamment en compte les pensions d’invalidité qui seront versées à vie aux 16 000 blessés de l’armée américaine, dont 20 % souffrent de graves déficiences mentales ou physiques. La défense du « bien » a produit de bien vilaines choses, pour rien.

 Prison

Du Monde du 9 janvier, au sujet du livre « Une incarcération ordinaire » : de Loïk Le Floch-Prigent.
Cet ancien PDG d’Elf Aquitaine, de Gaz de France et de la SNCF a passé quelques années en prison, suite à l’affaire Elf et en a été libéré pour cancer du pancréas. Qu’il soit grand patron déchu ou petit dealer de shit, la prison en France est un échec manifeste, à la limite de l’école du crime. Rares sont ceux qui en sortent car elle ne se contente pas de punir : elle humilie et avilit les détenus.
« La vétusté des lieux, la médiocrité des surveillants, l’inhumanité des parloirs, l’interdiction pour les détenus de boire un verre de vin ou de bière, alors que les anxiolytiques sont distribués en abondance, en un mot l’irrationalité et l’inefficacité du système, il n’a rien oublié ».

 Confiance

Selon Le Nouvel Observateur du 10 janvier :
« La politique économique du gouvernement est mauvaise, pensent plus de deux Français sur trois (67%), d’après un sondage BVA-BFM-« Les Echos »-Akerys, seuls 31% pensent que « la politique économique menée actuellement par le gouvernement est bonne ».
Ils sont 2% à ne pas se prononcer. Les sondés se disent également « plutôt moins confiants » qu’il y a quelques semaines concernant « l’avenir de la situation économique en France » (77%) et « l’avenir de la situation de l’emploi en France » (72%) ».

France ton moral fout le camp !!!

 Censure

De libération du 10 janvier 2006 : « Microsoft est de nouveau sous le feu de la critique en raison de sa décision de censurer le journal Internet d’un blogueur chinois, à la demande des autorités de Pékin à qui déplaisait le contenu de ce blog ».
« Si Microsoft permet à chaque pays avec lequel il fait des affaires de contrôler le contenu de tous ses serveurs de blogs dans le monde, cela va devenir pour lui un travail à temps plein », ironise Article 19, une ONG qui encourage la liberté d’expression.
Microsoft avait déjà donné en 2005 une triste illustration de son manque d’éthique en bloquant les mots-clés comme « manifestation » et « mouvement démocratique ».
Que voulez-vous, les mots sont dangereux !

Ségolène R

 Tatamania

Du Nouvel-Obs du 10 janvier : « Un dessin de Willem destiné à illustrer la « une » que Libération a consacré, lundi dernier, au phénomène Ségolène Royal, s’est trouvé en partie amputé. Initialement, il représentait la militante socialiste tenant en laisse un chien qui avait la tête de ... François Hollande ».
Coupée de sa laisse la main est restée en l’air !

 Tontonmania

Du Figaro, du 7 janvier : « Que leur reste-t-il de Mitterrand ? Dix ans après sa mort, les socialistes s’apprêtent à rendre hommage, demain, à « leur » président, dont la photo monumentale trône depuis quelques jours sur l’immeuble de la rue de Solferino. Ce qu’on appelait il y a quinze ans la « tontonmania » a envahi les journaux et les écrans télé, toujours friands d’anniversaires et de leur lot de nostalgie ». Il est toujours joli le temps passé ...
Cela évite de s’engager sur l’avenir. Une absence de marque a été remarquée : celle de Ségolène Royal partie au Chili soutenir la candidate à l’élection présidentielle.

 Est-ce tétic ?

Cinq ans après avoir interdit l’écourtage des oreilles des chiens, la Belgique a interdit cette année l’amputation des queues de chien, sous peine d’amende pouvant atteindre 5 500 euros. Ces interventions sont pourtant pratiquées sur les animaux « pour des raisons esthétiques » : faut être chien pour les interdire !

 Agenda de Ministre

De Boursier.com du 11 janvier 2005 : « Pendant tous ces mois, il ne s’est pas passé une heure sans qu’il appelle Cécilia ou lui envoie un texto. Ces deux-là ont toujours été inséparables", affirme le député UMP des Hauts-de-Seine dans une interview au Parisien ».
A croire que le ministre Sarko n’a rien d’autre à faire que d’appeler son ex-femme ! Toujours selon le même journal (sérieux), Dominique de Villepin, lui, s’intéresse à son avenir présidentiel avec « une recette toute simple » : « il suffit de lever la jambe ».
Pour les ministres, décidément, le gouvernement c’est le pied !

