Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCC - Com Com de Châteaubriant > CCC - 2002-2003 > CCC -janvier 2002 suite

CCC -janvier 2002 suite

écrit le 30 janvier 2002 -

Quand passera-t-on au travail sérieux ?

Une nouvelle réunion de la Communauté de Communes du Castelbriantais a eu lieu lundi 21 janvier 2002. Il n’y a été question que de désignation de représentants dans telle ou telle structure. Pas folichon. D’autant plus que l’atmosphère n’est pas à la décontraction.

Micro : à la Meilleraye, il y avait un micro sélectif. Les uns y avaient droit, les autres non. A Louisfert, il n’y avait pas de micro du tout et comme presque tout le monde parlait avec une voix faible, le public n’entendait pas grand chose. Façon de faire comprendre aux citoyens qu’on ne souhaite pas leur présence ?

Seuil : la communauté de communes (19 communes) comporte 47 délégués titulaires, mais il ne fallait que 38 noms pour le Syndicat Mixte du Pays de Châteaubriant  . Tous les maires avaient voté, à l’unanimité, un vœu disant qu’il devrait y avoir deux représentants par commune. Mais ça c’était le 11 décembre 2001. Depuis, on a changé d’année, ils ont oublié ! Ce qui fait que maintenant Châteaubriant aura 5 délégués et que des petites communes n’en auront plus qu’un. Le calcul s’est fait en fonction du nombre d’habitants de la commune et du tonnage des ordures ménagères qu’elle produit. Elire des représentants sur la base des ordures, c’est original. En tout cas, pour la circonstance, Alain Hunault, conseillé sans doute par le Directeur Président Général André Ribéra, a défini qu’une commune était « petite » quand elle avait moins d’habitants que Villepôt (soit 683 habitants). Les communes de Ruffigné, Fercé, Noyal, Soulvache, Petit Auverné, Juigné n’auront donc qu’un représentant au Syndicat Mixte du Pays de Châteaubriant  .

10 sur 19 : Robert Buget, de Soudan, a reposé la question de la composition du bureau de la Communauté de Communes, en redemandant que toutes les communes y soient invitées. En fin de réunion, mezza voce, le Président Alain Hunault a dit : « je vous propose qu’on y invite tous les maires des communes qui n’ont pas de vice-président au bureau ». On ne sait pas si tout le monde a entendu. En tout cas cela n’a pas été débattu, ni voté, donc ni accepté, ni refusé. Le flou continue.

Pendant ce temps-là, on n’entend parler de rien sur les actions de la communauté de communes ! Soit qu’il ne se fait pas grand chose. Soit que les citoyens n’ont pas besoin de savoir.

Tourisme   : quand il s’est agi de désigner 5 représentants au Pays Touristique de Châteaubriant, le bureau a proposé 5 personnes : Georges Garnier (Châ-teaubriant), Jean Claude Bourdel (La Chapelle Glain), André Cruaut (Grand Auverné), Jean-Pierre Adam (Villepôt), Michel Moreau (La Meilleraye). On a dit que c’était en fonction du patrimoine touristique de leur commune. Alors pourquoi pas des élus de Soulvache-Rougé-Fercé qui ont les Mines de fer de la Brutz ? Yannick Massard a donc posé sa candidature. Il n’a pas été élu mais il a quand même recueilli 24 voix sur 42 votants (parce que c’était à bulletins secrets ?)

Martin : Françis Martin, conseiller général du canton de Rougé, celui qui a tout fait pour que la communauté de communes de l’Est castelbriantaise se crée avant la communauté de communes de Châteaubriant, celui qui a toujours refusé de discuter de la réunion de ces deux communautés avant les élections de mars 2001, s’est réjoui (sur Radio Château) que cette réunification ait eu lieu après les élections, sous la houlette de son copain Alain Hunault. Manque pas d’air !