Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Pays divers > Finlande

Finlande

Page972

Une femme à la
Présidence de la République

Elle a 56 ans, les cheveux teintés au henné, les joues rondes et une allure plutôt bonhomme : c’est la première femme devenue « Présidente de la République » en Finlande, un pays où les femmes ont toute leur place dans les institutions, mais n’avaient pas eu encore la possibilité de porter l’une d’entre elles à la magistrature suprême.

C’est sans doute le fait d’être une femme qui a joué : Tarja Halonen a recueilli plus de suffrages que le total des voix de gauche. Elle a été préférée à M. Esko Aho (centre droit), ancien premier ministre, qui s’était présenté comme le défenseur des « valeurs », un père de famille idéal, entouré de sa femme et de ses quatre enfants. Pour tout dire : Esko Aho a joué la carte de la « normalité ».

Tarja Halonen

Pourquoi donc « la normalité » ? C’est parce que Tarja Halonen est une ancienne juriste, qui a combattu longtemps aux côtés de la Confédération Générale des Syndicats où elle a laissé une image de « rouge ». Elle est célibataire et mère de famille, vivant en concubinage notoire, chrétienne tout en se tenant à l’écart de l’Eglise Luthérienne. Elle fut longtemps présidente d’une association de défense des minorités sexuelles.

Ses débuts en politique remontent à loin : députée en 1979, puis présidente de la commission des affaires sociales. Puis ministre des Affaires Sociales. En 1990 elle devient ministre de la Justice. Ces dernières années, elle était ministre des Affaires Etrangères. On la dit femme de caractère, parfois même coléreuse. Elle est artiste aussi (peinture, sculpture)

Tarja Halonen a basé sa campagne électorale sur la défense de « l’état-providence à la nordique »¸sur la justice et la solidarité sociale. Certes, depuis juin dernier, le Président Finlandais a des pouvoirs rétrécis, en particulier, il ne peut plus nommer le Premier Ministre. Mais c’est encore au Président de la République de diriger la politique étrangère et d’exercer le commandement des armées (dans les deux cas en coopération avec le gouvernement).

Dans ce pays, où la fonction présidentielle revêt avant tout le caractère d’un magistère moral, le poids de la Présidente comptera donc beaucoup.