 Transfrontières

D’après l’Express du 11 janvier : « Le virus hautement pathogène H5N1de la grippe aviaire a déjà touché 15 personnes en Turquie. Le virus est signalé dans 30 des 81 provinces turques, dont la bande côtière égéenne, essentielle pour l’industrie du tourisme  , et Istanbul, la capitale économique. 306 000 oiseaux de basse-cour ont été abattus depuis le 26 décembre ».
Mais que l’on se rassure : la Turquie ne faisant pas partie de l’Union Européenne, le virus est prié de rester sagement derrière la frontière.

 Une croix sur la santé

De Politis du 5 janvier : « Plus aucun centre de santé Croix-Rouge en Seine-Saint-Denis. Les 3 dispensaires ont fermé leurs portes juste avant le Nouvel An. Motif ? Déficit.
Comme ces centres recevaient en majorité des personnes en situation précaire, bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) et de l’Aide médicale d’État (AME), ou des sans-papiers, ces fermetures ont un parfum de scandale. D’autant que le nombre de médecins dans le département est en dessous de la moyenne nationale ».
L’égalité des chances ça passe aussi par le droit à la santé . Non ?

 10,9 milliards

C’est le montant en euros que les « golden boys » de la City de Londres vont se partager au titre des primes de fin d’année versées d’ici à la fin de l’exercice fiscal en mars, selon une étude du CEBR.
Ces salariés devraient toucher en moyenne 33 520 euros. Comme prime de fin d’année, c’est pas mal !

Grappillages et Mée-disances du 25 janvier 2006

 Des pratiques de voyous

Selon Libération du 13 janvier « la Croix-Rouge va devoir rouvrir ses trois centres de santé » de Seine-Saint-Denis d’autant plus que cette fermeture était illégale : « L’organisation ayant ignoré le code du travail en fermant ses centres avant toute négociation avec ses élus du comité d’entreprise ».

Le Monde de son côté cite les propos du maire UDF de Drancy qui a déclaré que « le directeur général de la Croix-Rouge est un menteur quand il prétend que les villes ont été sollicitées pour soutenir financièrement ces établissements sociaux. [...] La Croix-Rouge a choisi de se désengager de la Seine-Saint-Denis au profit de ses actions internationales, sans doute plus médiatiques ».
L’élu estime ainsi que la Croix- Rouge a « des pratiques de voyous ».

 Mieux vaut être riche et en bonne santé...

Selon Le Parisien, le conseiller Jean-Michel Belorgey a remis une note au ministre de la Santé au sujet des malades privés de crédit bancaire : « une personne qui souhaite obtenir un crédit, notamment un emprunt immobilier, doit au préalable répondre à un questionnaire de santé. Or, les assureurs acceptent de plus en plus difficilement de garantir contre le risque décès ». « Cancer, hépatite ou... genou abîmé, on exclut à tour de bras », poursuit le quotidien.
Le Parisien note en outre que « l’arbitraire règne en maître. Ici, c’est un assureur qui facture plus aux myopes. Tel autre, qui « n’aime pas » la pratique des césariennes, multiplie alors les investigations ».
On ne prête qu’aux riches et aux bien portants, c’est bien connu !

 Cigale

La cigale ayant chanté tout l’été, se trouva bien dépourvue quand la bise fut venue. Allons, M. de la Fontaine, vous n’êtes pas branché : Selon Le Figaro du 16 janvier 2006, Johnny Hallyday aurait gagné 6,6 millions d’euros en 2005 soit 550 000 € par mois).
Viennent ensuite, dans l’ordre, Michel Sardou (3,6 millions) et Mylène Farmer (3,5 millions) puis Alain Souchon (3,2 millions d’euros). A ce tarif là, les stars peuvent se permettre tous les caprices !

 Surfez, vous êtes repéré

L’affaire a été révélée vers le 29 décembre 2005 par des officiels de la très célèbre « National Security Agency ». (NSA américaine). Ces officiels ont reconnu avoir recours aux « Cookies » et « Web bugs » afin de tracer l’activité des visiteurs d’une douzaine de sites Internet gouvernementaux.

Les web bug sont généralement des images transparentes, minuscules, placées dans une page Web ou un courrier électronique au format HTML, qui s’activent lors du téléchargement de la page et qui peuvent collecter des informations sur l’internaute à son insu. Les cookies, petits fichiers textes, servent aussi (entre autres) à enregistrer des informations sur le visiteur. Les « Web bugs » associés aux « Cookies » permanents se révèlent être de redoutables mouchards électroniques.

 Après la pelle, l’appel...

« Un appel est prêt » a affirmé à Libération un des proches de Lionel Jospin. Un appel pour faire revenir l’ancien premier ministre dans la bataille présidentielle. Plusieurs responsables socialistes se seraient ainsi réunis le 10 janvier à Paris pour soutenir la candidature de ...Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes... pour gêner les autres prétendants et organiser ensuite le retour de l’ancien Premier ministre, qui serait présenté le seul recours possible. Le débat d’idées fait rage....
Ou plutôt fait rager ceux qui croient encore aux vertus de la gauche.

 Lapsus

Du Monde du 16 janvier 2006 : « En présentant ses vœux aux Corréziens, le chef de l’Etat a buté maintes fois sur son texte, de façon inhabituelle ». Un mot pour un autre, les auditeurs ne s’en sont pas trop aperçus. « Mais lorsqu’il a annoncé que l’ouverture de deux tronçons de l’A89 permettait désormais de relier « sans discours » - il était écrit « sans discontinuité » - Bordeaux et Clermont-Ferrand, Bernadette Chirac s’est tournée vers lui, aux aguets (...). Il a encore dit « personne ne s’étend » pour « personne ne s’étonne » » et d’autres encore.

Mais François Hollande, de 22 ans plus jeune, n’a pas non plus échappé aux lapsus, lui qui voulait « combattre la gauche et rassembler la droite ». Il s’est vite repris. Puis il a trébuché sur... Ségolène Royal, en évoquant le candidat socialiste de 2007, « ou la candidate, je prends toutes les préoccupations d’usage » (au lieu des précautions d’usage)... Qu’ils résultent d’un état de santé ou d’un souci, les lapsus sont toujours révélateurs.

 Circulaire, y-a rien à voir !

Du Nouvel Observateur du 17 janvier : « Le ministre de l’Education nationale Gilles de Robien a confirmé qu’il allait actualiser une circulaire de 1998 « de façon à ce que les choses soient extrêmement claires » sur les démarches à suivre pour les professeurs victimes de menaces ou de violences ». Ainsi le but du ministre n’est pas d’empêcher les violences mais de fixer les règles administratives à respecter ! Sois sage, eh gamin, ou je sors ma circulaire !

 Parité

L’élection de Michelle Bachelet, au Chili, a permis de faire le point sur les femmes au pouvoir : 6 femmes sont cheffes d’Etat (Chili, Finlande, Philippines, Irlande, Lettonie, Libéria) et 5 femmes sont cheffes de gouvernement (Allemagne, Nouvelle Zélande, Bangladesh, Sao Tomé, Mozambique).
La moitié de l’humanité est fort mal représentée !

  Travailleuses, travailleurs

« 80 000 travailleurs en 2005 » : c’est le chiffre donné par le Nouvel Obs, en ce qui concerne la prostitution en Angleterre. A la lecture du texte on découvre que ces travailleurs sont des travailleuses. Ainsi, même chez les péripatéticiennes, le masculin l’emporte sur le féminin. Pathétique !

 Abeilles

Les apiculteurs français lancent une campagne pour sauver les abeilles, « premières ouvrières de la biodiversité » menacées par les pesticides et qui se trouvent aujourd’hui mieux en ville qu’aux champs. L’Union nationale de l’apiculture française (Unaf, 22.000 adhérents) propose d’installer des ruches sur les toits, les terrasses, dans les espaces verts et les jardins publics. La ville de Nantes a déjà accepté (Théâtre Graslin et principaux jardins publics).
Une fois l’accord passé avec le « logeur » des abeilles, l’Unaf confie à un apiculteur local l’entretien et les visites régulières de la ruche ainsi que la récolte du miel.
Les apiculteurs considèrent que l’apparition de nouveaux pesticides comme le Gaucho ou le Régent -respectivement interdits en 1999 et 2004- ont été directement responsables de la surmortalité des abeilles enregistrée depuis 1993-1994.

 Mourir avec dignité

La Cour suprême américaine, par 6 voix contre 3, a rendu, le 17 janvier, un arrêt qui fera date : en validant le « suicide médicalement assisté » il invalide du même coup la tentative de l’administration Bush d’interdire l’euthanasie, et ouvre la voie à l’instauration de législations similaires dans tous les Etats américains. La loi « Mourir avec dignité » , approuvée à deux reprises par les électeurs de l’état de l’Oregon, encadre strictement l’euthanasie : il faut que deux médecins concluent que l’espérance de vie du patient atteint d’une maladie incurable est inférieure à six mois, que celui-ci a bien demandé cette procédure et que son choix est éclairé. De récentes affaires en France plaident en faveur du choix des malades.